[10 avril 2015] Relire S/Z

 

 

 

Journée d’études le vendredi 10 avril 2015 à l’Université Lille 3, Maison de la Recherche, salle des colloques (F044) de 10h à 18h.

 

PROGRAMME

 

10h : ouverture (Martine Reid)

 

  1. « Le tout » (sous la présidence de Claude Coste)

10h15 : Michel Pierssens (université de Montréal), « Slash »

11h : Pierre Laforgue (université de Bordeaux-3), « 1844-1839-1835-1832-1831-1830/1970 »

11h45 : Andrea Del Lungo (université de Lille-3), « S/Z : un texte lisible ? »

 

12h30 : déjeuner

 

  1. « La partie » (sous la présidence de Michel Piersssens)

13h45 : Claude Coste (université de Grenoble-3), « La figure du castrat chez Balzac et chez Barthes »

14h30 : Florence de Chalonge (université de Lille-3), « Fortune du proaïrétique »

15h15 : Franc Schuerewegen (universités d’Anvers et de Nimègue), « La venue des Sarrasins »

 

Pause

 

16h15 : Thomas Conrad (Paris), « Les équivoques du réalisme »

17h : Martine Reid (université de Lille-3), «  Contre-point : le retour à Balzac de Pavel et Bremond »

 

17h45 : conclusion (Andrea Del Lungo)

 

Source : Alithila

Nouvelle bibliographie

I] Bibliographie générale


Ecriture de l’histoire, épistémologie contemporaine, figures d’historien

ANGENOT Marc, Le Roman populaire. Recherches en paralittératures, Montréal, Presses de l’Université du Québec, coll. « Genres et Dis- cours », 1975.

AMALVI Christian (dir.), Les lieux de l’histoire, Paris, Armand Collin, 2005.

APRILE Sylvie, « Usages et mésusages de la littérature », La Révolution Inachevée, Paris, Belin, 2010.

BARTHES Roland, « Histoire et littérature : à propos de Racine », Annales ESC, n° 3, mai-juin 1960, p. 524-537.

BARTHES Roland, « Le discours de l’histoire », Social Science Information, VI, n°4. Repris dans Le bruissement de la langue, paris, Editions du Seul, Points-Essais, 1993.

BÉDARIDA François, L’histoire et le métier d’historien en France – 1945-1995, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

BOUCHERON Patrick, Léonard et Machiavel, Paris, Verdier, 2008, rééd. Verdier/poche 2013.

BOUCHERON Patrick, Faire profession d’historien, Publications de la Sorbonne, 2010.

BOUCHERON Patrick, L’Entretemps. Conversations sur l’histoire, Paris, Verdier, 2012.

BOUCHERON Patrick, VENAYRE Sylvain, L’Histoire au conditionnel, Paris, Mille et une Nuits, 2012.

BOUJU Emmanuel, La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du vingtième siècle, Rennes, PUR, 2006.

BOUJU Emmanuel, « Exercice des mémoires possibles et littérature” à-présent”. La transcription de l’histoire dans le roman contemporain », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2010/2 (65e année). pp. 417 à 438.

BOURDIN Philippe (dir.), La Révolution. 1789-1871. Ecriture d’une Histoire immédiate, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2008.

CERTEAU Michel de, L’écriture de l’histoire, Paris, Editions Gallimard, 1975.

CHARLE Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, Paris, Albin Michel, coll.« Bibliothèque historique », 2008.

CHARLE Christophe, Homo Historicus : Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2013.

CORBIN Alain, « Histoire littéraire et histoire sociale », Revue d’histoire littéraire de la France, “colloque du centenaire”, 1995, pp. 176-178.

CORBIN Alain, MICHAUD Stéphane, MILNER Max, DIAZ José-Luis, L’Invention du XIXe siècle. II – Le XIXe siècle au miroir du XXe siècle, Paris, Klincksieck, 2002.

DUCHET Claude, « Positions et perspectives », dans Sociocritique, sous la direction de Claude Duchet, Paris, Nathan-Université, 1979.

DUMOULIN Olivier, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel.

DURAND-LE GUERN Isabelle, Le roman de la révolution. L’écriture romanesque des révolutions de Victor Hugo à George Orwell, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012

ESPAGNE Michel, WERNER Michel (éd.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?, Paris, Éditions Maison des Sciences de l’Homme, 1994.

ESPAGNE Michel, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF,2000.

FEBVRE Lucien, « Littérature et vie sociale. De Lanson à Daniel Mornet, un renoncement », Annales d’histoire sociale, janvier-juin 1941, III, 1- 2, p. 113-117, repris dans Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 264 et suiv.

JOUHAUD Christian, SHAPIRA Nicolas, RIBARD Dinah, Histoire, Littérature, Témoignage – Ecrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, coll. “Folio”, série “Histoire” (inédit), 2009.

KALIFA Dominique, VAILLANT Alain, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle », Le Temps des Médias, n° 2, 2004, p. 197-214.

LYON-CAEN Judith, « Histoire littéraire et histoire de la lecture », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre, 2003, p. 613- 624.

LYON-CAEN Judith et RIBARD Rinah, L’historien et la littérature, Collection Repères, La Découverte, 2010.

