Compte-rendu du Rappeler Roland de Frédéric Boyer

Frédéric Boyer, Rappeler Roland, P.O.L., 2013.

Compte-rendu fait par Anne-Charlotte L’Homel, étudiante en master recherche de Lettres Modernes, université de Lille3.

 Roland soufflant dans son olifant pour prévenir Charlemagne

Gravure issue de l’ouvrage Histoire de France, par François GUIZOT, France, 1875.






« Au vers 1768 de la chanson j’entends enfin le cor de Roland.

Charles l’entend qui sur les cols passant

              Et le roi dit : C’est le cor de Roland

              Ne sonnerait s’il n’était au combat

Première histoire de défaite ensanglantée racontée comme poème d’amour dans le noir. Comme chant de victoire rêvée et perdue à la fois. Comme chevalier tout en larmes parti relever le gant. Comme un petit personnage tiré d’un tout petit codex mal écrit. » (p.64)

 

« Le combat, la guerre et la langue. Et la mémoire ». (p.273)

 

            Tel un triptyque, l’œuvre de Frédéric Boyer nous fait entrer de plein pied dans le personnage de Roland et dans l’univers légendaire qui l’a constitué et qui l’entoure. Parce que oui, Roland c’est avant tout une légende qui a formé le personnage historique aujourd’hui reconnu. L’auteur du Rappeler Roland questionne cette construction de l’histoire à travers trois formes littéraires : la première est ce monologue poétisé qui fait revenir Roland, qui le rend présent à travers la parole poétique qui transforme le poète en personnage : « Je suis Roland » (p.33). Le rappeler, c’est d’abord l’appeler, le convoquer dans le récit, « pour le faire exister au passé mais dans l’imaginaire de notre présent vulnérable » (p.309). Or c’est surtout un monologue personnel, une expérience individuelle qui permet au narrateur d’ « être le chevalier [qu’il ne sera] jamais », ce que développe Frédéric Boyer dans la troisième partie, et l’on peut rapprocher ici ce chevalier que le narrateur (l’auteur ?) ne sera jamais du chevalier Roland qui n’a sans doute jamais existé : la légende comme l’écriture permet et produit l’existence. Proposer dans une deuxième partie une traduction en français contemporain de la Chanson de Roland est non seulement un travail sur l’écriture mais serait aussi une sorte d’ « exorcisme » comme l’auteur le dit lui-même, reprenant la définition d’Henri Michaux (p.326), exorcisme de notre nostalgie de la bataille, rendu possible par le poème, et peut-être exorcisme personnel de Frédéric Boyer, tentant de chasser ce démon chevaleresque qui le hante ? Qui sait… La mémoire, le trauma, l’identité, l’honneur, le combat, l’épopée, le passé, le présent, etc. : tout y est et se trouve analysé dans la troisième partie, intitulée « Cahier Roland. Se battre est une fête ».

 

« J’aurais voulu me battre je ne savais que lire » (p.59)

 

            La première partie, intitulée « Rappeler Roland, monologue-vision », se présente sous forme de monologue intérieur où le narrateur se rappelle et rappelle Roland : il le fait revenir parmi nous. Comment le rappelle-t-il ? Par le souvenir, l’imagination, par les sons et par les voix, en devenant lui-même Roland et les autres personnages de la chanson, en leur faisant traverser le temps et en le traversant lui-même : « J’étais seul soudain dans la vallée du temps » (p.14), en citant la chanson qui participe au monologue, qui intervient dans le monologue et qui se rappelle au narrateur : « Ça me revient. » (p.17). Par la langue surtout, par le français même : la mémoire est dans la langue parlée par le narrateur. La Chanson de Roland est le premier texte écrit en français que nous avons, et c’est peut-être cela qui a séduit Frédéric Boyer. Et puis ce texte est une chanson, et cette chanson hante le monologue, l’entrecoupe, comme si elle était encore actuelle, « comme si chanter signifiait ne jamais cesser le combat » (p.59) : une chanson se retient et passe de générations en générations, reste toujours vivante. Le rappel est d’ailleurs le thème de cette chanson qui répète sans cesse, comme le fait à son tour le narrateur jusqu’à la fin: « La bataille est merveilleuse et totale ».

            Mais cette chanson est-elle vraiment de la mémoire, ou est-elle devenue des « souvenirs inventés » (p.31) ? Elle fait partie de la mémoire, mais d’une mémoire inventée, d’une histoire racontée. C’est d’ailleurs parce qu’elle est d’abord construction imaginaire, légendaire que le narrateur lui-même peut s’imaginer être un chevalier, en traversant « la mémoire comme on s’évade de prison » (p.52)…et alors nous le rappeler. Imagination puérile ? Peut-être, mais surtout révélatrice de cette construction historique dans l’imaginaire des hommes: Roland est devenu une légende, un exemple d’honneur appris dans les écoles, et c’est en référence à cette légende que le narrateur, rappelant l’enfant qu’il était, cherche à devenir comme Roland et à se battre : « J’aurais voulu me battre je ne savais que lire » (p.59). Commence dès la première partie de l’œuvre une réflexion sur la bataille, sur le combat comme fantôme, hantise de nos désirs, qui sera approfondie dans les « Cahier Roland. Se battre est une fête », la troisième partie, analysant ce storytelling engendré par la chanson de Roland.



« Le souvenir était une invention, une fabrique du présent. » (p.301)

 

            Entre cahier d’archives et d’explications de la production de ces textes et écriture littéraire à proprement parler, la troisième partie s’intitule : « Cahier Roland. Se battre est une fête ». Elle est précédée de deux citations : une de Cervantès du Don Quichotte, parodie du roman de chevalerie par excellence, et l’autre d’Alfred de Vigny : « demeuré si longtemps entre l’écho et le rêve des batailles ». L’écho, c’est la chanson ; le rêve, c’est ce que provoque cette chanson, ce qu’elle a provoqué chez l’homme et qui a constitué la légende. La question est de savoir comment s’est constituée cette légende, de quelle manière. La réponse se trouve dans le poème lui-même, dans sa construction et dans les représentations qu’il en donne. Ce poème est une épopée « qui fera de la défaite obscure et honteuse une histoire obsédante et magnifique, une liturgie, un chant dans une langue nouvelle. » (p.278). C’est l’épopée, cette bataille chantée qui vient créer du souvenir et construire la légende. Frédéric Boyer développe son analyse de l’épopée, le but de celle-ci étant ici de « rappeler (et d’inventer) des vies dignes d’être pleurées » (p.368). L’incise, plus qu’importante, est révélatrice de cette notion : l’épopée nous aide à nous souvenir, mais de par son statut d’œuvre littéraire, de poème, elle invente nécessairement. La Chanson de Roland devient le « poème […] du recouvrement du symbole sur le réel qui fait, qui invente l’Histoire » (p.347) et la défaite « n’est pas la fin du récit ou de l’histoire mais le commencement de son invention » (p.352). C’est le paradoxe entre bataille légendaire et défaite honteuse que raconte et travaille l’écriture à travers l’apparition de Roland que l’auteur (re)met en scène tel le théâtre nô. « Comment une trace aussi minime a-t-elle pu donner cette épopée ? Elle est née du langage. On s’est fixé sur ce fait divers honteux, somme toute pitoyable, on y a mis le nom de Roland et, peu à peu, de cette défaite obscure, on a fait une légende »[1]. La défaite devient épopée grâce au poème, devient un paradoxe : c’est une « glorieuse défaite ». Un parallèle intéressant est fait avec le théâtre nô : « L’apparition dramatique créant l’événement que l’on conduit à reconnaître au présent comme événement du passé ». Roland est présenté comme une apparition de l’histoire, et ce grâce au récit qui a la puissance de créer le combat : « L’art de se battre dépend ainsi, et peut-être surtout, d’un art de dire et d’écrire le combat » (p.271). L’art verbal célèbre la bataille qui trouve sa mémoire dans la langue française, comme si celle-ci cachait des fantômes, des « spectres » (p. 286) : c’est le récit qui crée le passé. Et c’est d’ailleurs, eu égard à ce récit spectral, que Frédéric Boyer a conservé dans sa traduction le décasyllabe épique, vers de combat à la césure forte afin de retrouver le rythme de l’épopée. Quant au personnage de Roland, sa légende s’est transformée en existence historique au XIXe siècle, surtout à partir de 1870, et en a fait un chevalier valeureux, un homme d’honneur fidèle à la « douce France », sa mère patrie, et à son roi, Charlemagne. Auparavant, il avait été décrié par Cervantès dans le Don Quichotte et par L’Arioste dans son Orlando Furioso, où il était présenté comme un amoureux fou et idiot, violent, perdant tout sens patriotique.

            L’écriture de Frédéric Boyer n’est pas qu’une affaire de réflexion sur le combat ou sur l’histoire : elle devient écriture personnelle et écriture des effets que provoque cette histoire sur l’homme aujourd’hui. « La mort de Roland reste l’événement de notre invention du passé qui résonne comme un trauma toujours actif » (p.297). Cette idée est illustrée dans la première partie du triptyque où le mot « chaman » revient, et où le nom propre fait office de présence. Le narrateur comme nous l’avons vu rappelle Roland, le fait venir lui et les autres parmi nous ; le temps est aboli grâce à la parole, grâce au poème : « De cette conception du récit, le passé n’existe que vivant dans le poème » (p.305). C’est ce qu’Henri Michaux appelle l’ « exorcisme », lorsque le texte rappelle un fantôme mais aussi, plus que le fantôme, rappelle le moi nostalgique, le nous du combat présent dans le passé, cet exorcisme étant ce qui rend possible la bataille, défaite, « merveilleuse et totale ».

 

« Le poème devient alors le lieu même de la confrontation et d’une mémoire partagée. » (p.338)

 

            Cette légende, véritable construction historique car devenue histoire, encourage une étude plus poussée de ce qui entoure « l’affaire Roland », de son époque. Frédéric Boyer commente dans ce « Cahier Roland » son monologue de la première partie mais propose également ses hypothèses historiques, conclusions de ses recherches dans les archives et de son enquête historiographique, sur l’existence du personnage de Roland et sur la réalité de la situation historique de l’époque.  Il n’y a pas qu’un seul portrait présenté dans ce texte, mais plusieurs : portraits de personnes particulières tel que celui de Charlemagne par exemple, mais aussi portraits de peuples tels que les Francs et les Arabes, ou encore portrait de concept tel que celui de l’Autre, de l’Ennemi. En effet, la figure héroïque de Roland se construit en creux de la figure symbolique du Père absent et épuisé qu’est Charlemagne : Frédéric Boyer appelle cela « la dette du père ». La chanson de Roland, texte à prendre comme une cérémonie, serait l’histoire sacrificielle de Roland, alors identifiable au Christ. La signature du manuscrit sur lequel s’appuie Frédéric Boyer est celle d’un clerc, Turold, homme de religion donc, ce qui n’est pas anodin. C’est pour l’auteur du Rappeler Roland une histoire de trahison et de vulnérabilité qui nous est donnée, le poème devenant par là même le lieu d’une mémoire partagée entre Francs et Arabes, où l’Autre, l’Ennemi, l’étranger, y est figuré, où la question des espaces et des territoires y est à analyser afin de comprendre et de nous dire quelque chose sur les relations entre le monde chrétien et le monde païen. Ce texte travaille non seulement les personnages mais également les enjeux idéologiques politiques et religieux, l’auteur ne se limitant pas p l’historiographie française mais se penchant également sur la présence de Roland dans l’historiographie arabe, puisque cette bataille est aussi une histoire arabe. Il propose cette interprétation : ce monde représenté dans son combat de l’Autre, plus par curiosité que par défiance, est le combat que nous faisons tous les jours dans notre contact à l’altérité. Ce passé légendaire a envahi notre présent, et pas seulement ce Roland : c’est toute la bataille (et ce qu’elle implique) qui a envahi notre temps, et qui est devenue un trauma. Roland, n’est-ce pas un « personnage-guérison » face au trauma des guerres, « champion de l’honneur collectif » (p.359), qui nous permettrait de faire face à notre mémoire tragique ?

            L’absence de preuves de l’existence de Roland est ce qui a déclenché l’écriture de ce texte, et pas seulement l’écriture : c’est ce qui a déclenché toute la réflexion sur la mémoire présente dans la langue française elle-même; cette absence est aussi à l’origine de toute cette réflexion sur le passé retrouvé, voire créé, dans le présent de l’écriture et surtout dans la poésie : « Et parle au présent avec les mots du passé. Et parle au passé avec les mots du présent » (p.62). L’essai, « Cahier Roland », explique historiquement le retour de Roland sur les scènes politiques et religieuses du XIXe siècle et parle du thème de la bataille et du combat et de ses représentations dans notre culture, interrogeant la notion de passé éclairé par le présent autour d’une question qui hante notre société selon Frédéric Boyer : « Que nous reste-t-il du passé pour vivre encore le présent et l’inventer ? » (p.292). L’auteur n’hésite pas à proposer une conception du passé, éclairée par cette étude de la Chanson de Roland : le passé est « la parole que nous en faisons, le poème que nous nous récitons » (p.305). Et pour vous plonger à votre tour dans ce Rappeler Roland, sachez que le monologue de la première partie, texte de performance, sera mis en scène au théâtre La Comédie de Reims en mars 2013. A vos agendas !

 

 

 

 

 


[1] Entretien avec Frédéric Boyer, propos recueilli par Philippe Lançon, Libération, 9 janvier 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *