Séance du 13 décembre. Editer l’histoire au présent. Programme détaillé.

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 13 décembre

 file:///Users/dominiquedupart/Desktop/Vacarme57_bar61.jpg

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

[Le titre de mon intervention fait signe vers l’entretien que Vacarme a réalisé, il y a dix ans, avec Pierre Vidal-Naquet [http://www.vacarme.org/article205.html]. Il incarne à lui seul ce que la revue essaie de faire depuis sa création : écrire au présent – c’est-à-dire écrire pour et dans le présent – à la confluence des savoirs savants et militants pour « s’orienter dans la pensée » et donc en action. Si cela semble parfaitement admissible quand il s’agit de se faire le porte-voix de travaux et recherches en sciences sociales du contemporain (sociologie, science politique, anthropologie…) dans la mesure où ce projet est quasiment consubstantiel de leur légitimité, cette ambition soulève des problèmes spécifiques avec les historiens – il y en a quelques-uns de métier dans le comité de rédaction mais ce sont des échanges avec ceux de renom (Philippe Artières, Anne Cheng, Alain Corbin, Arlette Farge, Gérard Noiriel, Régine Robin, Jean-Pierre Vernant…) que nous avons rencontrés dont il sera essentiellement question ici. En effet, d’une part, l’écriture de l’histoire entretient des rapports compliqués avec les savoirs militants souvent suspectés d’être subjectifs et partisans. D’autre part – et ce sera là le nœud principal qu’il faudra dénouer – s’intéresser aux temps passés en postulant d’emblée que c’est pour en faire usage qu’on se tourne vers eux, qu’ils portent, au-delà des réalités qu’ils font ressurgir, une vérité à conjuguer au présent, nous expose aux reproches d’instrumentalisation, et par conséquent de falsification. Je déplierai ainsi les tours et détours par lesquels nous nous efforçons de faire malgré tout – et surtout envers et contre tout – (de) l’histoire « de près, de loin » (titre de l’entretien réalisé avec Carlo Ginzburg en 2001 [http://www.vacarme.org/article235.html]). Où il apparaîtra qu’il en va avec exigence d’une certaine politique de la vérité.]

 

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

 

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot) : « Ecrire l’histoire : ou le présent de la recherche entre littérature et histoire »

[A partir de mon expérience de co-directrice de publication de la revue Ecrire l’histoire, je proposerai quelques observations sur la question de l’interdisciplinarité, sur les rapports des littéraires, historiens de l’art, esthéticiens, etc… à l’histoire, sur les rapports des historiens à la littérature et  aux arts, pour ensuite réfléchir sur les chances et les risques qui sont le propre d’une revue interdisciplinaire.]

Séminaire Casa Veslaquez: Le récit à l’épreuve du passé; Entre fiction et réalité

Le récit à l’épreuve du passé

Entre fiction et réalité

17
février
15
juin 2012
Madrid
Séminaire

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), EA 3656 (AMERIBER, Bordeaux III), UMR 8566 (Centre de recherche sur les arts et le langage, EHESS), EA 4582 (LLACS, Montpellier III)

Présentation

Partant d’un intérêt commun pour la frontière mouvante entre fictionnalité et factualité dans les formes du récit contemporain, littéraire ou historique, des chercheurs se proposent de cerner les nouvelles stratégies de « récupération discursives du passé » commune à des aires culturelles différentes (Marta Marín-Dòmine). L’expérience se fonde sur une comparaison croisée de deux corpus de textes récents (traduits au français), l’un de l’aire hispanique, l’autre des aires d’Europe centrale et orientale. Les questions qui guident les chercheurs sont celles de la relation au passé traumatique, du rapport à l’archive et au document, de la constitution d’une génération de témoins « seconds » par rapport aux événements traumatiques narrés, et de la visée réflexive des nouvelles stratégies narratives. La relation à d’autres formes de récits sera également posée, notamment en histoire et dans les arts.

Organisation

Il s’agit d’un cycle de quatre journées d’étude qui ont lieu les vendredi 17 février, 20 avril, 18 mai et 15 juin 2012 à Madrid. La langue de travail est le français, éventuellement l’anglais.

Chaque session compte avec la présence d’un noyau de spécialistes de l’aire hispanique (péninsule Ibérique, Amérique latine) et de celles d’Europe centrale et orientale (Pologne, Serbie, Allemagne, Russie) : Jean-François Carcelen (Université de Montpellier III), Cecilia Gonzalez  (Université de Bordeaux III), Luba Jurgenson (EHESS-CRAL / Université Paris IV), Marta Marín-Dòmine (Universitat Laurier Toronto), Alexandre Prstojevic (EHESS-CRAL), Nathalie Sagne (Université de Montepellier III), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris IV). En outre, seront conviés des intervenants extérieurs et des auteurs.

Corpus d’étude

– Alan Pauls, Histoire des larmes, Christian Bourgeois, 2009 (ISBN : 978-2-267-02031-1).
– Ignacio Martínez de Pisón, L’encre et le sang, Markus Haller, 2009, (ISBN 978-2-940427-05-5).
– Jorge Semprún, Vingt ans et un jour, Gallimard, Folio, 2006.
– Javier Cercas, Soldats de Salamine, Le Livre de poche, 2005.
– Dulce Chacón, Voies endormies, Plon, 2004.
– Hans-Magnus Enzensberger, Hammerstein ou l’intransigeance. Une histoire allemande, Gallimard, NRF, 2010.
– Agata Tuszynska, Une histoire familiale de la peur, Grasset, 2006.
– David Albahari, Goetz et Mayer,  Gallimard, NRF, 2002.
– Leonid Guirchovitch, Schubert à Kiev, Verdier (à paraître en janvier 2012).
– Sergueï Lebedev, titre à préciser.

Programme

Vendredi 17 février : Corpus croisés
La séance se propose de mettre en regard des contextes croisés en Europe du Sud, en Amérique latine et dans l’Europe centrale et orientale : à quelle condition des passés douloureux différents, décalés dans le temps, sont-ils comparables du point de vue des stratégies discursives qu’ils ont engendrées ? Comment se sont construits ces traumatismes ? La séance se poursuivra par une lecture croisée des corpus étudiés.

Vendredi 20 avril : Archives, documents, récits
J.-F. Carcelen (Martínez de Pizón) et A. Prstojevic (Enzensberger) mèneront une étude comparée de la manière dont l’archive est convoquée dans le récit contemporain. La relation au document atteste la réalité traumatique en même temps qu’elle bouleverse le genre fictionnel : nouvelle marque du récit factuel, l’usage du document diffère-t-il là de celui de l’historien ?

Vendredi 18 mai : Témoins, témoignages, témoignaires
La question du témoignage direct a fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années. M. Marín-Dòmine (Semprún), F. Godicheau (Cercas) et M. Smorag-Goldberg (Tuszynska) poseront ici celle du basculement à un nouveau régime de témoignage qui caractéristique les récits des témoins « seconds ». La question du destinataire et, indirectement, de la réception de ces œuvres intéressera également : en quoi la réception, souvent très positive, révèle-t-elle un nouveau rapport au passé et incidemment peut-être, une redéfinition du rôle social de la littérature ?

Vendredi 15 juin : Récits / méta-récits
Un certain nombre de romans récents se tourne aussi bien vers les événements d’un passé historique douloureux que vers les récits – littéraires et autres − que ce passé a suscité et suscite encore. Ces récits deviennent, ainsi, matière et matériaux d’une écriture romanesque à portée méta-fictionnelle et méta-narrative qui sera étudiée par C. Gonzalez (Alan Pauls). Un dialogue sera engagé avec certains auteurs du corpus d’étude. La question de savoir ce qu’ils font à l’histoire leur sera posée. Pour finir, Agnès Delage parlera de la manière dont certaines expressions artistiques, notamment celles de García Alix, interrogent elles aussi le rapport au passé.

Conditions d’inscription

La participation au séminaire est gratuite mais soumise à condition :

Les participants, – jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, créateurs -, assistent à toutes les sessions afin de favoriser le travail collectif. Le certificat d’assistance ne sera délivré qu’à ceux qui auront participé à tous les ateliers.
Les participants s’engagent à lire le corpus étudié.
Le nombre des participants est limité à 25. Les personnes intéressées doivent obligatoirement remplir la fiche d’inscription avant le 1er février 2012. Elles recevront une confirmation d’inscription.

Les déplacements et le logement sont à la charge des participants (Pour les 2e, 3e et 4e sessions, réservations possibles à la Casa de Velázquez).  Le déjeuner de chaque session leur sera offert.

Pour tout renseignement supplémentaire, écrire à Flora Lorente : ehehi@cvz.es

Bibliographie Créer l’/Histoire (Acte I)

Séminaire Créer l’histoire : Bibliographie (Acte I)

 

 

En complément de notre première séance, ces quelques titres pour mieux comprendre comment

les historiens réfléchissent aujourd’hui sur leurs rapports à la littérature, la création littérature,

l’histoire littéraire, la fiction…

 

ANGENOT Marc, Le Roman populaire. Recherches en paralittératures,Montréal, Presses de l’Université du Québec, coll. « Genres et Dis- cours », 1975.