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

LYON-CAEN Judith, « Le romancier, lecteur du social », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 24, 2002-1.

NOIRIEL Gérard, Histoire, théâtre, politique, Marseille, Agone, 2009.

NORA Pierre, Historien public, Gallimard (Blanche), Paris, 2011.

OZOUF Mona, Les Aveux du roman. Le XIXe siècle entre Ancien Régime et Révolution, Paris, Fayard, 2001 ; rééd. Gallimard, coll. « Tel », 2004.

OZOUF Mona, Composition française : retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.

OZOUF Mona, La cause des livres, Paris, Gallimard, 2011.

PARKHUST FERGUSSON Priscilla, La France, nation littéraire, Bruxelles, Éditions Labor, coll. « Média », 1991.

PLANTÉ Christine, La Petite Sœur de Balzac, Paris, Le Seuil, 1989.

PROST Antoine, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Editions du Seuil, 2010

RANCIÈRE Jacques, Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, 1992.

RANCIÈRE Jacques, La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 1998.

RANCIÈRE Jacques, Politiques de la littérature, Paris, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 2007, 231 p.

RANCIÈRE Jacques, Figures de l’histoire, PUF, coll. « Travaux Pratiques »,‎ 29 août 2012.

RIBARD Dinah, « Philosophe ou écrivain ? Problèmes de délimitation entre histoire littéraire et histoire de la philosophie en France, 1650- 1850 », Annales HSS, mars avril 2000, n° 2, p. 355-388.

RIOT-SARCEY Michèle, « « Tout s’oublie » ou comment penser l’histoire avec Balzac », dans Nicole Mozet et Paule Petitier (dir.), Balzac dans l’Histoire, Paris, Editions SEDES, « Collection du Bicentenaire », 2001, pp. 199-208.

THÉRENTY Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 2007, 408 p.

THÉRENTY Marie-Ève, VAILLANT Alain, 1836. L’An I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de « La Presse » de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

THIESSE Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

VAILLANT Alain, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, coll. « Bibliothèque stendhalienne et romantique », 2005.

VAREILLE Jean-Claude, Le Roman populaire français (1789-1914), idéologies et pratiques, Limoges, PULIM/Québec, Nuit Blanche, 1994.

VENAYRE Sylvain, Les origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation, Paris, Editions du Seuil, 2013.

VEYNE Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Editions du Seuil, 1971.

ZANONE Damien, Écrire son temps. Les Mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2006.

 

 

Quelques revues ou numéros de revue intéressants

Romantisme, revue du dix-neuvième siècle : n°143 (2009), « Histoire culturelle / Histoire littéraire ».

Annales. Histoire, Sciences Sociales : n° 2 (2010 – 65e année), « Savoirs de la Littérature ».

Le débat : n°165 (mai-août 2011), « L’histoire saisie par la fiction ».

Le débat : n°177 (novembre-décembre 2013) : « La culture du passé »

Ecrire l’histoire : tous les numéros.

 

 

Ouvrages recensés et commentés sur le site

JABLONKA Ivan, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête, Paris, Seuil, 2012. Compte rendu de Dimitri Julien : http://crehist.hypotheses.org/1011

BOUCHERON Patrick, VENAYRE Sylvain, L’histoire au conditionnel. Textes et documents à l’usage de l’étudiant, Paris, Mille et Une Nuits, 2012. Compte rendu de Sébastien Debeire : http://crehist.hypotheses.org/547

BOYER Frédéric, Rappeler Roland, Paris, P.O.L., 2013. Compte rendu d’Anne-Charlotte L’Homel : http://crehist.hypotheses.org/530

 

 

 

 

II] Bibliographie du séminaire

Œuvres étudiées, citées, évoquées au cours du séminaire Créer l’/Histoire


Histoire et poésie. Métriques de l’histoire.

BOUHÉNIC Pascale, Boxing Parade, Paris, Gallimard, 2011, 160 pp.

CLERC Thomas, L’homme qui tua Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2010, 360 pp.

GOLDMAN Pierre, Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France, Paris, Seuil, 2005 (1re éd. 1975), 311 pp.

 

Économie et fiction. Éco-fiction.

LORDON Frédéric, D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise financière. En quatre actes, et en alexandrins, Paris, Seuil, 2011, 134 pp.

REFFAIT Christophe, La Bourse dans le roman du second XIXe siècle. Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Paris, Honoré Champion, 2007, 634 pp.

 

Archives et littérature. Matières d’histoire, matières de fiction.

BOUJU Emmanuel, La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du vingtième siècle, Rennes, PUR, 2006, 209 pp.

BOUJU Emmanuel, « Exercice des mémoires possibles et littérature” à-présent”. La transcription de l’histoire dans le roman contemporain », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2010/2 (65e année). pp. 417 à 438.

HANNA Christophe, Valérie par Valérie, Paris, Al Dante, 2008, 288 pp.

HANNA Christophe, Nos visages-flash ultimes, Paris, Al Dante, 2007, 291 pp.

HANNA Christophe, Les Berthier, Paris, Questions théoriques, 2012, 232 pp.

