Compte-rendu séance 9 octobre Data-Littérature et Digital History

Compte-rendu

de la Séance du 9 octobre 2012

                                                                                      

 

Data-Littérature et Digital History.

Écriture et Histoire à l’heure du numérique.

Par Sébastien Debeire et Dimitri Julien

Pour une Lecture 2.0

 

 

 

Questionner et interroger les rapports entre le numérique et l’écriture, tel était l’ambition de cette première séance du séminaire « Créer l’Histoire » de l’année 2012-2013. Quatre intervenants étaient invités à prendre la parole devant un auditoire composé d’enseignants mais aussi d’étudiants en Littérature, Histoire et Philosophie notamment : Alexandre Gefen, chercheur au Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Française (UMR 8599 du CNRS et de l’Université Paris Sorbonne) et fondateur de Fabula.org ; Gil, Bartholeyns, historien, titulaire de la chaire d’étude visuelle à l’Université Lille 3 ; Olivier Cadiot, écrivain ; Xavier De La Porte, animateur sur France Culture de l’émission « Place de la toile » consacrée aux cultures numériques.

 

Alexandre Gefen : « Brève apologie des humanités numériques »

Chercheur au Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Française (UMR 8599 du CNRS et de l’Université Paris Sorbonne) et cofondateur de Fabula[1], Alexandre Gefen a bien voulu commencer cette première séance de séminaire consacrée aux rapports entre la littérature, l’Histoire et le numérique.

Alexandre Gefen explique s’être intéressé aux humanités numériques[2] pour trois raisons. A partir d’une réflexion sur le contemporain tout d’abord, qui nécessite la prise en compte du paradigme numérique et de ses implications sur la littérature mais aussi plus largement dans la constitution de ce qu’on pourrait appeler une « culture numérique » dont les nouvelles générations depuis une vingtaine d’années sont aujourd’hui natives[3]. À partir de son travail philologique et herméneutique également, qui l’a mené à utiliser des outils numériques pour percevoir de nouveaux questionnements, de nouvelles approches, de nouvelles possibilités. Enfin, la troisième cause de son intérêt pour le numérique tient dans sa réflexion sur la diffusion du savoir et l’organisation des réseaux de connaissance, à partir de son travail sur le site Fabula.org.

Alexandre Gefen a ainsi découvert la grande familiarité qu’il peut y avoir entre le domaine littéraire et le numérique, à partir d’une réflexion sur l’intertextualité notamment, qui mène aisément et est indissociable de la notion d’hypertextualité. Les concepts qui fondent internet auraient ainsi été précédemment pensés par les écrivains dans leur manière de concevoir les textes et leurs liens réciproques. Internet pourrait ainsi bien avoir été une invention par anticipation de Borges ou de Montaigne tout autant que de Ted Nelson par exemple. L’idée d’une communauté égalitaire de travail par-delà les frontières géographiques et temporelles est d’ailleurs une idée familière aux chercheurs, qui se trouvait déjà au cœur de l’humanisme, et qui est l’un des fondements d’Internet aujourd’hui[4].

Quelles sont les conséquences de l’émergence du paradigme numérique pour la littérature ? Plusieurs réponses ont pu être apportées à partir de productions qui sont spécifiques à internet : les romans hypertextuels, par exemple, qui répond au credo du numérique pour lequel le medium est le message. Penser ces œuvres ad hoc n’est toutefois pas le plus intéressant, d’autant plus qu’elles ne constituent pas les grandes œuvres numériques d’aujourd’hui. Le plus intéressant se trouve au contraire dans l’exploitation que font les écrivains, en parallèle de leurs œuvres, des médias numériques et sociaux comme formats de contrainte[5].

Les formes d’écriture entre le livre et le numérique vont nécessairement se redistribuer : mais de quelle façon ? Alexandre Gefen pense que les réponses à cette question sont incertaines : est-ce que cela va se passer comme lorsque la photographie a émergé au XIXème siècle ? Comme la peinture avait alors trouvé d’autres objets, la littérature va-t-elle faire de même et se concentrer moins sur la représentation pour travailler plus encore sur la forme ? Est-ce qu’il va y avoir un processus de concurrence ? D’imitation ? La spécialisation comme l’imitation semble être à l’œuvre, de même qu’il y a dans le discours des écrivains une peur du numérique et de la dévalorisation, comme une capacité à l’accepter et à s’enrichir à partir d’elle.

On peut également, selon Alexandre Gefen, constater une resocialisation de la figure d’écrivain à partir du numérique. Comme l’expliquait Bourdieu, l’écrivain s’est petit à petit pensé contre le monde et s’est autonomisé au cours de son Histoire[6]. Internet conduit au contraire l’écrivain à se réinsérer dans la société. De plus, les réseaux sociaux rendent compte de ce que nous sommes de manière originale : en ce sens, cette pression sociale pourrait pousser à inventer et à créer des vies et des regards particuliers sur le monde, et par conséquent à recourir à la littérature et à l’écriture. Le numérique pourrait donc conduire à la revalorisation des jeux de mots, de la rhétorique et de la poétique : sur Internet c’est cette capacité de style qui donne une identité sociale.

 

Dans les études littéraires, selon Alexandre Gefen, le numérique a accompagné un regard empirique sur les textes, à partir de travaux quantitatifs par le biais de fouilles massives dans le texte permettant un travail sémantique sur les œuvres[7]. Ce paradigme empirique permet ainsi d’avoir un regard sur les textes indépendant de tout présupposé théorique. Cela permet de cartographier les textes et d’utiliser des statistiques pour dégager du sens et repenser l’histoire littéraire[8].

Cependant il existe aussi des pratiques plus qualitatives à partir du numérique. Alexandre Gefen a ainsi pu travailler sur Artamène ou le Grand Cyrus[9], roman illisible de presque 13 000 pages rendu toutefois lisible grâce à Internet, qui permet d’y entrer de manière différente. L’œuvre est dépliable, la lecture de celle-ci peut-être linéaire, mais seul Internet permet d’offrir cette entrée aux lecteurs et de faciliter ainsi la lecture du livre.

Alexandre Gefen a expliqué également la manière dont on a pu travailler sur une édition de la Pléiade de Molière[10], en utilisant les outils numériques pour trouver une nouvelle manière de contextualiser une œuvre : l’ensemble du contexte est maintenant disponible directement grâce à Internet, sans besoin de ne se fier qu’à l’autorité du chercheur qui donne une interprétation. Cela permet ainsi de démontrer par rapprochement le fondement de l’interprétation utilisée : chaque note est liée à un ensemble de textes en ligne. Les notions d’autorité, de propriété et d’influence sont ainsi modifiées.

 

Toutes ces pratiques peuvent trouver leur source dans des pratiques déjà bien anciennes toutefois, et selon Alexandre Gefen c’est dans ce regard réciproque entre l’ancien et le nouveau que se place tout l’intérêt d’un travail sur les humanités numériques. On peut ainsi parler d’un retour du même.

 

Suite à cette intervention Dominique Dupart a demandé à Alexandre Gefen s’il avait pu constater un lien entre la littérature et l’Histoire dans ce domaine des humanités numériques, s’il avait pu trouver des ressemblances et des liaisons possibles entre les deux disciplines à partir d’un travail sur le numérique. C’est, selon lui, à partir de la capacité qu’ont les outils numériques à recontextualiser les œuvres et à les retranscrire dans les discours de leur temps qu’on pourrait envisager un dialogue avec les historiens.

 

Gil Bartholeyns : « Digitalisation de l’histoire visuelle et écriture scientifique »

Historien, titulaire de la chaire d’étude visuelle à l’Université Lille 3 et collaborant à la rédaction de culturevisuelle.org/ et editionspapiers.org/, Gil Bartholeyns n’est pas spécialiste du numérique mais propose d’apporter un regard spécifique sur l’actualité numérique et sur ses rapports avec les images.

Son activité d’historien l’a amené à réfléchir sur la place qu’ont pu prendre les outils numériques dans les activités de recherche des historiens au quotidien. De l’appareil photo permettant de capturer numériquement les fonds d’archives et de travailler par la suite chez soi, aux systèmes wiki qui rendent possible l’élaboration collective de documents, en passant par les bases de données textuelles et iconographiques, de nouvelles « technologies de l’esprit » ont pu naître qui ont bouleversé l’horizon de la recherche depuis dix ans.

Le couple historien-ordinateur des années 1980, qui a suscité bien des espoirs, appartient déjà selon Gil Bartholeyns à un autre âge. Et dire comme il y a à peine six ans que l’on veut « évaluer l’ampleur des transformations que le recours à l’informatique introduit dans le métier d’historien » paraît déjà bien dépassé. Ces cinq dernières années, l’arrivée du web 2.0 nous a fait littéralement changer d’orbite par la possibilité de création et d’échange de documents par tout utilisateur non technicien et désireux de le faire. C’est ce que Bernard Stiegler a appelé une « économie de la contribution ». Si la digitalisation de la recherche n’est pas terminée, selon Gil Bartholeyns, toutes les portes sont néanmoins ouvertes.

 

La recherche commence par le document, qu’Internet permet souvent de trouver et d’identifier. Il se présente sous deux formes différentes : une image du document (l’intégrité est alors conservée mais la recherche « interne » est plus difficile), ou le document sous forme numérique (plus facile d’usage mais moins fiable scientifiquement). Ces inconvénients sont toutefois de plus en plus résolus. Internet permet également de travailler non pas seulement plus vite mais autrement : on peut ainsi par exemple utiliser des bases de données afin de traverser toute la littérature antique et se l’approprier en quelques minutes. Le savoir, de plus, se délocalise et peut maintenant être consultable n’importe où et non plus seulement dans les lieux traditionnels associés au savoir, comme les bibliothèques.

Le cas des images est révélateur à ce propos, puisqu’elles se délocalisent tandis qu’elles étaient fortement localisées dans un unique lieu auparavant (un musée par exemple). Entrer le nom d’un artiste dans une base de données, chez soi, permet souvent d’avoir accès à l’ensemble de ses productions picturales, de même qu’on peut faire une recherche thématique pour visualiser l’ensemble des images ayant un lien avec le thème qui nous intéresse.

Gil Bartholeyns rappelle que l’immense majorité des sources de l’historien n’est toutefois pas éditée et celui-ci continue d’écumer les fonds d’archive. Il y a néanmoins de plus en plus utilisation d’un appareil photo afin de capter ces archives et d’y travailler dans un autre lieu par la suite. Cela reste néanmoins problématique et pose la question du passage de l’unicité à la reproductibilité, ce qui mène certaines institutions à refuser cette pratique.

La production intellectuelle est toutefois de plus en plus disponible, et certains outils permettent de se l’approprier plus facilement, grâce notamment aux méta-catalogues, comme WordCat (http://www.worldcat.org) ou le SUDOC. Il y a également les portails, les sites dédiés ainsi que les bouquets de revues (Jstor, Cairn, Persée, etc.). Ces documents sont téléchargeables en format PDF et ce format, devenu un standard mondial garantissant l’intégrité d’un document, est la condition du lien entre savoir numérique et savoir traditionnel. À travers l’écran est donc disponible un fond documentaire presque sans limite.

Gil Bartholeyns a mis en place une enquête sous la forme d’un questionnaire en ligne sur la création, la captation et la recherche documentaire des chercheurs en sciences humaines et sociales, en insistant notamment sur les nouvelles pratiques qui ont court. Il semble que 80% des répondants affirment qu’Internet est une technologie plus importante pour la recherche que la bibliothèque. Dans 90% des cas, ces deux outils sont placés dans les trois outils les plus importants[11].

Plusieurs étudiants présents dans la salle sont intervenus pour expliquer le rapport qu’ils avaient au numérique et à Internet. Il semble que les pratiques soient encore très diverses, le numérique servant parfois à faire des recherches, tandis que d’autres préfèrent utiliser le livre papier. La pratique ne semble donc pas encore s’être généralisée quoiqu’elle soit utilisée de manière ponctuelle dans des buts bien précis, et en utilisant certains outils plus que d’autres (pour la poésie, l’image, la littérature de jeunesse notamment, mais aussi pour les articles de revue).

 

Gil Bartholeyns a également cité de nombreux outils intéressants pour le chercheur : Wikipedia (comme exemple de savoir collaboratif), Zotero, Endnote (comme outils de gestion bibliographique), Evernote et Mendeley (pour la capture et l’organisation de l’information), ou encore Typewith.me qui permet un travail collaboratif, une possibilité d’écrire avec et non plus à quelqu’un, incluant une dimension ludique à ce processus d’écriture synchronisée. Cela permet de créer une page sur laquelle chacun écrit en direct et en même temps. Ces outils sont ainsi de véritables machines à penser.

Plus simplement, Image et transgression au Moyen Âge[12] a ainsi été écrit entre 2005 et 2007 par trois personnes, Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar et Vincent Jolivet, en utilisant les fonctions de commentaire, de correction et d’envois successifs de Word. Ce qui leur a permis d’« intégrer la critique au cœur du processus créatif » (Dittmar) et de mêler les voix, les différentes idées. Le travail solitaire est ainsi nourri par un dialogue qui apporte au travail d’écriture une destination.

Pour conclure, Gil Bartholeyns reprend les mots d’Hannah Arendt, dans La crise de la culture. Arendt écrivait que « la culture de masse apparaît quand la société de masse se saisit des objets culturels, et son danger est que le processus vital de la société (qui, comme tout processus biologique, attire insatiablement tout ce qui est accessible dans le cycle de son métabolisme) consommera littéralement les objets culturels, les engloutira et les détruira »[13]. Elle craignait de voir la culture et l’intelligence se transformer par cette société. Peut-être pourrait-elle se rassurer, selon Gil Bartholeyns, si elle voyait la transformation actuelle du savoir et notre « culture intellectuelle », en dépit de la victoire du marketing technologique.

 

Olivier Cadiot et Xavier De la Porte : « Presse à bras et logiciels »

L’écrivain Olivier Cadiot et le journaliste Xavier De la Porte nous apportent leurs regards de lecteurs curieux et passionnés sur les rapports entre la littérature et l’univers numérique. Ils ont d’ailleurs monté une petite entreprise littéraire avec la complicité du graphiste néo-geek – designer d’interface Cédric Scandella et le programmeur Ned Baldessin.  Olivier Cadiot et Xavier De la Porte profitent de l’occasion pour nous conter les prémices de cette startup et revenir sur leurs propres usages et pratiques numériques.

 

Tout d’abord, Olivier Cadiot cherche à déconstruire une idée répandue selon laquelle le numérique serait une utopie joyeuse, un monde enchanté à conquérir, un territoire vierge à découvrir jusqu’à l’épuisement. Selon lui, la richesse du numérique n’est pas dans l’infini qu’il suggère mais plutôt dans la somme de problèmes microscopiques que le numérique est susceptible de résoudre.

 

Ce laboratoire cherche justement à développer des petites machines permettant de « faire tourner les livres ». Ainsi, grâce aux applications numériques offertes par cette PME (Petites Machines à Émouvoir ?) on pourrait relire le premier ouvrage d’Olivier Cadiot. Cette fausse encyclopédie, cet hypertexte à la Jules Verne pourrait être résolu par une voix qui viendrait apporter une confession secrète, supplémentaire au milieu des mots[14].

Bien plus qu’un simple livre d’enfant qui ne ferait que se déplier, ces applications permettraient de « creuser des galeries sous le texte ».

Ces nouveaux modules offriraient également la possibilité de réactiver, de remettre en marche des œuvres anciennes. On peut rêver sur des machines textuelles aux engrenages infinis comme « le coup de dés » de Mallarmé ou un livre de Genet écrit au stylo bille bleu soutenu par des colonnes rouges et vertes. Ces mots-moteurs ne se rêvent pas comme un simple dispositif, une installation graphique ou une œuvre plastique ; mais cherchent à proposer des modes de lectures. Olivier Cadiot revient sur son rapport au numérique qui semble recouper son parcours d’écrivain.

Tout d’abord, il nous conte unes de ces premières expériences poétiques : L’art poetic [15], son recueil de poèmes « en série qualifiée  , sorte de mise en vers de la grammaire du « bon usage » construit à partir  d’exemples tirés de manuels de grammaire taillés au cutter. Puis l’écrivain, en quête d’une écriture à venir, a photocopié de nombreux ouvrages au sein d’une abbaye pendant un an afin de réaliser un catalogue de faux titres.

Parallèlement, il a distillé une poésie sonore (notamment avec l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/ Musique). Olivier Cadiot a également fait l’acquisition d’une imprimerie Albion comme Balzac en son temps. La faible maniabilité de l’objet a généré une écriture minimale plus concise, plus épurée.

Avec la complicité de Pierre Alféri, il crée la revue de littérature générale[16], véritable laboratoire littéraire qui cherche à rhabiller les œuvres, à rendre leurs lectures agréables.

Puis,  Olivier Cadiot écrit un ensemble d’ouvrages[17] à la limite du roman en y intégrant des poèmes et quand leur matérialité devient trop pressante, il les fait disparaître. De la même manière, la note de bas de page qui scande ces premiers romans disparaît, jugée trop envahissante, trop précieuse.

Enfin, en 2011, il conçoit avec Pierre Alféri des panneaux calligrammatiques pour la  RATP (stations de la ligne T3 du tramway parisien) offrant aux lecteurs-usagers des années de lectures, des milliers de mots par le biais de passages du Paris, capitale du XIXe siècle de Walter Benjamin découpés au cutter.

Après ces multiples tentatives, l’écrivain est sans cesse revenu au livre. Ce besoin de la masse corporelle du livre devient nécessaire quand « le fétichisme formel » point, quand la fascination pour l’œuvre plastique, « la matériologie » devient trop prégnante.

Pour contourner cette obsession, le numérique offre des solutions minuscules, d’infimes issues, ou comme pour le dire avec Alfred de Musset (cité par Dominique Dupart) : « Cette petite fleur grosse comme une mouche a bien son prix. »[18].

 

 

Olivier Cadiot laisse ensuite la parole à « son associé » Xavier De la Porte, journaliste et animateur de l’émission « Place de la toile » sur France Culture, consacrée aux cultures numériques. En premier lieu, le journaliste nous rappelle que la littérature et la lecture sont à l’origine de la création de cette petite entreprise virtuelle. Il nous fait part de son angoisse, lorsqu’il constate, après avoir lu certains ouvrages de la rentrée littéraire sur sa tablette, son impuissance à se souvenir des titres et du nom des auteurs des livres qu’il a pourtant bien lu. L’anecdote résonne comme la résurgence d’un cauchemar de khâgneux à la mémoire blanche face à l’immense bibliothèque noire de mots lus.

L’ancien étudiant en lettres passionné par le numérique revient brièvement sur cette littérature qui a inventé le web avant le web à l’image des paroles gelées de Rabelais dans le Quart Livre qui plane au dessus de notre contemporanéité numérique. L’épisode du « fou et du rôt » dans le Tiers Livre[19] est également un exemple révélateur.

Xavier De la Porte questionne la virtuosité de cette virtualité numérique : Comment réactiver des œuvres anciennes ? Comment faire apparaître le multilinguisme ? Quid de l’appel de notes (problème toujours non résolu par les tablettes numériques actuelles) ?

Il ne s’agit en aucun cas de proposer une lecture médiatisée ou d’offrir au lecteur une expérience multi sensorielle simplement illustrative mais plutôt de chercher à intensifier la lecture. Cette « sur-lecture » nous invite à repenser l’économie close du livre et à ranimer des contraintes anciennes. Ainsi, une application américaine interdit au lecteur de revenir en arrière. Il ne peut pas re-parcourir les pages précédentes à partir du moment où il a tourné la page. Selon Mélanie Traversier, ce procédé n’est pas sans rappeler le rolex, le rouleau (volumen) qui imposait une lecture continue.

De plus, cette nouvelle manière de concevoir la lecture vient, selon Alexandre Gefen, brouiller le rapport entre l’écrivain et le technicien. Est-ce l’auteur qui demande au technicien d’inventer un livre ou au contraire est-ce le technicien qui suggère la possibilité d’affichage à l’écrivain ?

 

La séance se termine sur une autre interrogation, soulevée par Andrea Del Lungo :

Le chercheur doit-il être effrayé par cet infini borgésien qui s’offre à lui, cet horizon numérique proprement abyssal ? Sa créativité ne va-t-elle pas ployer sous les données ?

En guise de conclusion, Olivier Cadiot et Xavier De la Porte visent à nous rassurer. Cette angoisse se manifeste à travers les âges (il suffit de songer à l’histoire de l’essor de la correspondance postale et les profonds bouleversements qu’il a entrainés). Face aux vertiges provoqués par ce gouffre numérique, il nous faut repenser l’échelle, rétrécir le champ. Une image infime se dessine alors : celle d’une petite madeleine (proustienne à n’en pas douter) à l’envers, infime et sublime bouchée au goût d’infini.

 

 

Bibliographie.

 

ARENDT Hannah, La crise de la culture, Paris, Folio, Gallimard, 1989.

BARTHOLEYNS Gil, DITTMAR Pierre-Olivier, JOLIVET Vincent, Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PUF, 2008.

BENJAMIN Walter, Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Allia, 2003.

BOURDIEU Pierre, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

CADIOT Olivier, L’art poetic, Paris, P.O.L, 1988.

DE MUSSET Alfred, On ne badine pas avec l’amour, Paris, Folio, 2010.

DOUEIHI Milad, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011.

MESNARD Philippe, « La matière littéraire », dans la revue Vacarme (numéro 03), février 1997.

MORETTI Franco, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les prairies ordinaires, 2008.

RABELAIS François, Le Tiers Livre, Paris, Flammarion, 1993.

RABELAIS François, Le Quart Livre, Paris, Paris, Flammarion, 1993.

SERRES Michel, Petite Poucette, Paris, Le Pommier, 2012.


[1] Fondée en 1999 par Alexandre Gefen et René Audet, cette association dont les activités sont rassemblées autour du site internet Fabula.org s’intéresse à la recherche, la théorie, l’histoire et la critique littéraires. Le site internet est très vite devenu un cadre privilégié pour constituer un lieu de ressources et de rencontre destiné aux chercheurs du large domaine des études littéraires, dans lequel se mêlent information, publication et recherche sur la littérature.  Voir http://www.fabula.org/

[2] Les humanités numériques, autrement nommées digital humanities trouvent notamment leur définition dans le Manifeste des Digital humanities élaboré lors du THATCamp des 18 et 19 mai 2010 : « Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique. […] Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales ».

[3] On parle de « natif numérique » ou plus fréquemment de « digital native » pour cette nouvelle génération ayant grandi au sein d’un environnement numérique. On utilise aussi parfois le terme « génération Y » dont les acceptions sont toutefois plus larges. Michel Serres a récemment proposé une nouvelle dénomination : « Petite Poucette ».

[4] Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Seuil, Paris, 2011.

[5] Voir le blog d’Éric Chevillard (http://l-autofictif.over-blog.com/) par exemple, dans lequel se trouve une littérature du quotidien, de l’anecdote, du temps présent. Voir aussi ce que fait Régis Jauffret sur twitter (https://twitter.com/regisjauffret), ses jeux verbaux dans lesquels les contraintes formelles des 140 caractères apparaissent comme un motif poétique extrêmement intéressant.

[6] Pierre Bourdieu, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, Paris, 1992.

[7] On parle couramment de pratiques de « data mining ».

[8] À ce sujet, voir notamment Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Les prairies ordinaires, Paris, 2008.

[11] Cette enquête était en réalisation au moment du séminaire : ces chiffres, tirés d’un échantillon-test (le réseau professionnel de Gil Bartholeyns), sont donc à prendre avec précaution.

[12] Voir Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar, Vincent Jolivet, Image et transgression au Moyen Âge, Paris, PUF, 2008, 196 p.

[13] Hannah Arendt, La crise de la culture, Paris, Folio, Gallimard, 1989, p. 265-266.

[14] Comme le suggère Xavier De la Porte et pour éviter la manipulation tactile, on pourrait mettre à profit une technologie existante comme le Eye tracking (ou oculométrie). A l’instant même où l’œil affleure sur un mot une animation sonore (une confession chuchotée de l’auteur, par exemple) se déclencherait.

[15] Olivier Cadiot, L’art poetic, P.O.L, Paris, 1988.

[16] Voir l’article de Philippe Mesnard, (http://www.vacarme.org/article1110.html), publié dans Vacarme 03, février 1997.

[17] Citons : Futur, ancien, fugitif (1993), Le Colonel des Zouaves (1997), Retour définitif et durable de l’être aimé (2002), Fairy Queen (2002), Un nid pour quoi faire (2007), édités chez P.O.L.

[18]   Le Baron : Et, toi, Perdican, que fais-tu là devant ce pot de fleurs ? / Perdican : Voilà une fleur charmante, mon père. C’est un héliotrope. / Le Baron :

Te moques-tu ? elle est grosse comme une mouche. / Perdican : Cette petite fleur grosse comme une mouche a bien son prix.  (Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour, Acte II, scène 2).

[19] Voir le chapitre XXXVII du Tiers Livre de Rabelais dans lequel   un rôtisseur  décide de recueillir l’avis d’un fou. En effet, un  portefaix aurait mangé son pain à la fumée de son rôt. Il exige donc d’être payé en retour. Le fou sans réfléchir (puisqu’il est fou) tranche le cas : il paye le rôtisseur au son de la pièce du portefaix.