Représentation visuelle de l’histoire I. Le portrait. Histoire, Photographie et peinture. Mardi 6 novembre.17h00-19H30. Université de Lille III. Salle IRHIS.

Représentation visuelle de l’histoire 1

Le portrait.

Histoire, Photographie et Peinture

Mardi 6 novembre

17H-19H30

Université Lille III

Salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)

 

Secrétaires de séance :  Carine Capone et Emilie Mouquet

Répondant /e/s: Barbara Bohac, Maitre de conférences en littérature, Alithila,  Lille III,  Frédéric Briot, Maitre de conférences en littérature, Alithila, Lille III,  Charles-Olivier Sticker-Metral, Maitre de conférences, Alithila, Lille III.

 

Diane Bodart, Maitre de conférences en histoire de l’art moderne, université de Poitiers 

Construire l’image impériale : Titien et les portraits de Charles Quint 

Diane Bodart, maître de conférences d’histoire de l’art moderne à l’Université de Poitiers, est l’auteur de diverses études sur les relations entre art et politique, dont Tiziano e Federico II Gonzaga. Storia di un rapporto di committenza (1998), Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne (2011), et de l’édition critique du Traité des statues de François Lemée (avec Hendrik Ziegler, 2012).

Patrick Faigenbaum,photographe

http://www.patrickfaigenbaum.com/presentation/

Patrick Faigenbaum est un artiste majeur de la scène photographique contemporaine. Des oeuvres sont présentes dans les plus importantes collections publiques et privées dont le Metropolitan Museum of Art, New York ou le MNAM, Centre Pompidou.
Le travail de Patrick Faigenbaum se situe hors du champs de l’immédiatement contemporaine et factuelle. Il est au coeur de la tradition picturale comme un autre photographe, Jeff Wall. Il s’est fait connaitre au début des années 80 avec une série de portraits en noir et blanc des grandes familles aristocrates italiennes. Au départ portraitiste, il a recherché ses personnages dans un rapport hors du temps puis il a commencé des portraits de villes, de nature comme cela vient d’être la cas avec la Ville de Tulle.

Jean-François Chevrier, le complice depuis de longues années de Patrick Faigenbaum, est celui qui sait le mieux parler de la démarche de l’artiste:
« On dit en français que le portraitiste campe ses personnages. Cela vaut pour la description littéraire comme pour le travail du peintre. L’expression désigne une énergie et une sûreté du trait. Elle contient également l’idée d’une interdépendance de la figure et du lieu. Elle induit une conception plastique (sculpturale) du corps dans l’espace. Faigenbaum campe ses personnages : il leur donne une place et une stature, un sol et un cadre stable.»
« La notion même de personnage évoque un récit, une histoire, un travail de la mémoire. Mais Faigenbaum ne raconte pas, il préfère suggérer ou, à la rigueur, produire une amorce de récit.»
Depuis sa série de portraits de familles italiennes, Patrick Faigenbaum travaille simultanément le noir et blanc et la couleur. Jean-François Chevrier l’explique : « L’alternance du noir et blanc et de la couleur signale la coexistence de deux mondes qui correspondent à deux époques, aujourd’hui simultanées. La couleur est venue après les portraits de famille(s), quand Faigenbaum a commencé à s’intéresser à l’actualité urbaine. Mais le noir et blanc, c’est-à-dire le gris, le jeu des valeurs, persiste. Il est le domaine et la source du clair-obscur, la condition de l’appréhension des corps dans le volume atmosphérique. Il donne à l’air ce poids de cendres qui favorise la modulation de la lumière et le modelé des formes. Plus abstrait que la couleur, il introduit discrètement le fantastique dans l’image vraisemblable, sinon véridique du quotidien.»

Extraits du texte de Jean-François Chevrier, « Patrick Faigenbaum Fotografias, 1973-2006, Centro de Arte Moderna José de Azeredo Perdigão – Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbonne

Crédits phtotographiques : Patrick Faigenbaum

Lise Wajeman, Maitre de conférences en littérature comparée, CIELAM, Aix Marseille.

 L’art du portrait ou comment emballer avec un pinceau 

Au XVIe siècle, le peintre portraitiste fait irruption dans les fictions comme séducteur de ces dames. Mais ces histoires légères, voire lestes, sont aussi l’occasion d’une réflexion sur les pouvoirs de la peinture et sur les conséquences érotiques des nouvelles techniques de figuration.

 

Programme de la journée d’étude Parler en guerre au XIXe siècle (Vendredi 5 octobre, Lille III, Sylvie Aprile et Dominique Dupart)

Parler en Guerre (1800-1914)

vendredi 5 octobre

Université de Lille 3 – Maison de la Recherche 008/F013

Journée d’étude coordonnée par Sylvie Aprile et Dominique Dupart en liaison avec le séminaire.

 

L Pont de Mostar, Été 2011 – Crédits photographiques : Caroline Izembert

 

L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait. Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives,- que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Les différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mots de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – puis la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse, des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires . Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre  entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événement assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Écrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac)

9 h 00 – Accueil

9 h 30 – Ouverture de la journée d’étude – Sylvie Aprile (Lille 3 – IRHiS) : La guerre au XIXun paysage sonore inexploré ?

Matin

Présidente de séance : Barbara Bohac ( Lille 3/Althila)

I. Des mots et des maux  ou comment dire la douleur 

10 h 00 – Édouard Galby-Marinetti (RIRRA 21, université Montpellier III) : La Crimée, maux de guerre et naissance de mots (1854-1856)
10 H 30 – Dominique Dupart  (Lille 3/Alithila) : Drapeaux guerriers et bellicisme oratoire

II. Déclamer, chanter : poésie et chants religieux

11 h 00 – Carole Furmaneck  (Paris Diderot) : Le Parnasse va-t’en guerre
11 h 30 – Jacqueline Lalouette (Lille 3/IRHIS) : Autour de Sébastopol

12 h 00  Discussion

12 h 30 Déjeuner

Après-midi

Président de séance :   Xavier Boniface (Littoral-ULCO)

III. La guerre des autres : guerre civile et guerre outre-Rhin 

14 h00 Mareike  Koenig  ( Institut historique allemand) :  La guerre 1870/71 en Allemagne : médias, correspondants de guerre et expériences individuelles
14 h 30 Laure Godineau  ( Université Paris XIII) : Quelle(s) parole(s), et quelle (s) mémoire(s) de l’insurrection de 1871 ?

IV. De la parole à l’écriture

15 h 00 – Fiona Mac Intosch (Lille3, Alithila)  : Écrire l’histoire pendant la guerre : la Revue historiquecréée en 1876 par Gabriel Monod
15 h 30 – Alain Vaillant ( Paris Ouest) : L’amour de la guerre, ou la face cachée du romantisme français

16 h 00 Discussion

16 h 30 –  Table ronde  finale : Xavier  Boniface (Littoral-ULCO) , Benjamin Deruelle (Lille3/ IRHiS)

Conclusion de la journée d’étude