RIOT-SARCEY Michèle, « « Tout s’oublie » ou comment penser l’histoire avec Balzac », dans Nicole Mozet et Paule Petitier (dir.), Balzac dans l’Histoire, Paris, Editions SEDES, « Collection du Bicentenaire », 2001, pp. 199-208.

RIOT-SARCEY Michèle, « Le passé du présent », dans Marie-Eve Thérenty et Boris Lyon-Caen (dir.), Balzac et le politique, Paris, Christina Pirot, 2007, pp. 73-82.

 

De l’usage du récit dans Le village des « cannibales » d’Alain Corbin. Un exemple d’historiographie contemporaine.

AGULHON Maurice, « Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXème siècle, 1845-1880), Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, Année 1977, vol. 32, n°2 pp. 301-304.

BEAUJOUR Michel, « Une ”histoire au second degré ” : le style d’Alain Corbin », French Politics, Culture & Society, vol. 22 no 2, été 2004, pp. 14-25.

CORBIN Alain, Le village des “cannibales”, Flammarion, coll. « Champs », Paris, 2009 (1re éd. 1986), 204 pp.

IhL Olivier, « Alain Corbin : Le village des cannibales », in Revue française de science politique, 41e année, n°4, 1991, pp. 583-586.

LORIGA Sabina, « Alain Corbin. Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu (1798-1876) », Annales. Histoire, Sciences sociales, Année 2002, Vol. 57, n°1, pp. 240-242.

SAWICKI Frédéric, « Corbin (Alain), Le village des cannibales » in Politix, vol. 4, N°13, premier trimestre 199, pp. 95-98.

TEULÉ Jean, Mangez-le si vous voulez, Paris, Julliard, 2009, 144 pp.

 

Data-Littérature et Digital History. Écriture et Histoire à l’heure du numérique.

ARENDT Hannah, La crise de la culture, Paris, Folio, Gallimard, 1989, 384 pp.

BARTHOLEYNS Gil, DITTMAR Pierre-Olivier, JOLIVET Vincent, Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PUF, 2008, 200 pp.

BENJAMIN Walter, Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Allia, 2003, 50 pp.

BOURDIEU Pierre, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, 567 pp.

CADIOT Olivier, L’art poetic, Paris, P.O.L, 1988, 140 pp.

DOUEIHI Milad, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 177 pp.

MESNARD Philippe, « La matière littéraire », dans la revue Vacarme (numéro 03), février 1997, [en ligne]. URL : http://www.vacarme.org/article1110.html. Consulté le 5 septembre 2013.

MORETTI Franco, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les prairies ordinaires, 2008, 139 pp.

SERRES Michel, Petite Poucette, Paris, Le Pommier, 2012, 84 pp.

 

Représentation visuelle de l’histoire I – Le portrait.

ARBAÏZAR Philippe (dir.), Portraits, singulier pluriel, Hazan, 1997, 143 pp.

AUZÉPY Marie-France et CORNETTE Joël, Histoire du poil, Paris, Belin, 2011, 352 pp.

BALZAC Honoré de, Le Cousins Pons, Paris, Gallimard, 1973, 438 pp.

BEMBO Pietro, Les Azolains, trad. Marie-Françoise Piéjus, Paris, Belles Lettres, 2006, 220 pp.

FOUCAULT Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1993, 360 pp.

FRIED Michael, La Place du spectateur. Esthétique et origines de la peinture moderne, t. 1 : La place du spectateur, Paris, Gallimard, 1990, 288 pp.

LA FAYETTE Madame de, La Princesse de Clèves, Paris, Flammarion, 1996, 288 pp.

FROISSART Jean, Méliador, le cheval au soleil d’or, trad. F. Bouchet, in La légende arthurienne : le Graal et la table ronde, Paris, Robert Laffont, 1999, pp. 1060-1072.

LE GALL Jean-Marie, Un Idéal masculin : barbes et moustaches, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Payot, 2011, 381 pp.

POMIAN Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987, 367 pp.

 

Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et carthographies.

ANTHEAUME Benoît et GIRAUT Frédéric, Le territoire est mort, vive les territoires !, Paris, IRD, 2005, 384 pp.

BOUSSARD Jacques, « Seigneurie et féodalité », in Journal des savants n°2 (1968), pp. 125-132.

BUISINE Alain, « D’un romanesque à contretemps : (Jean) Renaud Camus », in Littérature n°77 (1990), pp. 41-65.

CAMUS Renaud, Roman roi, Paris, P.O.L, 1983, 501 pp.

COMITÉ INVISIBLE, L’insurrection qui vient, Paris, La Fabrique, 2007, 125 pp.

DELEUZE Gilles et GUATTARI Félix, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Les Editions de Minuit, 1972, 493 pp.

DERRIDA Jacques, La pharmacie de Platon, in Phèdre, Paris, Flammarion, 2006, 418 pp.

DERRIDA Jacques, De la grammatologie, Paris, Les Editions de Minuit, 1967, 445 pp.

FEYERABEND Paul, Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Seuil, 1988, 349 pp.

FOUCAULT Michel, « Les rapports de pouvoir passent à l’intérieur des corps » (entretien avec L. Finas), in La quinzaine littéraire n°247 (1er-15 janvier), pp. 4-6.

GILLINGHAM John, The Angevin Empire, Londres, Editions Arnold, 2000, 148 pp.

GUERREAU Alain, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au XXIe siècle ?, Paris, Seuil, 2001, 342 pp.

JOURDE Pierre, Géographies imaginaires, Paris, José Corti, 1991, 343 pp.

LE CLÉZIO J.M.G, La Quarantaine, Paris, Gallimard, 1997, 540 pp.

LÉVY Jacques, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, 1999, 400 pp.

LÉVY Jacques et LUSSAULT Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, 1033 pp.

LÉVY Jacques et LUSSAULT Michel (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, 2000, 350 pp.

MADELINE Fanny, La politique de construction des Plantagenêt et la formation d’un territoire politique (1154-1216), Thèse de doctorat sous la direction de Jean-Philippe Genet, Lille, ANRT, 2009.

MATHIEU Jean-Baptiste, La représentation comme fiction. Une relecture de : Kendall WALTON, Mimesis as make believe. On the foundations of the representational arts, Harvard University Press, 1990, [en ligne]. URL : http://www.fabula.org/revue/cr/197.php. Consulté le 5 septembre 2013.

RANCIÈRE Jacques, La chair des mots. Politiques de l’écriture, Paris, Galilée, 1998, 205 pp.

RANCIÈRE Jacques, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, 231 pp.

RYAN Marie Laure, « Fiction, non-factuals, and the principle of minimal departure », in Poetics n°9 (1980), pp. 403-422.

TRICARD Jean, « La Touraine d’un Tourangeau au XIIe siècle », in GUENÉE Bernard, Le métier d’historien au Moyen Âge. Etudes sur l’historiographie médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, pp. 79-93.

 

Littérature et histoire à l’heure du rock. Musique et histoire.

BATAILLE Georges, La haine de la poésie, Paris, Les Editions de Minuit, 1947.

SALVAYRE Lydie, Hymne, Paris, Points, 2012, 240 pp.

 

Dire la catastrophe.

ADHAM Leila, « Mémoire et poétique de la spectralité. Le fantôme comme figure de lutte contre l’oubli », in C. Hähnel-Mesnard, M. Liétard-Yétérian et C. Marinas, Culture et mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Editions de l’Ecole Polytechnique, 2008.

AGAMBEN Giorgio, Homo sacer. III, Ce qui reste d’Auschwitz : l’archive et le témoin, trad. Pierre Alfieri, Paris, Payot, 1999, 233 pp.

AUDEGUY Stéphane, La Théorie des nuages, Paris, Folio, 2007, 336 pp.

BON François, Daewoo, Paris, Le Livre de Poche, 2006, 252 pp.

CELAN Paul, « Gloire des cendres », Choix de poèmes réunis par l’auteur, Paris, Gallimard, 1998, 376 pp.

CRU Jean Norton, Du Témoignage, Paris, Allia, 1998, 153 pp.

CRU Jean Norton, Témoins, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2006, 727 pp.

DAGOGNET François, Des détritus, des déchets, de l’abject, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1998. 230 pp.

DARLEY Emmanuel, Un des malheurs, Paris, Editions Phébus, 2011, 187 pp.

DE TOLEDO Camille, L’Inversion de Hieronymus Bosch, Paris, Verticales, 2005, 272 pp.

DE TOLEDO Camille, Vies et mort d’un terroriste américain, Paris, Verticales, 2007, 336 pp.

DIDI-HUBERMAN Georges, Images malgré tout, Paris, Les Editions de Minuit, 2003, 235 pp.

FUKUYAMA Francis, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1993, 448 pp.

KLEMPERER Victor, LTI, la langue du Troisième Reich. Carnet d’un philologue, Paris, Pocket, 2003, 375 pp.

LANG Luc, 11 septembre mon amour, Paris, Librairie generale francaise, 2005, 249 pp.

LEVI Primo, Si c’est un homme, Paris, Pocket, 1988, 213 pp.

LEVI Primo, Les Naufragés et les Rescapés, Paris, Gallimard, 1989, 200 pp.

LÉVY Bernard-Henry, Les Aventures de la liberté, Paris, Grasset, 1991, 494 pp.

MAUVIGNIER Laurent, Dans la foule, Paris, Les Editions de Minuit, 2009, 426 pp.

MACÉ Gérard, L’âge de fer, Saint-Etienne, Editions la Pionnière, 2003.

QUESSADA Dominique, L’inséparé. Essai sur le monde sans Autre, Paris, Presses Universitaires de France, 2013, 321 pp.

 

Représentation visuelle de l’histoire II – Cinéma et Histoire.

BELLOUR Raymond, « Du photographique », in Trafic, nº 55, automne 2005.

BEN ATTIA Medhi « NÉORÉALISME – Que faire ? » in Histoires minuscules des Révolutions arabes, sous la direction de Wassyla Tamzali, éditions Chèvre-feuille, Février 2012, pp.217-220.

CHAR René, Fureur et mystère, Paris, Poésie/Gallimard, 1967, 219 pp.

