Compte rendu de la séance du 3 avril 2012. De l’usage du récit dans Le village des « cannibales » d’Alain Corbin. Un exemple d’historiographie contemporaine. Lectures croisées du récit des massacres (chapitre III).

Compte rendu de la séance du 3 avril 2012.

De l’usage du récit dans Le village des « cannibales » d’Alain Corbin. Un exemple d’historiographie contemporaine. Lectures croisées du récit des massacres (chapitre III).

Par Mathilde Wybo et Jean-Louis Kiraly.

Première de couverture du Village des cannibales d'Alain Corbin

 

La sixième séance du séminaire « Créer l’/Histoire » devait s’articuler selon un dispositif jusque là inédit : ‘digérer en commun une lecture préalablement définie, en l’occurrence du chapitre trois du Village des « cannibales » d’Alain Corbin. Comme le rappelle Dominique Dupart en ouverture, ce choix émane d’une discussion « vive » autour de ce livre et de l’engagement politique, survenue lors d’une séance antérieure.  D’engagement politique, il en a finalement été peu question, mais la séance, rythmée entre tour de table, interventions programmées et expressions spontanées, permit de déployer un spectre suffisamment large de réflexions, aussi bien historiques que littéraires, pour que chacun pût tenter d’approfondir et renouveler sa lecture de quelques pages d’histoire.

 

Pour cette ultime séance de la session 2011/2012, ce sont deux universitaires qui ont été invités à prendre la parole de manière plus formelle : Claude Millet, professeur de lettres à Paris VII – Cerilac, et Louis Hincker, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Valenciennes ; quant à l’introduction de la séance, où l’on présente d’ordinaire ses enjeux, elle prit cette fois-ci la forme d’un tour de table, permettant de dresser un bref aperçu de lectures croisées :

Dominique Dupart est la première à s’exprimer : si elle avait pu s’enthousiasmer lors de sa première lecture de l’œuvre de Corbin – elle se dit par exemple agréablement surprise qu’un historien puisse décrire « Pinagot » comme « un misérable », mobilisant ainsi le monde des lettres, et offrant une portée critique à un personnage ordinaire –, sa relecture du Village des « cannibales » est une lecture de mise à distance : son domaine de compétences porte sur l’éloquence publique, et à ce titre elle regrette que Corbin n’en fasse pas grand cas.

Pour la suite du tour de table, professeurs et étudiants ayant préalablement lu le chapitre concerné prennent donc successivement la parole : nous regroupons ici leurs impressions, analyses et questions, sans nommer les personnes concernées. Les réceptions sont alors diverses, parfois opposées : alors que deux intervenants sont frappés par la dramatisation morbide du massacre, la manière de décrire la scène pouvant être assimilée à une fascination de l’horreur, un autre rétorque qu’on ne trouve tout de même pas dans ce livre de culte, ou de véritable exaltation de l’horreur comme celle-ci se manifeste chez un Jean Teulé. Quoi qu’il en soit, le massacre même pourrait expliquer le choix d’une mise en récit : est-il possible de représenter l’horreur par l’histoire autrement qu’en faisant appel à la fiction ? De manière générale, tout le monde convient que le chapitre trois est effectivement le plus « littéraire », littérarité rendue par exemple possible par la parole rapportée des archives. Un intervenant ajoute alors que le décalage dans la structure générale du livre induite par la singularité littéraire du chapitre trois permettrait peut-être de mieux saisir l’événement lui-même. Si le supplice a été mis sous la forme d’un récit, ce ne serait pas seulement parce qu’il serait impossible de décrire l’horreur autrement, mais également pour structurellement rappeler la singularité de l’événement dans l’Histoire. Les deux premiers chapitres posent un décor, les pratiques, les représentations du milieu, afin de préparer la mise en récit de la tragédie.

