Créer l’histoire

Ce carnet est destiné à rendre compte d’une recherche spécifique sur les liens entretenus entre Littérature et Histoire autour du procès érigé en notion : « Créer l’histoire » ou encore l’histoire comprise comme enjeux scientifique de la création littéraire.

Depuis quelques années les relations entre historiens et littéraires se sont resserrées engendrant des entreprises communes et un souci de sortir des cloisonnements disciplinaires, tout ceci n’excluant pas malentendus et controverses. On assiste parallèlement à la multiplication de pratiques de « transgression » des frontières universitaires et scientifiques : historiens qui n’hésitent plus à écrire des fictions, économistes qui écrivent des pièces du théâtre, littéraires s’emparant des archives…

Créer l’histoire, c’est alors la faire, mais la faire autrement que ne la construisent seuls les historiens même si les créateurs sont eux aussi des artisans qui prélèvent du matériau pour le transformer, pour l’informer en quête d’un sens qui n’est pas donné. Inversement, c’est reconnaître à l’art, à la création, un faire l’histoire possible qui ne soit pas scientifique, qui soit un créer l’histoire : justement.

L’objet du séminaire est d’explorer les relations instituées entre la fabrique et la création et de creuser les marges (la beauté et la valeur dans l’histoire et l’histoire dans la beauté et la valeur par exemple). À chaque séance trois regards seront invités :un chercheur historien et un chercheur littéraire réunis autour d’un créateur. Ils sont destinés à se confronter, de façon à croiser une réflexion sur le genre littéraire ( théâtre, poésie, roman) et une réflexion sur une création et une analyse transversale menée au travers du prisme de l’histoire. Une place aussi large que possible sera laissée à la discussion.