FOUCAULT Michel, « Anti-Rétro », il s’agit du premier entretien du philosophe avec les Cahiers du cinéma, nº 251- 252, juillet-août 1974, repris dans Dits et Écrits (texte nº 140), Paris, Gallimard, 2001.

SAVONA Stefano et ZABUNYAN Dork, « Voir la révolution », entretien avec Laurent Jeanpierre, Cahiers du cinéma, n°675, février 2012.

 

Intérieurs : l’art, la littérature et la matière.

BALZAC Honoré de, Traité de la vie élégante, Paris, Arléa, 1998, 157 pp.

BAUDELAIRE Charles, Le peintre de la vie moderne, Paris, Editions du Sandre, 2009, 110 pp.

GABORIAU Emile, L’affaire Lerouge, Paris, Le Masque, 2013, 480 pp.

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

[Colloque – 13-15 mars] Les archives au XIXe siècle : définitions et pratiques

Colloque interdisciplinaire « Les archives au XIXe siècle : définitions et pratiques »

Université Paris Diderot

 13-15 mars 2014

Programme complet à venir

 

Comité scientifique : Louis Hincker (université de Valenciennes), Muriel Louâpre (université Paris V), Claude Millet (université Paris Diderot), Paule Petitier (université Paris Diderot), Yann Potin (Archives nationales) et Sylvain Venayre (université Paris I).

 

Dans le cadre du programme « Archive(s) 19 » (http://archive19.hypotheses.org), la composante « Littérature & civilisation du XIXe siècle » du CÉRILAC (EA 4410 Université Paris Diderot) en partenariat avec les Archives nationales accueillera les 13, 14 et 15 mars 2014 un colloque sur les définitions et pratiques des archives au XIXe siècle (1789-1914), étant entendu que les pratiques non seulement reposent sur les conceptions mais les informent.

Définitions : seront questionnées la définition de l’archive au XIXe siècle dans les langues juridique et historienne, mais aussi ses acceptions, littérales et/ou métaphoriques, dans d’autres champs du discours (littérature, sciences de la nature et de l’homme), les contours de la notion d’archive par rapport à des notions proches comme celle de document et leurs possibles recouvrements, la délimitation du domaine de l’archivable et son devenir dans le contexte des mutations épistémologiques qui ont marqué le « siècle de l’histoire ».

Pratiques : pourront être étudiés les travaux archivistiques, leurs évolutions, leur institution en paradigme de la recherche des traces du passé, les usages des archives en régime savant, en particulier par les historiens mais pas seulement, et enfin le rapport des écrivains aux archives, entre usages concrets et imaginaire (consultations et collections, usages documentaires dans la genèse, constitution des archives de l’œuvre, collation et commerce d’autographes, mais aussi intégrations textuelles, représentation des archives et de ceux qui les conservent ou les détruisent).

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

[Journée d’étude en ligne] Enfance. Autour de Walter Benjamin

Journée d’étude en ligne sur Fabula

 

Enfance. Autour de Walter Benjamin

 

 

Journée Walter Benjamin

15 février 2013

Université de Lille III

Organisateurs : Dominique Dupart et Alison Boulanger

 

Journée organisée le 15 février 2013 à l’université de Lille III dans le cadre du séminaire trans-disciplinaire littérature et histoire Créer l’/Histoire (Dominique Dupart et Mélanie Traversier, Université de Lille III, Laboratoires Alihtila et Irhis)

Site du séminaire : http://crehist.hypotheses.org/

Journée dirigée par Alison Boulanger (Université de Lille III, Alithila) et Dominique Dupart (Université de Lille III, Alithila) à destination non-exclusive des candidats à l’agrégation de Lettres modernes.  La transcription des interventions de Patrick Boucheron et Philippe Ivernel – ainsi que les discussions – a été assurée par une équipe d’étudiants en Master de recherche dans le Département de Lettres modernes (Romain Bohet, Sébastien Debeire, Dimitri Julien et Valentin Vouriot) sous la direction de Carole Furmanek (Docteur en littérature frnnaçaise, Lille III)), qui a également collaboré à l’édition du présent volume. Que tous ici soient remerciés pour leur travail et leur engagement.

Suite et compte rendu des interventions sur fabula.org

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

17 janvier : Regards critiques sur Le Rouge et le Noir

Journée d’étude sur Le Rouge et le Noir de Stendhal, le 17 janvier.

Organisée par Andrea Del Lungo et Martine Reid

Maison de la Recherche – Lille 3

Salle F013

Intervenants : Martine Reid (Université Lille 3), Michel Crouzet (Université Paris 4), Damien Zanone (Université Catholique de Louvain), Bruno Blasselle (Bibliothèque de l’Arsenal), Andrea Del Lungo (Université Lille 3), Catherine Mariette-Clot (Université Grenoble 3), Marie-Rose Corredor (Université Grenoble 3), Boris Lyon-Caen (Université Paris 4), Emmanuel Schwartz (École des Beaux-Arts, Paris).

 

Hebergeur d'image

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Colloque international : 14, 15 et 16 novembre 2013 – Les mystères urbains au XIXe siècle. Circulations, transferts, appropriations

Programme du colloque international sur Les

mystères urbains au XIXe siècle :

circulations, transferts, appropriations

 

Organisé par le RIRRA 21 (Université de Montpellier 3) et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1, Paris 4)

 

 

 

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

 

Contacts : Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty (www.rirra21.upv.univ-montp3.fr)

 

 

Vendredi 8 novembre 2013

Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier, 19h00 

« Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale. »

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

 

 

Mardi 12 novembre 2013

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 19h45     

Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

 

 

Jeudi 14 novembre 2013

Salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier

 

 9h00 : Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

 

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

 

9h30 : Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 : Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

 

Pause

11h30 : Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 : Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

 

 

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 : Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 : Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 : Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

 

Pause

 

16h30 : Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h00 : François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h30 : Dîner du colloque

 

 

Vendredi 15 novembre 2013

Salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier

 

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 : Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 : Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

 

Pause

 

11h00 : Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 : Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

 

 

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14h00 : John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mysteres des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 : Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

 

Pause

 

15h30 : Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 : Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h24 : Départ par le TGV pour Paris

 

 

Samedi 16 novembre 2013

Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris

 

9h00 : Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

 

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 : Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 : Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900) »

 

Pause

 

11h00 : Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 : Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 : Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

 

 

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 : Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 : Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 : Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 : Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Journée d’étude « Le Clézio, de la nouvelle au cinéma, l’interculturel dans l’œuvre de Le Clézio » (1er octobre, Le Méliès)

Le Clézio, de la nouvelle au

cinéma, l’interculturel dans

l’œuvre de Le Clézio

Journée d’étude

1er octobre 2013 – 15h

Cinéma Le Méliès (Villeneuve d’Ascq)

 

 

 

La Société Roman 20-50, en partenariat avec l’Université Lille 3, le Cinéma Le Méliès et la Mairie de Villeneuve d’Ascq, présente sa première Journée d’études consacrée à JMG Le Clézio. Cette initiative a pour but d’accompagner la sortie du numéro 55 de juin 2013 de la revue Roman 20-50, dirigée par Catherine Douzou et publiée aux Presses Universitaires du Septentrion.

Couronné par le prix Nobel de littérature en 2008, JMG Le Clézio est un auteur contemporain de renommée internationale. Il reste malgré tout relativement peu connu en France. La journée qui lui sera consacrée le 1er octobre 2013 sera l’occasion de rencontrer l’œuvre de l’écrivain et de discuter, grâce aux invités et au public de la Métropole lilloise, des questions soulevées dans la revue.

L’enjeu de la journée est de croiser les regards sur l’œuvre et son auteur (amateurs, scolaires, enseignants, universitaires, cinéphiles, dramaturges et économistes). Celle-ci s’organisera autour de trois pôles : les caractéristiques des nouvelles de Le Clézio ; le rapport entre le texte et le cinéma et l’engagement de l’écrivain.

 

Programme

 

15h : Accueil et ouverture officielle par Catherine Douzou, directrice de la publication Roman 20-50

 

15h15 : Une nouvelle de JMG Le Clézio à l’écran : La Prom’ de Raymond Depardon

  • Introduction de la nouvelle inédite La Prom par Isabelle Roussel-Gillet , universitaire et coordinatrice du numéro 55 de Roman 20-50 : Le Clézio nouvelliste, des fièvres aux fantaisies
  • Diffusion du court-métrage La Prom’ de Raymond Depardon (13’)
  • Échanges avec la salle

 

16h00 : JMG Le Clézio un nouvelliste à part ? Et l’art de la nouvelle

  • Présentation du dernier recueil publié par l’écrivain Histoire du pied et autres fantaisies et  Claire Colin et Bruno Tritsmans, universitaires, auteurs dans le numéro de Roman 20-50
  • « C’est ainsi que nous écoutons le monde. » Lecture d’un montage d’extraits d’ Histoire du pied et autres fantaisies par Lauriane Durix, Ninon Perez et , étudiants à l’UFR Arts de la scène de Lille 3. Lecture dirigée par Maxence Cambron, metteur en scène (30’)
  • Échanges avec la salle

 

17h 30 : Pause

 

18h : Mieux connaître JMG Le Clézio…

  • Projection  du reportage de Michèle Gazier et Jacques Malaterre sur JMG Le Clézio (40’)
  • Échanges avec la salle

 

19h  apéro-dînatoire offert par la municipalité

 

20h: JMG Le Clézio : un regard engagé sur le monde ?

  • Projection de Mondo, de Tony Gatlif
  • Discussion – débat sur le film et l’interculturel par Isabelle Roussel-Gillet, en dialogue avec le public

 

Avec la participation des élèves de Seconde du Lycée Queneau.

 

Informations :

Carine Capone – c.capone@free.fr/ 0644822228

Geneviève Roland – roland_genevieve@yahoo.fr/ 0670280803

Pour l’association  Roman 20-50, Lille 3.

 

Source : Eulalie

 

 

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

9-10 octobre – Les rendez-vous de l’histoire : Augustin Thierry, entre histoire et mémoire

RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE

2013

 

                                               

Augustin Thierry – Entre histoire et mémoire

 

9 & 10 octobre 2013

Château de Blois

Salle Mansart

 

 

 

 

 

 

Mercredi 9 octobre 2013

 

Matinée

 

10h : accueil des participants

 

Les premiers pas

 

10h30 : Philippe Régnier, directeur de recherche au CNRS en littérature du XIXe siècle  (UMR LIRE)

« Thierry et Saint-Simon ».