APRILE Sylvie, « Usages et mésusages de la littérature », La Révolution Inachevée, Belin, 2010

BARTHES Roland, « Histoire et littérature : à propos de Racine », Annales ESC, n° 3, mai-juin 1960, p. 524-537.

BOUCHERON Patrick, Faire profession d’historien, Publications de la Sorbonne, 2010

CHARLE Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, Paris, Albin Michel, coll.« Bibliothèque historique », 2008.

CORBIN Alain, « Histoire littéraire et histoire sociale », Revue d’histoire littéraire de la France, colloque du centenaire, 1995, p. 176-178.

DUCHET Claude, « Positions et perspectives », dans Sociocritique, sous la direction de Claude Duchet, Paris, Nathan-Université, 1979.

ESPAGNE Michel, WERNER Michel (éd.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?, Paris, Éditions Maison des Sciences de l’Homme, 1994.

ESPAGNE Michel, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF,2000.

FEBVRE Lucien, « Littérature et vie sociale. De Lanson à Daniel Mornet,un renoncement », Annales d’histoire sociale, janvier-juin 1941, III, 1- 2, p. 113-117, repris dans Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 264 et suiv.

JOUHAUD Christian, Shapira Nicolas , Ribard Rinah ,Histoire, Littérature, Témoignage – Ecrire les malheurs du tempsParis, Gallimard, coll. « Folio », série « Histoire » (inédit), 2009,

KALIFA Dominique, VAILLANT Alain, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle », Le Temps des Médias, n° 2, 2004, p. 197-214

LYON-CAEN Judith, « Histoire littéraire et histoire de la lecture », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre, 2003, p. 613- 624.

LYON-CAEN Judith et RIBARD Rinah, 
L’historien et la littérature
Collection Repères, La Découverte, 2010, 122 pages.

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

LYON-CAEN Judith, « Le romancier, lecteur du social », Revue d’histoire

du XIXe siècle, n° 24, 2002-1.

NOIRIEL Gérard, Histoire, théâtre, politique, Marseille, Agone, 2009

OZOUF Mona, Les Aveux du roman. Le XIXe siècle entre Ancien Régime et Révolution, Paris, Fayard, 2001 ; rééd. Gallimard, coll. « Tel », 2004.

 PARKHUST FERGUSSON Priscilla, La France, nation littéraire, Bruxelles, Éditions Labor, coll. « Média », 1991.

PLANTÉ Christine, La Petite Sœur de Balzac, Paris, Le Seuil, 1989.

RANCIÈRE Jacques, La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 1998.

RANCIÈRE Jacques, Politiques de la littérature, Paris, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 2007, 231 p.

RIBARD Dinah « Philosophe ou écrivain ? Problèmes de délimitation entre histoire littéraire et histoire de la philosophie en France, 1650- 1850 », Annales HSS, mars avril 2000, n° 2, p. 355-388.

THÉRENTY Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 2007, 408 p.

THÉRENTY Marie-Ève, VAILLANT Alain, 1836. L’An I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de « La Presse » de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

THIESSE Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

VAILLANT Alain, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Gre-noble, ELLUG, coll. « Bibliothèque stendhalienne et romantique », 2005.

VAREILLE Jean-Claude, Le Roman populaire français (1789-1914), idéologies et pratiques, Limoges, PULIM/Québec, Nuit Blanche, 1994.

 L’Invention du XIX e  siècle. II – Le XIX e siècle au miroir du XX e siècle , A. Corbin, J.- L. Diaz, S. Michaud et M. Milner (éd.), Klincksieck, 2002, p. 87-95.

 Trois numéros de revues récemment parus sur cette thématique :

N° 2009/143, Romantisme /1, Histoire culturelle /histoire littéraire

N°2010/2 (65e année), Annales. Histoire, Sciences Sociales, Savoirs de la Littérature

N° 2011/3 – n° 165  Le Débat, L’histoire saisie par la fiction

 

 

 

Histoire(s) du présent : appel à communication pour la revue Ecrire l’histoire (Cerilac/Paris-Diderot)