Mis à part les questions concernant l’horreur, la littérarité de l’écriture de Corbin et la mise en récit du massacre, beaucoup sont sensibles à la recherche opérée par cet historien du sens de l’événement, et ses tentatives d’éclaircir cette « énigme », de segmenter ce « monadnock ». Un intervenant apprécie ainsi particulièrement le déploiement de la pensée paysanne qui a pu mener au massacre, tandis qu’un autre souligne l’importance des comparaisons permettant confronter cet événement à d’autres formes de supplices survenus au XIXème siècle. Un autre encore se dit plutôt sensible à la capacité de Corbin à se nourrir des autres langues (notamment judiciaire), ainsi qu’à d’autres écrits d’historiens. Un dernier avoue sa préférence pour le chapitre quatre, dans le sens où celui-ci propose une explication de l’événement par la négation : à défaut de pouvoir déterminer le sens du massacre, on peut ainsi au moins saisir ce qu’il n’est pas.

Nous terminerons ce retour du tour de table par une question pouvant sembler anecdotique, mais que n’importe quel féru d’onomastique trouverait passionnante : n’y aurait-il pas une dimension personnelle dans le choix de l’événement, l’expression d’une solidarité anachronique, le personnage s’appelant lui même Alain ?

 

1) Intervention de Sylvie Aprile :

 

Alain Corbin, historien français né en 1936, est connu pour sa formation solide sur l’histoire des campagnes françaises, depuis la réalisation de sa thèse sur l’histoire du Limousin au XIXème siècle (Archaïsme et modernité en Limousin au XIXème siècle, 1845-1880i). L’histoire de ces campagnes, rappelle Sylvie Aprile, ne sont pas sans lien avec l’histoire des villes comme le montre l’importance des migrations temporaires des maçons du Limousin vers la capitale au cours de ce siècle. Historien des représentations sociales, Alain Corbin a couvert dans ses travaux trois grands thèmes : l’histoire du monde rural, l’histoire de la violence et l’histoire politique. Il a abordé aussi d’autres sujets, toujours liés aux transformations des sensibilités et des sens depuis le XVIIIème siècle : l’histoire de la prostitution par exemple avec Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXème siècleii) ou encore Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIème-XIXème siècleiii, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840iv ou Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXème sièclev. Alain Corbin est aussi connu pour son ouvrage Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876vi) dans lequel il tente d’écrire la biographie d’un individu ordinaire, sabotier de la Basse Frêne dans l’Orne. Pour Sylvie Aprile, cet ouvrage et Le village des « cannibales » constituent les deux versants d’une même histoire.

   Alors qu’Alain Corbin n’est d’ordinaire pas avare en préfaces – comme d’ailleurs la plupart des historiens, Sylvie Aprile s’étonne que pour Le village des « cannibales » il se contente du strict minimum. Le lecteur doit en effet se satisfaire d’un prélude dont la longueur ne dépasse pas la page, et d’une très rapide conclusion, qui ne comporte soit dit en passant qu’une note de bas de page plutôt énigmatique : « nous excluons, bien entendu, la période qui s’étend du 31 mai 1850 au 2 décembre 1851 ». En réalité, un condensé de son propos apparaîtrait à la note 140 du chapitre quatre (page 201) :

 

L’histoire politique de cette période ne pourra réellement progresser que si l’on consent à mener une véritable étude sociale de l’imaginaire ; ce qui implique de se départir de la rigidité des étiquettes qui conduisent à plaquer sur des groupes sociaux ou territoriaux des systèmes de représentations élaborés  en dehors d’eux. L’histoire politique s’est focalisée à l’excès sur la diffusion des idéologies qui irradient des élites installées dans les grands centres urbains ; elle s’est montrée par trop désinvolte à l’égard des systèmes de représentations et d’interprétation élaborés loin de ces noyaux, et, plus encore, à l’égard des mécanismes de réinterprétation de l’apport extérieur […]vii.