 

11h : Stéphane Zékian, chargé de recherche au CNRS en littérature du XIXe siècle (UMR LIRE)

« Augustin Thierry publiciste ».

Du côté d’Amédée

 

11h30 : Pierre Allorant, maître de conférences en histoire du droit à l’Université d’Orléans

« Amédée Thierry : le préfet de la famille ».

 

 

Après-midi

 

Une nouvelle écriture de l’histoire

 

14h30 : Dominique Dupart, maître de conférences en littérature du XIXe siècle à l’Université Lille 3

« Augustin Thierry : pour une nouvelle écriture de la source en histoire »

 

15h : Odile Parsis-Barubé, maître de conférences en histoire du XIXe siècle à l’Université Lille 3

« La notion de couleur locale dans l’œuvre d’Augustin Thierry »

 

 

La Conquête de l’Angleterre  

 

16h : Stephen Bann, professeur d’histoire de l’art à l’Université de Bristol

« Augustin Thierry et la représentation de l’histoire : à propos de l’Atlas pour l’Histoire de la Conquête de l’Angleterre par les Normands »

 

16h30 : Fiona McIntosh-Varjabédian, professeur de littérature comparée à l’Université Lille 3

« Thierry et l’historiographie écossaise : héritages et ruptures »

 

17h : Paule Petitier, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université Paris 7

« Thomas Becket vu par l’historiographie romantique (Thierry, Michelet) »

 

 

 

 


 

 

Jeudi 10 octobre 2103

 

Matinée

 

Le Moyen Age d’Augustin Thierry

 

9h00 : Bruno Dumézil, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris 10

« Romanité et germanité chez les Mérovingiens de Thierry »

 

9h30 : Sophie-Anne Leterrier, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Artois & Agnès Graceffa, docteur en histoire

« Les Mérovingiens d’Augustin Thierry, dans l’histoire et dans l’imaginaire »

 

10h00 : Isabelle Durand-Le Guern, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Bretagne Sud

« Augustin Thierry et le Moyen Âge romantique »

 

 

La dernière œuvre

                                                          

11h : Sylvain Venayre, professeur en histoire contemporaine à l’Université Grenoble II

« Augustin Thierry et la crise de la téléologie : publication et réception de l’Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers Etat au lendemain de 1848 »

 

11h30 : Yann Potin, chargé de recherche aux Archives nationales

« Des petits mains pour de grands yeux vides ? Archivistes et érudits à la conquête des « Monuments inédits du Tiers Etat » : éléments pour l’histoire d’une illusion d’optique documentaire »

 

 

 

Colloque organisé avec le soutien de

La Région Centre

La mairie de Blois

L’Université d’Orléans et le laboratoire POLEN

Contact :

aude.deruelle@univ-orleans.fr

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Prochaine séance du séminaire – Intérieurs : l’art, la littérature et la matière (1er octobre, Lille 3)

Intérieurs : l’art, la littérature et la matière

 

Mardi 1er octobre 2013

16h30-19h

 

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Salle Irhis A1 152

 

 Photo de l’exposition Wild at home de Robert Stadler, par Andre Morin (galerie Triple V, 2011)

 

Secrétaire de séance : Dimitri Julien.

Invités : Barbara Bohac (Maître de conférences en littérature française, Lille 3), Robert Stadler (designer), Manuel Charpy (Chargé de recherches CNRS/Irhis, Lille 3).

 

 

Barbara Bohac – Philosophie du décor familier chez les écrivains au XIXe siècle

Bio-bibliographie : Barbara Bohac est Maître de conférences en littérature française à l’Université de Lille 3. Elle est l’auteur de Jouir partout ainsi qu’il sied, L’Esthétique du quotidien chez Mallarmé (Éditions Classiques Garnier, 2012, prix Henri Mondor de l’Académie française 2013).

Ses travaux portent notamment sur les écrivains des XIX-XXe siècles et les arts, majeurs comme mineurs.

 

Résumé de l’intervention : Partant de l’idée que l’environnement matériel manifeste notre univers spirituel et moral, les écrivains du XIXe tentent de penser la signification profonde de l’esthétique du décor familier. Tantôt ils la conçoivent comme l’expression de l’Histoire, lutte entre l’esprit païen et l’esprit bourgeois dominant (Gautier), protestation de notre instinct d’idéal contre un monde déchu qui oublie sa part spirituelle (Baudelaire, Montesquiou). Tantôt ils y voient l’expression d’une dimension métaphysique, en tant que symbole du drame existentiel de l’homme et de sa grandeur secrète (Mallarmé). Dans chaque cas, la philosophie du décor familier engage une politique : aristocratie ou démocratie sont les valeurs affirmées au travers d’un idéal décoratif.