La revue Ecrire l’histoire (Paris-Diderot/Cerilac), revue interdisciplinaire Littérature et Histoire, consacre au présent ses deux numéros semestriels de l’année 2013. Ce présent qui s’écrit et qui, s’écrivant, agit sur son écriture se conçoit simultanément comme catégorie épistémologique et comme condition d’une recherche historienne et littéraire en mesure de s’emparer de son temps et de son histoire. Ecrire le présent, écrire au présent, ou encore considérer possible différentes histoires du présent est inséparable d’une réflexion sur les régimes d’historicité contradictoires qui définissent notre rapport au monde [Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten [Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques], 1979 ; Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, 2002]. De même, la transformation possible de l’inactuel du passé en question actuelle, voire en actualité ainsi que ses divers usages politiques, questionnent notre rapport au présent : nul ne sait a priori quand commence et quand finit le présent de l’histoire et ce qui le forge à notre regard [Baschet in Hartog et Revel, Les usages politiques du passé, 2001]. À ce titre, le présent de l’histoire intéresse la recherche en histoire et en lettres, et la littérature proprement dite : car le temps du présent est un temps hybride, créatif, davantage un champ d’expérience qu’un repère, qu’un curseur de l’histoire. Des modes d’investigations croisés sont donc seuls en mesure de lui rendre justice, lui qui s’écrit en raison du passé et de l’avenir à mesure qu’on l’explore. [Barthes ; N.Z. Davis, Fiction in the Archives: Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France ( Récits de pardon en France au XVIe siècle) 1987].

Les deux numéros consacrés à l’écriture du présent acccueilleront aussi bien des contributions sur la définition du temps présent pensé par les contemporains du passé, sur l’épistémologie qui nourrit l’origine et la réflexion d’écoles historiques et d’historiographies nationales [I.H.T.P., Zeitgeschichte allemande, historia reciente en Amérique latine]  que les tentatives de penser historiquement le présent en cours en tentant de le ressaisir au moyen d’une pratique d’écriture ou de recherche spécifique dont les enjeux seront chaque fois explicités. Comment concevoir aujourd’hui la modification des supports et le rôle des témoignages, de la mémoire collective, de l’usage et des métamorphoses de l’archive initiée par l’apparition des humanités numériques, et des dites nouvelles technologies ? L’actualité récente du printemps arabe témoignerait d’un nouveau rapport au temps et à l’espace qui ferait de l’accélération du temps de l’histoire la condition d’une possibilité nouvelle de son écriture, dans les champs des deux disciplines Littérature et Histoire ou, plus largement, dans le cadre de la création poétique ou artistique. La création théâtrale portée par le metteur en scène Vinaver sur l’évenement du 11 septembre 2001 est aussi le signe que, lorsqu’elle est écrite au présent, l’histoire est souvent cause d’un déplacement de l’acte poétique dans la sphère de la représentation historiographique. Enfin, le présent est autant une expérience de l’histoire pour celui qui s’en empare par la lecture, par l’écriture ou par la création que pour l’historien ou le littéraire qui tente de penser le passé en l’engageant volontairement dans le temps contemporain [Benjamin, Sur le concept d’histoire, 1942 ; Foucault, Entretien avec D. Trombadori,1980]. C’est pourquoi l’écriture du présent, son étude, sont inséparables d’une réflexion sur la censure, sur son actualité et sur les pratiques qui la contournent [Combes, Archives interdites, 2010].

Cependant les deux numéros seraient incomplets si l’écriture du présent se concevait séparément de toutes les pratiques destinées à rendre notre reception des textes délaissés, inconnus ou plus simplement écrits en langues étrangères. La traduction mais aussi l’édition sont autant de gestes d’écriture et d’articulation des formes qui façonnent le présent et son histoire poétique. D’autres media que l’écriture, le cinéma, le théâtre, et même la pratique de l’exposition et la réflexion critique qui l’accompagne dans le monde de l’art contemporain sont aussi les foyers d’une réflexion sur l’historicité du présent : la photographie, la documentation, le changement d’échelle, la redécouverte des textes et des œuvres fondent autant une actualité dynamique que des possibilités de distance critique sur le temps qu’ils explorent en tant que contemporains. Ainsi, l’écriture de l’histoire, à l’occasion de ce double numéro, est elle aussi destinée à s’ouvrir à la création. Celle-ci a en dernier lieu partie liée avec le développement de nouvelles technologies qui ne se résument à pas l’utilisation d’ordinateurs, de logiciels ou de bases de données et à la transformation des méthodes documentaires et critiques . « L’histoire 2.0 » [Serge Noiret]  ; « les humanités numériques » , « le digital turn » ont aujourd’hui acquis une place dans la réflexion épistémologique des historiens dans et au-delà de la toile [Roy Rosenzweig].

 

Les propositions d’articles et de discussions sont à envoyer à Sylvie Aprile (saprile@noos.fr) et à Dominique Dupart (dominiquedupart@hotmail.com) jusqu’en mars 2012 : pour une remise des textes  définitive prévue pour août 2012

Légende de la photographie : Place Tahrir/ juillet 2011.