 

L’écriture d’Alain Corbin est singulière et largement énigmatique. Il y a une forme de mise à distance des paysans que l’on ne pourrait pas comprendre, remarque Sylvie Aprile, bien que le propos de l’auteur soit de rendre compte de la rationalité du massacre. Alain Corbin fait par ailleurs, dans son récit, de nombreuses références d’évolution (plutôt que des comparaisons) en mobilisant beaucoup de travaux, notamment des travaux de maîtrise qu’il réinvestit – ceux qu’il a dirigés, précise alors Louis Hincker. Il lance aussi des pistes de recherche, comme sur la rumeur (page 16). Sylvie Aprile observe une certaine désinvolture dans le récit, due à une longue énumération d’archives et de sources sans véritablement que le lecteur sache comment celles-ci ont été construites. Le chapitre trois apparaît comme le passage le plus littéraire de l’ouvrage, avec des formules étonnantes propres à Alain Corbin comme « la liesse » ou encore la fameuse phrase évoquant les bottines d’Alain de Monéys (page 89) : « La légèreté de ses bottines humilie les sabots paysans. » Ce chapitre déploie une véritable scénographie, avec des zooms et des retours en arrière, et produit une écriture qui échappe aux procédés habituels des historiens.

Alain Corbin convoque également, dans son argumentation, d’autres disciplines que l’histoire, l’anthropologie essentiellement. Sylvie Aprile s’interroge alors sur l’absence de certaines références, comme Freud. L’historien ne convoque pas la sociologie et réfute toute analyse socioprofessionnelle des protagonistes du massacre (page 102) :

 

[…] l’analyse de la composition professionnelle de ce groupe [les auteurs du massacre] offre peu d’intérêt, tant se révèle grande la banalité des résultats.

 

Cette posture méthodologique apparaît contraire aux pratiques des historiens. Alain Corbin réitère d’ailleurs des « charges calculées » contre eux. Pour Sylvie Aprile, il est incontestable qu’Alain Corbin connaît très bien le milieu qu’il décrit (le foirail, etc.) mais des éléments d’analyse semblent étouffés, comme mis de côté lorsqu’ils ne servent pas l’ambition et les objectifs de l’argumentation.

 

2) Intervention de Claude Millet.

 

Claude Millet débute son intervention par un examen de la thèse finale :

 

Le massacre-supplice de Hautefaye constitue un geste politique. D’ailleurs, il a été revendiqué comme tel. On ne discerne en l’affaire aucune des motivations qui relèvent de la vindicte individuelle, aucun de ces mobiles qui engendrent la violence des crimes de droit commun. Cet acte possède sa cohérence et sa logique. Il ne prouve en rien l’irrationalité des comportements de la paysannerie du Nontronnais, mais seulement la spécificité des modalités de l’analyse effectuée selon un système autonome de représentations politiques. (…)1

 

D’après elle, la thèse de Corbin est ici explicative. Sa finalité est la rationalisation d’un acte excédant toute raison. Cette conclusion, développée dans un style d’une sécheresse et d’une sobriété tout à fait remarquable, montre que le travail historique de Corbin avait pour fin de dégager une logique, une cohérence des comportements. C’est une thèse qui polarise le livre sur une histoire des idées politiques, une histoire des « idées pauvres » : sortir du monde riche et des grands penseurs pour proposer une pensée indigente des indigents. C’est bien là le premier intérêt de son travail : déplacer l’histoire des idées vers des zones d’indigence, et la désunifier. L’histoire des idées est entendue comme un processus pluriel comprenant élaboration, création d’idées. Ce que dit Corbin, c’est qu’il y a une logique du massacre, et qu’il faut le comprendre à partir de l’alliance à la fin de l’Empire entre Républicains et Monarchistes, sans oublier le fantasme prussien qui vient se rajouter à ces deux figures. Claude Millet ajoute que Corbin a dû faire le vide sur ce système de causalité. La démonstration passait par de la négativité : le plus gros de son travail consistait à poser des causes pour les rejeter immédiatement. Les deux premiers chapitres offrent ainsi un système de causalité toujours évidé. Il faut également remarquer que Corbin ne traite pas que de causes efficientes, mais souligne aussi les manques – manque de cadre de la population rurale (la gendarmerie n’était pas là), et manquement dans l’encadrement des notables –, ce qui induit une conception du peuple qui  apparaît alors comme une force incapable de s’autoréguler, et qui a besoin du double encadrement bourgeois et policier pour ne pas se transformer en « cannibale » dégénéré. Ce qui frappe particulièrement Claude Millet dans cette conclusion, c’est l’entreprise de rationalisation du déchaînement de la violence que le texte a lui-même construit. L’intérêt se déplace de la violence elle-même à la cause qui va pouvoir en réduire l’étrangeté. Il faut noter que la conclusion vient effacer une première thèse, celle des « monadnocks ».

Cette thèse apparaît dans le premier paragraphe du chapitre quatre, « L’hébétude des monstres » :

 

   Le supplice de Hautefaye est un « monadnock ». Les géographes appellent ainsi ces témoins du passé géologique qui surplombent le désert de leurs formes insolites, fort goûtées des réalisateurs de westerns. L’essentiel de l’intérêt du drame périgourdin réside en effet dans le sentiment d’étrangeté qu’il inspire. Le président des assises de Périgueux le dit à sa manière : « l’épouvantable forfait » oppose un démenti au XIXème siècle.

De ce fait, il constitue une voie d’accès privilégiée à certains processus majeurs qui relèvent de l’anthropologie historique. Le drame de Hautefaye fascine parce qu’il signale une distance, un écart entre la sensibilité dominante et les comportements de paysans, indifférents à la modification des seuils du tolérable. C’est bien ce décalage qui le pose en objet historique de premier plan , son importance résulte de sa date tardive ; survenu entre le XIVe siècle et 1795, il apparaîtrait insignifiant, excepté par le caractère édulcoré de sa cruauté.2

 

Claude Millet souligne tout d’abord la place de ce paragraphe, formant une sorte de conclusion du chapitre trois, épicentre du récit. Ici, la rationalisation, la conceptualisation passe par une métaphore, métaphore empruntée par le vocabulaire scientifique de la géographie – discipline rappelons-nous proche de l’histoire. Plus précisément, il s’agit de géologie avec cette thèse du « monadnock ». Claude Millet insiste alors sur l’efficience d’une telle image, cette image épistémologique permettant de projeter l’hétérogénéité du processus historique. Il y a bien des rythmes du processus historique : les paysans ne vivent pas dans le même temps que celui des élites. Cette dyschronie est projetée dans l’espace à travers la segmentation des strates géologiques, le monadnock étant cette image géologique d’un passé plus ancien. Cette métaphore permet en outre d’éluder la question de la résurgence du passé, en particulier du paradigme freudien du retour du refoulé, en employant un verbe neutre tel que « surplomber ». La métaphore géologique permet en effet de figurer l’hétérochronie et d’effacer la dimension temporelle. On arrive alors à quelque chose de particulièrement surprenant : ce parfait contraste entre la dramatisation du chapitre trois, et l’image minérale d’un désert. Le monde s’est vidé, comme si la désertification était le passage au comble de la scène du massacre ; mais ce grand désert n’est pas un désert d’hommes, puisqu’il associe le monadnock au western. Et à travers cette référence, dont on peut nous-même goûter l’ironie détachée, le monadnock apparaît enfin comme un trait humoristique permettant de rompre la grande tension du chapitre trois : que sont habitants de Hautefaye ? des indiens.

L’histoire des sensibilités, ajoute Claude Millet, ne peut être exacte que si elle prend en compte les espaces, et si l’on ne parle pas de l’espace unifié de la nation, mais de l’espace local. La thèse défendue par Corbin, c’est que les territoires ne vivent pas au même rythme la mutation des sensibilités. L’adoucissement des mœurs est accompli de manière beaucoup plus lente dans les territoires de glandéeque dans les centres urbains. L’insolite du massacre est instruit en objet historique, car il s’agit d’un événement qui survient dans une société qui n’a plus les moyens de le comprendre. C’est comme une sauvagerie archaïque qui reviendrait ; dans le texte lui-même, on va retrouver certaines résurgences, avec des hommes qui appartiennent encore au passé et qui viennent le déchaîner. Cette thèse du retour du primitif est dans ce livre constamment déniée et relancée – ne serait-ce que par les titres.

Comment dès lors comprendre l’« hébétude des monstres » ? Corbin nous dit qu’il faut penser à la différence de vitesse dans l’évolution des sensibilités. Cette réflexion l’amène de ce fait à exposer le travail fait par les historiens précédents sur l’adoucissement des mœurs et sa réalité (pages 132 et suivantes). Il s’agit tout d’abord moins d’une baisse des conduites violentes que d’une haute de l’intolérance vis-à-vis de celles-ci ; il faut ensuite noter que cette intolérance va de pair avec la hantise d’une nouvelle révolution. Il faut enfin remarquer un déplacement de la violence tolérée : la littérature et l’État deviennent les deux grands lieux d’une violence socialement acceptable, d’où l’incompréhension des notables concernant le supplice de Hautefaye.

Ceci pose néanmoins un problème : le discours de l’adoucissement des mœurs ne vient pas que du XXème siècle, mais aussi d’une philosophie progressiste (prenant sa source dans les Lumières) reliée au XIXème siècle et qui irait de Voltaire à Baudelaire par exemple, en passant par Tocqueville. Cette notion s’est diffusée dans une idéologie (dans la presse comme dans la littérature) : la civilisation est un espace culturel et un processus, processus appelé à faire triompher peu à peu l’esprit sur une sauvagerie associée à l’animalité. Il s’agit donc d’un processus d’humanisation de l’homme tentant de l’arracher à la bête. Il est appelé à être développé, à l’extérieur par la colonisation, et à l’intérieur car les notables sont là aussi pour « civiliser » le peuple. Ces sauvages de l’extérieur et de l’intérieur sont alors des figures du peuple menaçant, associé à un temps archaïque. À partir de la révolution française, si on suit les analyses de Foucault, en particulier dans son séminaire sur Les Anormaux, on voit émerger deux monstres politiques : le monstre d’en haut, incestueux, et le monstre d’en bas, cannibale. Le texte de Corbin passe d’un discours à l’autre, hésite, en particulier dans sa manière d’user ou non de guillemets autour de ce terme, cannibale, entre une historiographie déconstruisant celle de l’adoucissement des mœurs et une adhésion à son idéologie progressiste, hantée par la menace d’un retour à une sauvagerie « archaïque ».

Claude Millet prend alors pour exemple cette phrase page 99 : « on traite le corps comme on le fait habituellement d’une charogne ». On comprend de suite la déshumanisation, mais celle-ci est d’autant plus frappante lorsque l’on compare cette phrase à la note vers laquelle celle-ci renvoie, page 187 : « Feytou, alors, « lui lançait des coups de pied dans le bas-ventre en le traitant de charogne » ». La note est utilisée ici dans une fonction de présentation de la source, – Corbin n’inventerait rien –, mais le lecteur attentif relèvera un glissement sémantique subtil mais essentiel dans le passage de cette source à la prose de l’historien. Car on passe de « trait[er] de charogne », ce qui relève de l’invective, à « traiter [un] corps comme […] une charogne », où traiter prend le sens de « considérer comme ». La source est ainsi quelque peu malmenée pour amplifier le caractère déshumanisant de la comparaison, et la faire par là même passer du supplicié au bourreau : il faut être soi-même  sauvage pour traiter un corps humain en charogne.

Claude millet s’intéresse ensuite à une deuxième expression, page 76 : le paysan à la foire est désigné comme « saturé d’animalité ». Quelle peut être la signification d’une telle qualification ? Les bêtes de la foire ont envahi le peuple, et l’ont déshumanisé. Et là, c’est bien l’imaginaire de l’idéologie progressiste du XIXème siècle qui revient, imaginaire qui manifeste la peur de ces paysans « saturé[s] d’animalité » qui peuvent d’un jour à l’autre jouer aux indiens et devenir « cannibales ».

Claude Millet clôt alors intervention en revenant sur la très grande efficacité de la métaphore du monadnock, qui permet de penser un modèle épistémologique d’histoire capable de déployer la pluralité du temps, et d’assumer (de manière en partie humoristique) en même temps sa proximité avec ces bourgeois du XIXème siècle qui s’horrifient de la sauvagerie du peuple.

 

3) Intervention de Louis Hincker :

 

Ce livre d’Alain Corbin est un livre important, il constitue un bon exercice pour se demander comment lire un livre d’historien, comment les documents sont sélectionnés et re deviner tout le travail réalisé en amont de l’écriture. Comment l’auteur cherche-t-il à convaincre le lecteur, comment le livre a-t-il été reçu par la communauté historienne ? se demande encore Louis Hincker. Dans la continuité du propos de Claude Millet sur la rhétorique du livre, Louis Hincker mentionne une étude réalisée par un collectif d’historiens qui a fait l’analyse de l’œuvre d’Alain Corbin (publiée dans la revue French Politics Culture & Society en 2004) et évoque notamment l’article de Michel Beaujourviii.

Des différences notables sont mises en évidence entre la première (1986) et la seconde édition (1990) du livre, dans le titre notamment – des guillemets ont été ajoutés à « cannibales » dans la seconde édition –  mais aussi dans la quatrième page de couverture. Le récit d’Alain Corbin  se caractérise par une imbrication de l’analyse, de la description, de la citation (des sources notamment) : on ne sait jamais qui parle, observe Louis Hincker, pour se consacrer ensuite plus précisément aux sources et à l’usage qu’en fait Alain Corbin.

La source principale est le compte rendu des débats du procès ouvert le 13 décembre 1870, écrit par un contemporain de l’événement, Charles Ponsac et restitué dans une brochure publiée en février 1871. Louis Hincker a retrouvé cette publication à la bibliothèque municipale de Valenciennes, dans le fonds Alfred Girardix. Le mot « cannibales » est présent dans ce livre. Louis Hincker rappelle qu’il appartient à la rhétorique contre-révolutionnaire. Dans Le Réveil du peuple, chant royaliste de l’époque révolutionnaire, le peuple est en effet assimilé à la figure du cannibale, à travers un dispositif de rabaissement de la victime à la condition animale. L’usage du mot « cannibales » dans le titre du livre de Corbin semble avoir trois fonctions : celle d’une citation, celle d’une description et celle d’une analyse, faisant référence à la fonction culturelle et symbolique du bouc-émissaire, qui soude la communauté (pages 118-119). Une autre dimension du récit évoquée notamment par Michel Beaujour est l’ironie qui le caractérise, ce qui fut aussi souligné par Sylvie Aprile. Le titre peut aussi être lu dans cette perspective : le ridicule du vocabulaire de la peur sociale. Louis Hincker souligne la polysémie de l’écriture d’Alain Corbin, composée de différentes strates et pouvant être considérée à la fois comme une richesse ou comme une faiblesse.

Poursuivant son propos, Louis Hincker indique que ce livre d’histoire souffre de certaines lacunes comme l’absence de présentation systématique des sources – ce qui est prioritairement demandée à un historien – et l’absence d’interrogation sur la « mise en archives » et la « mise en écriture »  de l’événement. L’analyse de la dimension mémorielle de l’événement aurait eu un intérêt certain. La note 59 du chapitre III (page 190) nous apprend que l’historien n’a pas eu accès à la source principale du procès des paysans de Hautefaye : les dossiers des assises de Périgueux. Quant à la publication de Charles Ponsac, évoquée plus haut, Alain Corbin ne dit rien de son auteur. L’historien reprend la chronologie des événements présente dans ce livre, faite par le procureur de Périgueux, c’est donc une source judiciaire. La rationalité chronologique est donc d’abord celle de l’accusation.

Comme Sylvie Aprile, Louis Hincker s’intéresse à la manière dont Alain Corbin convoque l’anthropologie pour démontrer la rationalité du massacre d’Alain de Monéys. Corbin semble chercher, dans l’anthropologie, des confirmations (« c’est comme… »), sans poser ou reformuler des questions. Il tombe ainsi sous la critique du « péché originel » des anthropologues qui serait de penser que le réel est tout entier symbolique, qu’un système symbolique conditionnerait le réel que les anthropologues auraient pour mission de décrypter. La critique d’une vision organiciste de la culture fait l’objet d’un débat très ancien en anthropologie. Il y a par contre des enjeux de pouvoir, discursifs et cognitifs dont il faut rendre compte, souligne Louis Hincker, qui s’interroge : qui, au moment des faits (Charles Ponsac, le procureur de Périgueux, etc.), a une lecture symbolique des événements ? C’est un tout autre travail de se poser cette question qui mériterait une analyse et une compréhension approfondie de chaque protagoniste. Ce travail aurait été enrichi par des enquêtes biographiques fines, une « vraie » micro-histoire, précise Louis Hincker, ajoutant que l’accumulation de détails ne suffit pas à faire de la micro-histoire. Le livre est traversé par une contradiction : il est dit que  l’explication l’événement ne relève pas de la sphère d’inter-connaissance mais il est qu’il est en même temps le moment d’une manifestation de l’identité communautaire.

La lecture de l’ouvrage d’Alain Corbin offre différents horizons de lectures possibles, conclut Louis Hincker, tout en évoquant sa difficulté à trouver la « question d’histoire » posée par l’auteur, outre celle de la compréhension d’un épisode violent de l’histoire des campagnes du XIXème siècle.

 

Conclusion.

Une discussion s’instaure, en fin de séance, sur le choix – éditorial ou non –  du titre du livre d’Alain Corbin, et sur les différences remarquées entre les deux éditions de l’ouvrage. Louis Hincker rappelle le contexte intellectuel et idéologique de parution de la seconde édition, dans le sillage du bicentenaire de la Révolution française et de la chute de l’Union soviétique. Alain Corbin est apparu  moderne dans ce contexte quand il s’est attaché à analyser la violence des foules qui ne sont pas motivées par une idéologie révolutionnaire. Dominique Dupart conclut la séance par un regard plus littéraire. Malgré les critiques historiques exprimées à la fois par Sylvie Aprile et Louis Hincker, il s’agit, dit-elle, d’une « bonne littérature », séduisante. L’historien installe le décor (« Il est quatorze heure, le 16 août 1870 ; à Hautefaye, la foire bat son plein » (page 86) comme dans une marqueterie. Il fait jouer une mosaïque de représentations sociales.

 

Bibliographie indicative.

 

AGULHON Maurice, « Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXème siècle, 1845-1880), Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, Année 1977, vol. 32, n°2 pp. 301-304.

BEAUJOUR Michel, « Une ”histoire au second degré ” : le style d’Alain Corbin », French Politics, Culture & Society (ISSN 1537-6370), vol. 22 no 2, été 2004.

CORBIN Alain, Le village des « cannibales », Flammarion, coll. « Champs », Paris, 1990.

IHL Olivier, « Alain Corbin : Le village des cannibales », in Revue française de science politique, 41e année, n°4, 1991, pp. 583-586.

LORIGA Sabina, « Alain Corbin. Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu (1798-1876) », Annales. Histoire, Sciences sociales, Année 2002, Vol. 57, n°1, pp. 240-242.

SAWICKI Frédéric, « Corbin (Alain), Le village des cannibales » in Politix, vol. 4, N°13, premier trimestre 199,. pp. 95-98.

TEULÉ Jean, Mangez-le si vous voulez, Paris, Julliard, 2009.

 

1 Alain Corbin, Le village des « cannibales », Aubier, Flammarion, Coll. « Champs histoire », 1990, p. 165.

2 Ibid., pp. 121-122.

iAlain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXème siècle, 1845-1880, 2 vol., Paris, Marcel Rivière, 1975, XII + 1 167 p ; rééditée en …

iiParis, Flammarion, coll. « Champs », 1982 [1978].

iiiParis, Flammarion, coll. « Champs », 1986 [1982].

ivParis, Flammarion, coll. « Champs », 1990 [1988].

vParis, Flammarion, coll. « Champs », 2000 [1994].

viParis, Flammarion, coll. « Champs », 2002 [1998].

viiL’auteur conclue la note en signalant une thèse indiquant, « sur certains points », la voie à suivre : celle de Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXème siècle, Toulouse, Eché, 1987 ; rééditée en 2004 aux éditions Sud-Ouest sous le titre Les Pyrénées au XIXème siècle, l’éveil d’une société civile.

viiiMichel Beaujour, « Une ”histoire au second degré ” : le style d’Alain Corbin », French Politics, Culture & Society (ISSN 1537-6370), vol. 22 no 2, été 2004.

ixAlfred Girard (1837-1912), sénateur républicain du Nord, proviennent de la bibliothèque d’un ancien avocat, homme de goût et parlementaire sous la IIIe République. Le fonds contient 10 000 ouvrages.

 

Créer l’/Histoire 2012-2013 : avant-programme

Avant-programme 2012-2103

Le Kriterion à Sarajevo. Photographie de Caroline Izambert.

Le séminaire Créer l’/Histoire est désormais âgé d’un an et il a accueilli un large public d’enseignants et d’étudiants en histoire et  en lettres ( Master et Doctorants). Cette année,  Mélanie Traversier (IRHiS) prend le relais de Sylvie Aprile nommée à la tête du laboratoire d’histoire IRHiS . Sur ce site, vous pourrez trouver les programmes des numéros de revue qui sont associés au séminaire ainsi que le programme de la journée d’étude Parler en Guerre programmée pour le vendredi 5 octobre, une journée d’étude coordonnée par Sylvie Aprile et Dominique Dupart en liaison avec le séminaire. Cette année, à destination des agrégatifs, le séminaire Créer l’Histoire parraine la journée Benjamin qui aura lieu le vendredi 15 février (Alison Boulanger, STL, Dominique Dupart).

Cette année, le séminaire dxg consacré à l’étude des supports divers de l’histoire, les différentes formes de son incarnation : la peinture et la photographie autour de la forme du portrait, la musique autour de la forme historique/historienne – s’il en est – qu’est le rock’n roll, le théâtre, le cinéma, la modélisation (cartographie, arts plastiques) mais aussi les humanités numériques avec une séance organisée autour de la création du livre numérique, création «  en recherche » et en «  art » : puisque le digital a pour vocation d’accueillir simultanément des éditions nouvelles de livres anciens et des œuvres contemporaines. Chaque fois, ces  différentes représentations visuelles de l’histoire seront abordées en regard de la recherche les concernant qui s’accomplit en histoire et en littérature et en collaboration avec un artiste invité qui en présente la vivante incarnation : le photographe Patrick Faigenbaum, le musicien Rodolphe Burger, le romancier- librettiste Camille de Toledo, le poète Olivier Cadiot  mais aussi un cinéaste : Stefano Savona. Trois intervenants par séance : c’est la règle de Créer l’/Histoire : un historien, un littéraire et un créateur. Le séminaire privilégie enfin les collaborations avec les chercheurs de Lille III : il a pour vocation d’être un séminaire d’équipe ( Alithila et Irhis) et de mettre à l’honneur les recherches en cours dans son université d’accueil et de fédérer des dynamiques de recherche communes : c’est ainsi qu’un grand intérêt est porté sur la fonction des répondants et des secrétaires de séances,  tous acteurs de Lille III. Les répondants – des enseignants- chercheurs-  sont là pour enrichir la séance de leur regard sans pourtant intervenir proprement dit tandis que les secrétaires de séance impliquent une participation active des étudiants qui suivent le séminaire en leur donnant la possibilité de publier par la suite sur le site du séminaire. A chaque séance, c’est une petite équipe qui est présente et qui confère une collégialité attractive à la manifestation. Notons que cette année, la séance consacrée à Stefano Savona et à la représentation cinématographique de l’histoire permet d’ouvrir le séminaire au Département d’études cinématographique de Lille III et à la classe préparatoire Khâgne cinéma du Lycée Faidherbe : leurs étudiants seront présents en compagnie de leurs enseignants.