 

 

 

Manuel Charpy – De décors en décors. Intérieurs, culture matérielle et récits au XIXe siècle

Bio-bibliographie : Manuel Charpy est chargé de recherches au CNRS attaché à l’IRHIS. Il travaille essentiellement sur l’histoire de la culture visuelle et matérielle – espaces privés, espaces urbains, mode vestimentaire… – en France, en Angleterre et aux États-Unis. Il prépare actuellement un ouvrage tiré de sa thèse et intitulé Le théâtre des objets. Culture matérielle et identité sociale au XIXe siècle, à paraître chez Flammarion en 2014.

 

Résumé de l’intervention : Cette intervention aimerait réfléchir aux correspondances au XIXe siècle entre l’élaboration d’une nouvelle culture matérielle privée et les récits qui s’y attachent et qui l’accompagnent, qu’il s’agisse des récits publicitaires, littéraires ou autobiographiques.

 

 

 

Robert Stadler – Wild at home

Bio-bibliographie (à venir) :  Robert Stadler est né en 1966 à Vienne en Autriche. Il étudie le design à l’Instituto Europeo di Design (IED) de Milan, puis à l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) à Paris.

En 1992, il fonde le groupe Radi Designers qui oeuvre jusqu’en 2008.

Il est représenté par Carpenters Workshop Gallery et la Galerie Triple V.

Ses créations sont présentes dans plusieurs collectionsprivées et publiques telles que la Fondation Cartier pour l’Art contemporain, le Fonds national d’art contemporain, le MAK – Museum for Applied Arts/Contemporary Art à Vienne, les Arts Décoratifs à Paris.

Il travaille pour des clients de renom tels l’Académie des César, Dior, Beaumarly, Nissan, Orange, Ricard et Thonet.

En 2012, Robert Stadler est lauréat du Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main – Dialogues pour le canapé Irregular Bomb réalisé en collaboration avec Siegeair.

Robert Stadler intervient dans des domaines très divers, effaçant toute hiérarchie entre les projets libres et les commandes industrielles. Il explore l’espace d’exposition, afin de dissiper le clivage entre art et design. Il interroge le statut de l’objet comme oeuvre d’art ou produit, ainsi que la frontière entre préciosité et humilité, élégance et vulgarité, discrétion et perturbation.

Quelques expositions personnelles :

2011
– 1000 jours / Carpenters Workshop Gallery, Paris.
– shading / Carpenters Workshop Gallery, London.
– Wild at home / Galerie Triple V, Paris.
– Ardoises / Galerie de Multiples, Paris.
2008
– Dissipations / Galerie Emmanuel Perrotin, Paris.
– Bifurcations / Carpenters Workshop Gallery, London.
2006-2007
– Roomers / Galerie Traversée, Munich.
– Understand what you love / Galerie des Multiples, Paris.

 

Résumé de l’intervention : Wild at home est le nom de l’exposition personnelle de Robert Stadler à la galerie Triple V en 2011.

Le « sauvage » (wild) c’est l’opposé du « domestique ». Le titre de l’exposition nous rappelle qu’avant d’être domestiqué, l’intérieur a été libre. Et l’exposition invitait à reconquérir cette liberté, qui ne tient qu’à nous, d’organiser l’espace dans lequel nous vivons comme bon nous semble, indépendamment des conventions en vigueur.

http://www.robertstadler.net/all/exhibitions-installations/Wild-at-Home/

 

 

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

[13-15 mars 2014] Colloque interdisciplinaire : « Les archives au XIXe siècle : définitions et pratiques »

Comité scientifique : Louis Hincker (université de Valenciennes), Muriel Louâpre (université Paris V), Claude Millet (université Paris Diderot), Paule Petitier (université Paris Diderot), Yann Potin (Archives nationales) et Sylvain Venayre (université Paris I).

 

Dans le cadre du programme « Archive(s) 19 » (http://archive19.hypotheses.org), la composante « Littérature & civilisation du XIXe siècle » du CÉRILAC (EA 4410 Université Paris Diderot) en partenariat avec les Archives nationales accueillera les 13, 14 et 15 mars 2014 un colloque sur les définitions et pratiques des archives au XIXe siècle (1789-1914), étant entendu que les pratiques non seulement reposent sur les conceptions mais les informent.

Définitions : seront questionnées la définition de l’archive au XIXe siècle dans les langues juridique et historienne, mais aussi ses acceptions, littérales et/ou métaphoriques, dans d’autres champs du discours (littérature, sciences de la nature et de l’homme), les contours de la notion d’archive par rapport à des notions proches comme celle de document et leurs possibles recouvrements, la délimitation du domaine de l’archivable et son devenir dans le contexte des mutations épistémologiques qui ont marqué le « siècle de l’histoire ».

Pratiques : pourront être étudiés les travaux archivistiques, leurs évolutions, leur institution en paradigme de la recherche des traces du passé, les usages des archives en régime savant, en particulier par les historiens mais pas seulement, et enfin le rapport des écrivains aux archives, entre usages concrets et imaginaire (consultations et collections, usages documentaires dans la genèse, constitution des archives de l’œuvre, collation et commerce d’autographes, mais aussi intégrations textuelles, représentation des archives et de ceux qui les conservent ou les détruisent).

Les propositions de contribution (2000-5000) signes sont à adresser au plus vite à Claude Millet (claude-e-millet@wanadoo.fr).

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn