Compte-rendu de la séance du 22 janvier Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et cartographies

Carte du Tendre, Scudéry, Gravure de François Chauveau, 1654

 

Cartographier un espace sans carte. Quels outils pour l’historien du Moyen-âge ?

 

Fanny Madeline, militante au Comité de Vigilance face aux Usages de l’Histoirei, a soutenu une thèse d’histoire médiévale en 2009. A paraître aux presses universitaires de Rennes, son travail se propose d’étudier la construction d’un territoire politique au M-A dans une période qui s’étend de 1154 à 1216ii. Après la dissolution de l’état central carolingien le pouvoir se révèle fragmenté – avant la recomposition territoriale au 12-13è siècles des différentes monarchies féodales en concurrence, y compris avec la papauté. Ses recherches mettent en évidence la place du territoire dans la constitution d’un pouvoir, d’un état et d’une souveraineté. La territorialisation du pouvoir apparaît comme une matrice de l’état en train de se constituer, dans un processus de dépersonnalisation des rapports de pouvoir et de matérialisation de l’institution. Comment les rois – les rois d’Angleterre – ont-ils réussi à territorialiser leur pouvoir et à forger leur souveraineté (imperium) ? Un siècle après la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, ses descendants héritent de l’Angleterre, de la Normandie, de l’Anjou et acquièrent la Bretagne et l’Aquitaine. Pendant cinquante ans, l’Empire Plantagenêt qui va de l’Ecosse aux Pyrénées va peu à peu s’étendre. Fanny Madeline tente de comprendre l’inscription du pouvoir dans l’espace, les formes de sa présence, sa représentation et son exécution et plus particulièrement, quels ont été le rôle des constructions à partir de la donnée spatiale. Quels ont été les mécanismes de construction d’une institution, le rôle des politiques de construction, de châteaux, de monastères ou autres édifices qui ont permis de matérialiser cette présence du pouvoir.

Son intervention débute sur le paradoxe suivant : le Moyen-Âge est un monde sans cartes. Les cartes qui existent au M-A sont héritées des schémas antiques qui se transmettent essentiellement comme un savoir théorique. La projection de l’espace en plan n’existe pas en tant que mode d’intelligibilité du réel avant le 14è siècle. La question se pose donc de savoir comment les cartes qui ont été utilisées par les historiens pour représenter le territoire et le pouvoir au moyen-âge ont calqué une représentation du monde qui n’existait pas à l’époque ? Quels enjeux et quels problèmes cette perspective soulève-t-elle ? En quoi ces cartes qui ont été produites alors qu’elles n’existaient pas à l’époque ont permis d’interpréter l’histoire ?

Après avoir rappelé le caractère historique et sécularisé de cette représentation du monde en deux dimensions, Fanny Madeline oriente son propos sur les technologies actuelles afin de rendre sensibles les remises en cause épistémologiques qu’elles génèrent et qu’elles suscitent au sein du champ des sciences humaines. En effet, à la suite de ce que les spécialistes ont appelé un spatial turniii, l’espace va être perçu différemment, on va peu à peu le concevoir comme une configuration sociale qui se serait progressivement construite.

L’intuition que le médiéviste devait, plus que tout autre historien, avoir un œil de géographe, existait déjà chez Jules Michelet qui voyait dans la dispersion des pouvoirs au Xe-XIe siècles le moment où « chaque point de l’espace devient indépendant ». C’est en ce sens que les technologies récentes de modélisation de l’espace vont apporter de nouvelles ressources pour l’historienne. Elles vont lui permettre l’acquisition de nouveaux modes de perception géographique de l’histoire et de construire une représentation des faits et des évènements peut-être plus proche de la réalité historique. En somme, un regard neuf pour la compréhension du monde médiéval. Parmi les médiévistes, ce sont les ruralistes qui sont le plus à l’écoute de ces nouvelles tendances cartographiques.

S’opère alors avec ces nouvelles tendances une véritable redéfinition de l’espace féodal, amorcée par Alain Guerreau en 1996 auquel l’auteure se réfèreiv. Deux définitions opposées semblent se dessiner. D’un côté, une définition euclidienne de l’espace. De l’autre, celle qu’il définit en contrepied de la première, une définition d’un espace discontinu, hétérogène et polarisé : exactement l’inverse de l’espace euclidien qui lui est continu, fini, homogène, en trois dimensions et isotope selon la définition de Henri Poincaré.

Pourquoi aujourd’hui, la conception de carte avec de grands aplats colorés et limités avec des traits réguliers constitue une entrave à l’interprétation historique du passé ?

La cartographie médiévale, souligne Fanny Madeline, est longtemps restée un impensé de la recherche historique pour des raisons qui tiennent moins de la technique ou d’un écart conceptuel que d’un refus – idéologique, comme il a été suggéré dans les interventions – de la part des historiens, de figurer des territoires sans pouvoir concret, sans pouvoir concrétisé, c’est-à-dire sans pouvoir bien situé, qu’on pourrait aisément repérer (sur une carte par exemple). Dans la mémoire française, il n’y a pas de territoire sans roi et il n’y a pas de carte sans état. Notre vision de la géographie administrative et historique est conditionnée par des siècles de cartographie. Certains historiens n’hésitent pas à dire, signale Fanny Madeline, que la linéarité des contours relève du dogme lorsqu’elle est appliquée à l’ensemble de la période médiévale.

L’essor de la géomatique, nous enseigne Fanny Madeline, la science de la conception et de la manipulation des données géographiques, offre depuis plusieurs années des outils de plus en plus perfectionnés pour penser l’espace et le représenter en deux dimensions sans forcément avoir recours aux aplats de couleurs et aux contours. Ce renouvellement technique s’est appuyé chez les médiévistes sur des réflexions de géographes qui revendiquent un tournant géographique et appellent à des changements dans les manières de représenter les spatialités. Ces géographes – Jacques Lévy, Michel Lussault, Denis Retaillév entre autres – partent du constat qu’on a « un épuisement du paradigme territorial républicain » qui apparaît de plus en plus nettement, ce paradigme hérité de deux siècles de construction nationale prenant appui sur une rationalité de l’espace qualifiée d’euclidienne. Ils rejettent cette prégnance de la représentation de l’espace qui privilégiait la figure du puzzle ou de la maille pour lui préférer des modes de représentation de l’espace déterritorialisé, « cybernétisé ». Cybernétisé renvoie à un espace virtuel, en réseau, en rhizome. Ces réflexions sur l’espace cybernétisé issues des travaux de géographes offrent des outils intéressants pour le médiéviste qui est confronté à la démultiplication et à l’imbrication des espaces de référence – par exemple l’espace de la paroisse et de la seigneurie, du diocèse et du comté, de la royauté et de la chrétienté. On a, au Moyen-âge, une inégale distribution de points sur le territoire, une superposition de différents espaces et différentes échelles et surtout une prééminence des liens interpersonnels. Les liens d’interdépendance définissent d’abord le rapport social plutôt que l’inscription dans le territoire.

 Georges Duby, La société au XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, 1953, p. 518

Une autre notion change. Jusqu’à présent les historiens réfléchissaient en termes d’inter-spatialité, c’est-à-dire en termes d’emboîtement et d’interface pour rendre compte de la rencontre de ces différents phénomènes d’échelle et de substances différentes. Aujourd’hui, la notion mise en avant est celle de « co-spatialité », c’est-à-dire la représentation des différents phénomènes sur un même espace  nous explique Fanny Madeline. Le problème de cette carte (cf. la carte ci-dessus). En plus d’être peu lisible, elle ne permet pas de comprendre le rapport de seigneurie parce que le partage des droits prélevés sur les hommes se fait entre plusieurs seigneurs et sur différents lieux.

 l’Anjou féodal, extrait de J. Boussard, Le comté d’Anjou d'Henri Plantagenêt à la conquête de Philippe Auguste (1938)

De l’irreprésentable sur une carte standard. Les médiévistes ont donc dû trouver d’autres outils pour figurer le monde médiéval. Après avoir projeté un certain nombre de « cartes », de modélisations devrait-on plutôt dire – Jacques Boussard et son espace pluri-nucléaire pour représenter la filiation des appartenances et le réseau de hiérarchie sociale, les rattachements féodaux d’un même territoire ; Jean Tricard qui synthétise la description de la Touraine au XIIème siècle et qui révèle l’impossibilité de représenter les châteaux et l’organisation des pouvoirsvi – un obstacle : la compréhension d’un espace impossible à représenter de manière simple et lisible. L’auteure de la présente conférence s’appuie sur les travaux de la médiéviste Marie-Pierre Buscail qui a réfléchi aux enchevêtrement dans le cadre de son étude sur le domaine foncier des capétiens.

de Jean Tricard, « La Touraine d’un tourangeau au XIIe siècle », dans Le métier d’historien au Moyen Âge. Études sur l’historiographie médiévale, B. Guenée (éd.), Publications de la Sorbonne, 1977, p. 93

Avec l’aide de la chorématique de Roger Brunetvii on va représenter l’enchevêtrement des possessions seigneuriales au sein d’un même espace. Il ne s’agit plus d’une description réelle de l’espace mais plutôt d’une abstraction qui échappe à la représentation du territoire, d’un modèle géométrique – des réseaux de points – qui permet de mieux prendre en compte les enjeux de la spatialisation des études médiévales dans lesquelles l’espace n’est ni fini, ni continu, ni homogène.

Dans M.-P. Buscail, « Les espaces royaux ou la question du ›domaine royal‹ aux XIIIe et XIVe siècles », Perspectivia.net, disc. 5 (2010)

M.P Buscail, « Le domaine royal entre territoire et réseaux », Etudes rurales, 188, 2011/2, p. 73-92.

Les cartes topologiques et schématiques inspirées de Denis Retaillé qui visent à « se libérer de l’impératif cartographique pour représenter la médiation symbolique entre les hommes et l’espace ». La carte n’étant pas l’outil le plus approprié pour représenter des territoires qui se chevauchent et se recouvrent.

 Denis Retaillé dans Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives (2008), p. 107

L’espace contemporain est mobile et il est souvent incompatible avec la cartographie qui oblige à fixer le mouvement. L’intégrale est selon lui la forme théorique la plus appropriée pour représenter le mouvement car elle a une fonction de multiplication et non plus d’addition des objets localisés. Cette problématique est intéressante pour représenter les territoires. A partir des chartes – des lieux où elles ont été écrites – on va représenter les lieux visités par Henri Ier. On représente son itinéraire à partir d’une forme fixe, la mobilité du roi à partir de ses lieux de séjours. L’écueil, c’est qu’on passe sous silence l’importance de sa mobilité, le caractère itinérant de la cour. Si, pour palier à cela, on a recours à la forme vectorielle, la limite est celle de la lisibilité, d’autant plus si on a beaucoup de chartes.

Lieux visités par Henri Ier d’Angleterre entre 1106-1135  (fils de Guillaume le Conquérant)  selon les actes de sa chancellerie

Fanny Madeline terminera sa conférence sur l’ordonnance des frontières et leur représentation. En effet, au Moyen-âge, les zones d’influences des différents royaumes ne sont pas homogènes mais fluctuantes et les frontières ne se seront installées de manières fixes que bien plus tard. Pour l’empire Plantagenêt, John Gillingham a réfléchi aux problèmes du cartographeviii. Selon lui, « Une carte de l’empire angevin où serait colorié toutes les provinces d’une couleur uniforme suggérant que le pouvoir arrivé serait partout similaire sérieusement trompeuse. » Sans coloriage, il représente l’espace non selon des frontières mais par des « espaces de marches » où le pouvoir est le plus faible. Au Moyen-âge, les frontières sont toujours mobiles et il existe encore à cette époque des espaces sans frontières ou d’autres polarisés entre plusieurs royaumes. Fanny Madeline a contourné cette difficulté dans sa thèse par l’outil pointilliste en modélisant les lieux de pouvoirs à partir des investissements, des dépenses affectées à la construction d’un château, des places fortes d’un royaume et de leurs zones d’influences. Cette manière de modéliser l’espace a l’avantage de représenter un pouvoir polarisé plutôt qu’un pouvoir localisé à partir de frontières.

Les cartes de carroyage permettent de représenter – à partir d’un certain nombre de carreaux plus ou moins grands que l’on dispose sur un espace – un phénomène qu’on ne peut pas représenter. Par un principe d’anamorphose on peut comprendre d’autres phénomènes que l’on n’est pas forcément habitué à voir. Cela permet de voir, par exemple, que le pouvoir d’Henri Ier est fondamentalement double, entre l’Angleterre et la France, il est séparé par la Manche : un espace de coupure assez net.

 carte en anamorphose

Pour conclure, Fanny Madeline souligne le fait que la conceptualisation de plus en plus forte de la cartographie s’accompagne d’un phénomène de démocratisation de cette pratique avec un certain nombre de plateformes de Web Mapping telles qu’Alpage, Geoportail, ou encore Obediences.netix qui permettent à tout à chacun de produire ses propres cartes selon des données que l’on peut insérer.

Les interventions faisant suite à cette conférence ont interrogé la nécessité de trouver des outils mobiles pour cartographier un phénomène ainsi que la nécessité d’inclure le mode de la narration historienne à ces modélisations dans un souci de recherche d’une écriture. Fanny Madeline a tenu à rappeler qu’une modélisation n’est pas la représentation du réel mais un simple outil pour comprendre et questionner un phénomène.

 

Avec Roman Roi, à l’écoute d’une porosité géographique entre réalité et fiction.

___________________________________________________________________________

Carte de la Caronie, Roman Roi, Renaud Camus

Yves Baudelle, professeur en littérature française à l’université de Lille 3 est intervenu afin de réfléchir à l’usage de la carte mais cette fois dans le registre de la fiction littéraire. Celui-ci a proposé une étude de Roman roi, un texte écrit en 1983 par Renaud Camusx. Le livre s’ouvre, avant même toute narration, sur une carte imaginaire de la Caronie, pays fictif où se déroule le roman.

Depuis trente ans, nous enseigne Y. Baudelle, l’activité littéraire de Renaud Camus se concentre essentiellement à la publication de son journal intime, à raison d’un gros volume par an.xi Mais dans l’histoire littéraire, il est l’auteur d’un grand roman des années 80, Roman Roi suivi de Roman Furieux en 1987. Le récit couvre la période allant de 1927 à 1948 et est consacré à Roman, nom du héro. Si on s’attarde sur la quatrième de couverture, à la recherche de ce que les littéraires appellent un « pacte de lecture » – un contrat passé avec le lecteur – afin de savoir s’il s’agit d’un pacte fictionnel ou d’un pacte factuel, on trouve, au deuxième paragraphe : « Roman Roi n’est pas seulement un document historique ». Il est donc, avant toute chose, un document historique qui se présente comme « l’historiographie d’un règne », le terme est dans le texte. Le narrateur se présente comme l’historiographe de la Caronie.

Quant à la carte susdite, ce qui intrigue le lecteur-chercheur, c’est qu’elle n’est pas, nous dit-il, la représentation d’un monde parallèle. La Caronie s’inscrit autour de pays, au sein même d’un territoire que nous connaissons : La Pologne, la Roumanie, la Hongrie… Dans cette perspective d’étude des rapports qui lient histoire, géographie et fiction, il a paru intéressant au chercheur de s’interroger sur le statut de cette carte, de se demander quelle était sa fonction, de chercher ce qu’elle nous dit des rapports entre histoire, géographie et fiction. Tout d’abord, il peut être opportun de rappeler que ce n’est pas la seule carte qu’on puisse trouver dans un roman, mais celle-ci possède une certaine spécificité. Si on considère le corpus de la cartographie romanesque, on peut distinguer deux types de cartes. Il y a les romans qui insèrent dans le texte la carte d’un pays réel. C’est le cas de L’Archipel en feu de Jules Vernes où on trouve une carte de la Grèce ou encore de La Quarantaine roman de Le Clézio dans lequel est insérée une carte de Flat Island, une île au large de l’île Maurice. Il y a un autre type de carte, celle d’un pays imaginaire, comme dans les romans de Tolkienxii. Ces cartes s’inscrivent dans un monde parallèle. Ici, il s’agit plutôt de ce qu’on pourrait appeler une carte intermédiaire. La Caronie n’existe pas mais elle s’appuie sur le réel, elle est insérée dans un monde référentiel, l’Europe telle que nous la connaissons. La première condition de cette carte est d’afficher l’hybridité ontologique du roman historique. Il n’est ni entièrement référentiel, ni entièrement fictionnel, mais quelque part au croisement de la fiction et de l’histoire. Cet affichage presque provocateur a une fonction critique par la distance ironique qu’il introduit. Cependant, indique Yves Baudelle, il faut bien voir que l’originalité de cet exemple n’est pas dans l’hybridité de la géographie romanesque.

La « prosopographie » du roman historique, ou l’ensemble des personnages. Dans le roman historique, il est fréquent que des personnages fictifs côtoient des personnages historiques dont l’existence est avérée. C’est le cas de Fabrice et Napoléon dans La chartreuse de Parme de Stendhal. Et du personnage de Richard Cœur de Lion qui rencontre Guillaume dans le roman de Walter Scott. Dans Roman Roi, la différence avec Walter Scott tient en ce que ce dernier invente le roman historique avec un dispositif qui est habile : il consiste à mettre à l’écart les grands hommes, qui restent en arrière plan. Le roman gagne en crédibilité à mettre les personnages imaginaires en premier plan par rapport aux grands hommes. Ici, c’est tout l’inverse qui se produit. Le personnage principal est un roi, le roi de Caronie, il est donc proche des grands hommes de l’Histoire tels qu’Aristide Briand et il rencontrera Hitler lors de l’occupation de la Caronie par la Weimar. On a donc dans ce roman une accumulation de « proposition mixtes », c’est-à-dire d’énoncés dans lesquels on a à la fois des éléments qui existent (la Weimar) et des unités imaginaires comme Roman et la Caronie. L’hybridité des personnages est constitutive des romans historiques, ce n’est pas ce qui est original ici. Ce qui est original, ce n’est pas non plus l’hybridité géographique. Un exemple célèbre sert à prouver cette hypothèse : Le Rouge et le Noir. L’histoire du roman se situe à Verrière, en Franche-Comté, il s’agit une fois encore d’une proposition mixte. Verrière est un « îlot fictionnel » qui s’inscrit dans une entité référentielle. Le cas de figure le plus ordinaire est celui où le théâtre de l’action se déroule dans une localité imaginaire qui est elle-même située dans un espace référentiel identifiable. L’hybridité de la géographie apparaît donc comme le principe général du roman. Le problème qui se poserait ici serait celui de la différence d’échelle entre Verrière et la Caronie. Cette dernière est un très grand territoire. Ce détail, un brin provocateur, pousse donc le lecteur à s’interroger sur les modes de relation qui existent entre histoire et fiction. En ce sens, le chercheur va distinguer trois modèles d’interprétation.

___________________________________________________________________________________________

Roman Roi, Renaud Camus

 ____________________________________________________________________________________________

  1. L’interprétation fictionnaliste (ou moderniste) :

 ____________________________________________________________________________________________

Elle peut s’entendre en ces termes : par définition, tout roman est une fiction, il n’y a donc pas de différence ontologique entre la Caronie et les univers parallèles proposés par Tolkien dans ses multiples romans. Tous deux s’inscrivent dans un même régime de fiction. L’auteur de la présente étude suggère qu’il s’agit d’une logique « du tout ou rien » et prend comme exemple, pour illustrer cette manière d’aborder la fiction, un article de 1990 sur Roman Roi écrit par Alain Buisine dans la revue Littérature.xiii Il est fait mention de « sur-fictionnement », « d’hyper-romanesque », d’une absence totale d’authenticité référentielle du roman. L’auteur de la présente étude semble reprocher à cette position épistémologique une volonté totalisante qui tendrait à ce qu’il appelle un « pan-fictionnalisme ». Pour revenir aux origines de cette tendance, Yves Baudelle rappelle ce qu’elle doit à l’axiome anti-référentiel hérité du structuralisme des années 60-70. Rien n’est réel dans le roman, on a affaire à un univers purement verbal : il ne peut même pas y avoir d’îlot référentiel. C’est une position, selon lui, passablement dogmatique, qui prône une étanchéité absolue entre le monde empirique et le monde imaginaire dans lequel évolue le roman. Or, l’ironie du roman veut que l’on retrouve en son sein l’un des théoriciens fondateurs de cette doctrine, Roland Barthes, ami de Renaud Camus, déguisé sous différents anagrammes tels que Landor Thesbar ou Orlando, lecteur de français en Caronie – sur ce point, à Y. Baudelle de rappeler que Barthes lui-même a été bibliothécaire de l’Institut français à Bucarest. Le roman égrène d’autres références onomastiques à quelques grands noms du structuralisme, tels que M. Kristeva, écuyer du roi, ou M. Butor, ministre de Caronie. Ce courant de pensée qui combat l’illusion romanesque au nom d’un empire des signes est mis en scène dans le roman lui-même. La Roussellie, province de la Caronie, fait explicitement allusion à Raymond Roussel, un des écrivains de référence des formalistes. Ceci permet à Buisine d’affirmer que sur le plan du roman, nous avons affaire à de purs signifiants. S’appuyant sur une classification des toponymes du roman, ce dernier en conclut qu’il s’agit d’une « carte du texte ». Pour l’école moderniste, s’il est vrai que les années 80, après le nouveau roman, ont marqué un retour au récit, un retour à la fiction, un retour au romanesque, pour autant, ce retour n’était pas « régressif » car il s’accompagnait d’un point de vue critique. Renaud Camus est ainsi présenté comme l’exemple même du romancier postmoderne. Il procède d’un usage ludique des toponymes, d’une ironie généralisée, d’une parodie du discours historiographique tel que peut en produire Jean Baptiste Duroselle par exemple. Le roman, dans ses allusions parfois cocasses à Tintin, notamment à la Syldaviexiv, déploie une fictionnalité au second degré qui semble donner raison à la thèse fictionnaliste.

 ____________________________________________________________________________________________

  1. La philosophie analytique Américaine ou « l’ontologie intolérante ».

 ____________________________________________________________________________________________

Les disciples de Russel refusent d’accorder tout statut ontologique à des objets non-existants. A partir du moment où, dans un énoncé, il y a des objets non-existants, l’énoncé est déclaré faux. La Caronie devient l’équivalent du cheval volant. Russel reproche aux romanciers de mêler à des objets qui existent des objets qui n’existent pas, et ce mélange leur paraît proprement intolérable et digne d’être combattu. L’auteur de la présente intervention, refusant de s’y étendre plus longuement, lui donne le nom « d’ontologie intolérante ».

 ____________________________________________________________________________________________

  1. Une interprétation « plus tolérante ».

 ____________________________________________________________________________________________

Pour sa part, Y. Baudelle suggère qu’affirmer que Roman Roi n’a aucune dimension historique, que la carte n’a aucune existence géographique, revient à affirmer que la Pologne représentée n’a rien à voir avec la Pologne réelle, tout autant que l’URSS ou Hitler, qui sont représentés dans le roman, n’ont aucun lien avec les entités auxquelles ils font référence. Cette dichotomie entre objet fictionnel et objet réel lui paraît donc spécieuse, cette pensée spéculative heurter le bon sens. Pour lui, la fonction de la carte est, à rebours des propos de Buisine évoqués plus haut, de proclamer la vanité de l’axiome anti-référentiel. Il interprète la mise en scène humoristique de Roland Barthes comme une « pique » adressée au formalisme et à Roland Barthes. S’appuyant sur l’essai les Géographies imaginaires de Pierre Jourdexv, dans lequel un chapitre est consacré à la carte de Caronie, Y. Baudelle révèle que l’interprétation que donne Pierre Jourde de cette carte est l’inverse de celle que propose Buisine. Il préfère attribuer à cette carte un effet d’illusion romanesque particulièrement pertinent et efficace. En effet, l’atlas est plausible. Il est proche de la réalité. La carte oblige le lecteur à remettre en jeu les perspectives les plus rigides concernant les rapports entre fiction et réalité. La première lecture proposée par Buisine est pertinente, mais elle ne doit pas interdire une lecture au premier degré et faire obstacle à une autre lecture qui soit soumise à l’emportement du romanesque. Y. Baudelle part d’une lecture à deux niveaux. Pour lire Roman Roi avec agrément, dit-il, il faut croire à l’existence au moins fictive de la Caronie. Selon lui, le lecteur est moins rigide que le prétend le formalisme. Sur le modèle des univers sécantsxvi, Y. Baudelle met en avant le rôle de l’intuition dans la perception de l’empirique. Puis, revenant sur la doctrine aristotélicienne, il rappelle que la fiction est du domaine du vraisemblable : « le propre de la littérature, du poète, c’est de raconter des choses qui pourraient arriver, alors que l’historien lui, raconte des choses qui sont arrivées. » La fiction vraisemblable. Il poursuit avec des théoriciens plus récents, tels que Marie-Laure Ryan qui, dans la revue Poetics de 1980xvii, voit dans la fiction un « principe d’écart minimal ». La lecture engendre une suspension de l’incrédulité, il s’agit du make believexviii : le lecteur fait semblant de croire à ce que la fiction lui raconte. Le lecteur ajuste ses représentations de façon à rendre ces deux univers – celui de la fiction et celui du monde empirique – au plus près l’un de l’autre. Il fait coïncider l’espace de la fiction et l’espace de référence. Ce qui permet à Pierre Jourde d’affirmer que l’existence de la Caronie est plausible. On peut lire Roman Roi en jouant à plein dans l’illusion référentielle. En oubliant presque que la Caronie n’existe pas. Quant au pacte, il ne dit nulle part qu’il s’agit d’un roman. On nous parle de document historique, et le dispositif de Roman Roi peut faire basculer son lecteur dans l’illusion référentielle. Un deuxième argument en faveur d’une porosité entre espace référentiel et espace de fiction : l’histoire de la Caronie est extrêmement proche de l’histoire de la Roumanie. On peut être dupé par la fiction romanesque car il n’y a pas d’incommunicabilité réelle entre la Caronie et la Roumanie. Les limites entre fiction et réalité sont pour le moins poreuses comme tend à le prouver cet épisode qui n’est pas si anecdotique qu’il en a l’air : une journaliste de France Culture, peu de temps après la sortie de son livre, a contacté l’auteur pour une émission sur la Roumanie. Autre anecdote plus frappante, en automne 1990, au moment de l’effondrement de l’union soviétique, Renaud Camus est allé faire un certain nombre de conférences en Roumanie et en Moldavie. Celles-ci furent à l’origine d’un scandale politique : les autorités lui ont reproché de vouloir réveiller les guerres balkaniques. Les députés roumains ne considéraient donc pas qu’il y avait incommunicabilité entre la Caronie et la Roumanie. Pour terminer son intervention de façon ludique, Yves Baudelle a proposé à l’ensemble des personnes présentes à la séance du séminaire de désigner, dans une liste de pays qu’il a énumérés, lesquels possèdent une existence indépendante. L’exercice est édifiant. Face à la diversité des noms de pays cités par le conférencier, il est pour le moins difficile de trancher entre les pays imaginaires et les pays qui ont une existence bien réelle. Les limites entre fiction et réalité, notamment concernant la géographie, conclut Yves Baudelle, sont donc beaucoup plus poreuses que ne le laisse penser la théorie littéraire.

Les interventions reviendront sur l’idée du roman conçu comme un roman à clés déployant tout un jeu sur les anagrammes. Ce dernier peut autant être perçu comme un manifeste anti-formaliste, une mise en défaut du formalisme, que l’exploration de ses frontières. Yves Baudelle soumet l’idée que « la fiction peut être une modélisation de l’Histoire qui permet parfois de rendre celle-ci plus lisible que l’érudition savante faite par des historiens. Entre la réalité référentielle et la fiction. Nicolas Coltice, avant de débuter son intervention, nous a fait partager une anecdote de géologue qui prolonge bien les débats précédents. Une équipe de chercheurs d’Australie qui explore les fonds marins est partie à la recherche d’une petite île décelée par Google Maps pour découvrir qu’il n’y avait en réalité pas d’île, il s’agissait d’une création google, d’une fiction dans le monde réel. Mélanie Traversier soulève quant à elle l’ambiguïté de ce roman, à la lumière du parcours idéologique qui a été celui de Renaud Camus. Peut-on en faire abstraction dans la recherche des clefs éventuelles structurant « Roman Roi » ? Il faut en tout cas rappeler ces éléments à l’attention des étudiants peu familiers de l’œuvre de R. Camus.

 

Propagande, Guillaume Robert et Nicolas Coltice.

Propagande

 

Nicolas Coltice est professeur des universités, il effectue ses recherches au Laboratoire de géologie de Lyon (Université Claude Bernard Lyon 1, CNRS, ENS de Lyon). Les modélisations physiques et numériques qu’il utilise se concentrent sur l’évolution à long terme de la Terre et des planètes, il travaille notamment sur les transferts de matière et de chaleur entre les enveloppes profondes (continents, manteau et noyau terrestre) et les réservoirs de surface (océan et atmosphère). Guillaume Robert, quant à lui, est artiste plasticien. Son travail s’est essentiellement élaboré à partir d’une pratique vidéographique qui s’ouvre depuis quelques années à l’installation, à l’objet, au son, à l’écriture ou la photographiexix. Le scénario tient une place importante dans ses formes d’expérimentations, il tient à mettre en place, nous dit-il, des formes scénarisées de processus de création qui se résolvent via l’invitation lancée à un garagiste, un géophysicien, des interprètes (danseurs, comédiens), un forgeron, un éclairagiste, un musicien, un frère, un apiculteur… L’attention qu’il porte au processus, au dispositif de création, est parti prenante de sa recherche artistique. Plusieurs critères sont à l’œuvre afin de valider ces processus, ces scénarios de travail. Tout d’abord, qu’ils puissent faire aventure ou voyage (un voyage au sens propre ou un voyage mental), que quelque chose de l’épopée, même modeste, puisse survenir. L’écriture de ces scénarios est en effet conduite par une certaine forme de quête de la complexité, une quête du sens de l’impossible : il s’agit de concevoir ou de reconnaitre comme endroit de travail « un carrefour », « un piège à matériaux », « un piège à concepts » – qu’ils soient plastiques, philosophiques, historiques, en tout cas qu’ils soient pluriels, qu’ils ouvrent des questionnements. C’est à partir de ces creusets, nous renseigne-t-il, qu’il s’emploie à agencer les éléments convoqués, à donner forme à des microcosmes, à des petits modèles du monde. Nicolas et lui se sont tous deux accordés autour de cette notion de modèle, de modélisation, afin de tenter d’en faire un terrain de jeu commun.

Venir ici, dans le cadre d’un séminaire universitaire, présenter le projet Propagande, était une façon pour eux de poursuivre, de continuer leur projet, tout en cherchant à se tenir – par la forme même de leur présence et de leur action – dans une logique performative, dans un processus d’écriture, l’écriture d’un scénario. Scénario des corps et de leur action / décor scientifique universitaire, enjeux d’une performance qui mêlerait fiction et réel, art et science. Leur objet d’étude. Au départ du processus de travail que nous retrace G. Robert, un évènement sur lequel ils voulurent se concentrer, un évènement très local qui leur semblait au premier abord répondre aux exigences qu’ils s’étaient fixées : l’histoire des « three gentlemen ».

Three Gentlemen

Trois chinois (un mécanicien, un professeur et un journaliste) venant de la province de Human, pendant les événements de Tien an men, maculent le portrait de Mao avec des œufs et de l’encre.xx A partir de cet événement précise-t-il, ils pensaient ainsi construire un modèle aux vertus prédictives, pouvoir déterminer les conditions d’émergence de cet acte politique et symbolique, quasiment pictural, de vandalisme. D’autant plus qu’ils étaient aidés par le fait que le même geste s’était reproduit en 2007.

Pourtant, nous avoue-t-il, quelque chose de frustrant s’est finalement dégagé de cette étude de cas peut-être trop circonstanciée, trop anecdotique. Elle empêchait selon eux une réelle adéquation entre le projet d’étude et les outils mis au service de cette étude. Ils ont alors décidé de s’emparer plus directement de ce à quoi sont destinés les outils et les méthodes mis en place par la géophysique, et de travailler à la création d’un modèle global de la propagation des émeutes sur Terre. De l’idée de modélisation entendue comme une métaphore, comme construction d’une forme, d’une image, d’une sculpture conceptuelle, en un mot d’un simulacre, Guillaume Robert souligne le grand avantage qu’a le champ de l’art : son autonomie. A priori, il n’a pas d’autres critères de validation que ceux qu’il se donne. C’est en tout cas grâce à cette autonomie de la forme artistique que nous pouvons, dit-il, chercher à présenter et à produire une théorie en simulant la pratique scientifique. C’est grâce à cette autonomie de la forme artistique qu’ils peuvent faire se rencontrer deux usages du discours, celui qui est censé dire le vrai et celui qui fabule, et ainsi mettre à l’épreuve la solidité de nos modes de représentation du monde. Nous nous posons ici d’une façon expérimentale, explique Guillaume Robert, dans la continuité des thèses développées par Paul Feyerabend dans son ouvrage Contre la méthode (esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance)xxi.

___________________________________________________________________________

Propagande Feyerabend

_______________________________________________________________________

Il est possible, soutiennent-ils, depuis le champ de l’art et avec les outils de la physique, de tenter l’expérience de concevoir un modèle de propagation des émeutes et ainsi jouer – ou se jouer – de l’anarchisme épistémologique à la Feyerabend – une épistémologie qui se met elle-même en crise, qui montre, sinon la vacuité de la méthode scientifique, en tous cas la vacuité de se réclamer d’une méthodologie claire et rationnelle. Ce dernier constate en effet que tout est bon pour construire de la science, et qu’elle ne peut se prévaloir d’appartenir à un ordre supérieur aux autres formes de récits du monde (religions, mythes).

La propagation des émeutes, poursuit Guillaume Robert, constitue donc un objet d’étude intéressant à double titre, d’abord parce que d’une certaine façon il fait directement écho à l’anarchisme épistémologique, ensuite parce qu’il y a une sorte de défi, d’impossibilité intrinsèque à l’objet même. A chercher à le modéliser, on se trouve quasiment face à une forme oxymorique. En partant de la définition que donne Wikipédia d’une émeute : « Une émeute est une manifestation spontanée, généralement violente, résultant d’une émotion collective. Au sens originel une émeute désignait une émotion, liée à un évènement considéré par une partie de la population comme interdit et révoltant » naît et dérive une première modélisation :

« L’émeute surgit, soudaine, spontanée. L’émotion populaire se cristallise, la structure sociale se liquéfie, le soulèvement fait irruption. Il y a jaillissement, une inaccoutumance, un éblouissement qui empêche de bien y voir. Au premier regard donc, l’émeute demeure rétive à toute modélisation : comment modéliser ce qui vient faire événement ? Comment modéliser ce qui se compose par surprise, s’inventant depuis soi-même ? Comment simuler l’auto-engendré ? »

Propagande, Asaba

Leur travail s’appuie sur l’hypothèse que le déclenchement d’une émeute – par exemple à Asaba le 31 décembre 2004, représenté ici schématiquement – est conséquence des émeutes qui la précèdent. En ce sens, en un endroit donné, une émeute n’est pas simplement le fruit de facteurs internes, locaux, mais une combinaison entre des facteurs internes et des facteurs externes – les ondes de pression des émeutes précédentes. L’image représente précisément le front d’ondes des émeutes précédent celle d’Asaba. Il s’agit donc, continue-t-il, de chercher à déterminer les propriétés intrinsèques des localités et leurs échanges avec l’extérieur, le lointain.

« Une insurrection n’est pas comme l’extension d’une peste ou d’un feu de forêt – un processus linéaire, qui s’étendrait de proche en proche, à partir d’une étincelle initiale. C’est plutôt quelque chose qui prend corps comme une musique, et dont les foyers, même dispersés dans le temps et dans l’espace, parviennent à imposer le rythme de leur vibration propre. »xxii Comité invisible

Au vue du recensement statistique – l’auteur de l’intervention nous renvoie au recensement produit par la « Bibliothèque des émeutes »xxiii –, on constate que l’activité émeutière est relativement constante. De l’ordre de 3 à 400 émeutes par an, soit grosso modo 15 à 30 émeutes par mois. Il s’agira donc, poursuit-il, de déterminer les conditions d’un équilibre dynamique auto-entretenu et statistiquement stationnaire. Avec un sérieux et une rigueur scientifique irréprochables, Nicolas Coltice nous a donc détaillé leur modèle de propagation des émeutes basé sur une théorie locale de son déclenchement répondant aux lois de la thermodynamique dont nous vous livrons, en non-spécialistes, les principaux axiomes.xxiv

__________________________________________________________________________________________________

Propagande

_______________________________________________________________________

Premier principe de la thermodynamique : U = W + Q.

____________________________________________________________________________________________

« L’émeute est un évènement qui intervient à une position (θ, φ) et à un temps t. L’hypothèse développée propose que le déclenchement d’une émeute n’est pas uniquement lié à des conditions spécifiques locales mais nécessite l’intervention de forces extérieures, elles-mêmes générées par les émeutes précédentes. »

Propagande

« L’action à distance d’une émeute sur l’ensemble des points du globe s’effectue par la libération de la propagation de conscience de classe lors de l’évènement. La conscience de classe correspond à un travail des forces de pression qui permet à une onde de se propager le long de la surface du globe, excitant par résonnance les vibrations propres de la planète. […] L’addition de ces vibrations accroît localement la pression. Cette pression peut alors par endroit devenir suffisamment intense pour bouleverser l’équilibre systémique local. L’augmentation de pression provoque en effet un changement d’état de l’Emotion et de la Structure : l’Emotion cristallise et la Structure fond. Ce phénomène réversible est appelé émeute. Il correspond à une inversion des rôles de l’Emotion et de la Structure. […] La connaissance correspond à l’énergie interne du système. Elle ne fait que croître au cours du temps sous deux formes distinctes : la conscience de classe d’une part (ici un travail de force W), les conditions matérielles d’existence d’autre part (ici une chaleur Q). La conscience de classe s’accumule dans la Structure. La Structure est ainsi mise sous pression, elle se charge en énergie, se densifie. Les conditions matérielles d’existence agissent, elles, sur l’Emotion : la température y augmente et concourt à maintenir l’Emotion dans son état liquide. »

____________________________________________________________________________________________

Scénario du processus Emeute décrit par le modèle de la thermodynamique local :

____________________________________________________________________________________________

« Sous l’effet d’un apport de conscience de classe, l’Emotion se cristallise et libère suffisamment de chaleur latente pour faire fondre la Structure. Le changement d’état implique une inversion des densités qui conduit la Structure à percoler à travers la matrice cristalline de l’Emotion. C’est un cycle de compression-détente adiabatique. La conscience de classe se propage à la surface du globe sous forme d’ondes de pressions. Les émeutes passées (ci-dessus étoiles rouges) demeurent actives plusieurs mois à la surface du globe. Ces ondes constituent un vecteur essentiel afin qu’apparaissent de nouvelles émeutes (étoile blanche). »

____________________________________________________________________________________________

Le modèle numérique Propagande :

____________________________________________________________________________________________

« Le modèle numérique simule la propagation d’émeutes à la surface du globe. L’évolution temporelle des systèmes thermodynamiques locaux est calculée sur une grille de résolution minimale de 1° x 1°. En chaque point du modèle, la pression de la Structure et de l’Emotion évolue en fonction de la progression naturelle de la conscience de classe et de sa libération lors de l’émeute. Chaque localité est sujette d’autre part à une pression extérieure imposée par l’ensemble Emeute. Les ondes de pression se propagent encore en surface après que sont révolus les moments de leur libération. »

Propagande

Résultats :

____________________________________________________________________________________________

« Il existe quatre paramètres qui régissent les résultats de nos simulations :

  • l’incrément annuel de conscience de classe (ΔQ)

  • l’incrément annuel de conditions matérielles d’existence (ΔQ)

  • le temps de relaxation d’une émeute (τ)

  • la durée, exprimée en années, des périodes de récession (N) »

« Nous sommes alors parvenus à constituer une typologie du comportement dynamique de notre modèle, conclut Nicolas Coltice. Nous avons distingué trois régimes dynamiques de fonctionnement : le régime de contention par aliénation, le régime d’oscillations immanentes, et le régime de révolutions. »

 ____________________________________________________________________________________________

Le régime de contention par aliénation :

____________________________________________________________________________________________

« Cette contention permanente est le fruit de la saturation du système par l’intensification rapide et globale des conditions matérielles d’existence. En effet, la transition solide-liquide de l’Emotion ayant une pente Clapeyron faible, la bascule vers l’émeute en ces circonstances demanderait une pression extérieure de plus en plus importante au cours du temps. Or ici, cette pression est faible et s’accumule trop lentement dans la Structure. Le niveau global de conscience de classe dans ce régime n’est pas suffisant pour que la cristallisation de l’Emotion soit entretenue. Ce régime est appelé régime de contention par aliénation : l’accroissement des conditions matérielles d’existence y anéantit en une dizaine d’années toute possibilité qu’une émeute se déclenche. »

Propagande

____________________________________________________________________________________________

Le régime d’oscillation permanente :

____________________________________________________________________________________________

« Nous remarquons que l’évolution du nombre d’émeutes oscille alors constamment de manière quasi périodique entre des valeurs faibles (toujours supérieures à 10) et des valeurs très importantes de l’ordre de 2000. La durée et l’intensité du cycle dépendent ici essentiellement du temps de relaxation de l’émeute τ. Plus sa valeur sera grande (dans une limite permettant des oscillations), plus les cycles seront longs. Dans nos simulations, la durée maximale atteinte d’un cycle est de 6 ans. Ce régime est appelé régime d’oscillations immanentes, car le déclenchement d’émeutes y est auto-entretenu et quasi-périodique. »

____________________________________________________________________________________________

Le régime de révolution :

____________________________________________________________________________________________

« Le déclenchement d’émeutes est alors globalisé pendant quelques années. On voit des localités n’ayant subi aucune récession concernées par le phénomène. Le système retombe ensuite dans un état de contention inerte un long temps (>5τ) avant que de façon massive et brutale des événements surviennent à nouveau. L’épisode d’absence d’émeute dure dans nos simulations jusqu’à plus de 20 ans. Ce régime est appelé régime de révolutions : les émeutes initiales conduisent à un cycle révolutionnaire. Sous ce régime de fonctionnement, des périodes d’apparitions globales et fulgurantes d’émeutes sont suivies de longs états de contention : une apparente léthargie qui permet au système de se recharger. »

____________________________________________________________________________________________

Origine des régimes de propagation des émeutes :

____________________________________________________________________________________________

« De manière générale, le progrès des conditions matérielles d’existence limite le déclenchement des émeutes. Avec le temps, les conditions matérielles d’existence s’améliorent et il devient de plus en plus difficile de cristalliser l’Emotion. On peut parler d’aliénation du système (l’aliénation y étant la conséquence directe du maintien d’un niveau de croissance trop important). En une pareille conjoncture, seule une période de grande récession combinée à une pression forte exercée depuis l’extérieur permettrait le déclenchement des émeutes. Notre modèle montre d’autre part que si l’impact du déclenchement d’une émeute est durable (temps long de relaxation), alors le système favorisé est celui de la révolution. Après une période courte et intense d’activité, les conditions ne sont plus réunies pour que de nouvelles émeutes apparaissent. Du moins, pas avant une ou plusieurs décennies, durée nécessaire au système afin qu’il puisse se recharger et redémarrer une période insurrectionnelle. »

_____________________________________________________________________________________________

Propagande

____________________________________________________________________________________________

Conclusions :

____________________________________________________________________________________________

« Nous avons développé un modèle physique et numérique de la propagation des émeutes. Notre modèle propose que l’Emotion liquide cristallise lors d’une émeute provoquant la fusion de la Structure. A l’occasion de cette inversion du système, la conscience de classe accumulée au cours du temps dans la Structure est libérée et se propage à la surface du globe. Cette propagation de la conscience de classe concourt à des poussées locales de pression. Ces augmentations provoquent le déclenchement d’émeutes, notamment dans des localités où les conditions matérielles d’existence ont régressé. Le modèle dépend essentiellement de la manière dont la connaissance progresse : si la conscience de classe s’accroît suffisamment vite par rapport aux conditions matérielles d’existence alors un régime de propagation auto-entretenue peut exister : le régime d’oscillations immanentes. Ce régime est caractérisé par des cycles de plusieurs années (jusqu’à 6 ans dans nos simulations). La périodicité est initiée par un déclenchement massif d’émeutes. Le cycle s’achève par une année de relatif calme (entre 10 et 100 émeutes par an). Si le temps caractéristique de relaxation d’une émeute devient supérieur à 2 ans, le cycle se conclut alors sur une période dépourvue d’émeutes. Cette période peut durer plus de 20 ans dans nos simulations, avant qu’un nouveau déclenchement massif d’événements initie un cycle court d’activité puis un retour à la contention. Ces caractéristiques définissent un régime de révolutions. Lorsque les progrès de la connaissance sont essentiellement investis au profit de l’augmentation des conditions matérielles d’existence, le déclenchement d’émeutes s’arrête définitivement. C’est un régime de contention par aliénation, entretenu par une croissance élevée. »

____________________________________________________________________________________________

« Une augmentation équilibrée des conditions matérielles d’existence et de la conscience de classe, combinée à un temps de relaxation inférieur à 2 ans favorise une dynamique auto-entretenue et statistiquement stationnaire des émeutes sur Terre. »

____________________________________________________________________________________________

Propagande

_____________________________________________________________________________________________

Guillaume Robert a poursuivi l’intervention sur le dispositif d’exposition, qui fonctionne de deux façons, suivant deux temps. Dans un premier temps, nous dit-il, l’espace d’exposition fonctionne comme une salle d’attente, ou une salle d’étude, de lecture, avec une ambiance assez monacale. Le visiteur est invité à se faire lecteur en s’asseyant sur les petits meubles, il est parti intégrante de l’installation, l’exposition propose la répétition du motif de la scénette. (cf. photographies) Le dispositif renvoie à une imagerie romantique, cette idée du lecteur, ou de l’intellectuel activant la chose mentale, dans la solitude, la retraite. Dans un second temps, l’exposition est également l’invitation faite aux visiteurs de se saisir du journal Propagande, de l’emmener avec soi, et d’une certaine façon de la diffuser, de la propager physiquement.

__________________________________________________________________________________________________

Propagande

_________________________________________________________________________________________________

Pour revenir maintenant à ce qui a été produit, à cet acte précis de modélisation, le plasticien nous explique qu’il s’agissait d’une certaine façon d’inventer un jeu, qu’ils ont performé. Il y a quelque chose du théâtre là-dedans, nous confie-t-il, donner corps à une fable, à un récit, un récit où s’entremêlent le passé et le présent, les concepts philosophiques, scientifiques ou politiques. Une tentative de faire émerger un objet précis, mais construit depuis une branche sciée, le simulacre d’un simulacre, un simulacre redoublé, au travers duquel l’ironie est travaillée dans une forme de satire qui prend corps lors d’un processus performatif. Le modèle permet d’échapper au monde des événements (comme nous l’avons vu, ajoute G. Robert, il ne se bâtit pas depuis une analyse statistique, les statistiques, les données brutes ne viennent qu’a postériori, et nous permettent de vérifier, de discuter, de critiquer, de prolonger ce qui a été bâti.) Cette façon d’échapper au monde des événements porte en soi quelque chose de l’oxymore, puisque le modèle intègre une tentative de rationalisation de la propagation de ce qui vient justement faire événement, de ce qui peut se comprendre comme le comble de l’événement, la spontanéité de l’émeute. Il s’agit donc d’échapper par deux fois à l’universel reportage, une première fois par la mise en jeu de la méthodologie scientifique, une seconde fois par la mise à distance, l’écart ouvert par le champ artistique.

Propagande

Au terme du procès de cette performance, le séminaire dans son entier, les interventions précédentes, nous paraissent chargées d’une énergie nouvelle, enveloppées d’une nouvelle peau. Entre émotion et épaisseur, elles semblent pourvues d’un nouveau grain. La surface des évènements a changé. On a l’étrange impression qu’ils s’inscrivent différemment, dans un rapport à la fiction qui, par cette surprenante mise en abîme, se trouve renouvelé, réactivé. Comme s’il s’agissait pourrait-on dire ici, dans le cadre d’études universitaires dites sérieuses, de trouver une pharmaciexxv à nos « délires » respectifs, plus ou moins assumés – assumés avec plus ou moins de sérieux –, afin qu’ils puissent s’exprimer, venir s’inscrire dans une écriture rationnelle, dans une langue, déployant par son jeu même une fiction de la rationalité qui pousse chacun des intervenants à se poser cette question, qui nous paraît essentielle : la rationalité, au même titre que la scientificité, ne relève-t-elle pas, toujours, d’un régime de fiction ? D’un délire rationnel, rationnellement écrit et mis en fiction ?

De la même manière qu’on fictionne l’Histoire – c’est l’un des enjeux du séminaire – il est peut-être probable, voire probant, que l’on fictionne tout autant (sur) le savoir qui a trait à l’écriture et la fabrique de cette dernière. Cette manière que nous avons, que ce soit dans nos études, nos lectures, ou nos recherches, de créer un objet d’étude, de le modéliser sous différentes formes, ne doit-elle pas conduire le chercheur – scientifique s’il en est – à s’interroger sur le régime de la fiction, et ce dans son propre travail, dans sa propre démarche ? Tout savoir objectif ne se fonde-t-il pas sur une fiction qui concourt à la création d’un objet d’étude ? Tout chercheur ne crée-t-il pas en partie et au préalable l’objet vers lequel vont tendre, par un étrange effet de retour, d’attente et d’oubli, ses recherches ? Amour orphique de la connaissance ?

Nous avons en tête un écho, comme en sourdine, des paroles de Foucault qui en 1977, lors d’un entretien accordé L. Finas au sujet de la Volonté de savoir et intitulé Les rapports de pouvoir passent à l’intérieur des corps partageait cet aveu : « Quant au problème de la fiction, il est pour moi un problème très important ; je me rends bien compte que je n’ai jamais rien écrit que des fictions. Je ne veux pas dire pour autant que cela soit hors vérité. Il me semble qu’il y a possibilité de faire travailler la fiction dans la vérité, d’induire des effets de vérité avec un discours de fiction, et de faire en sorte que le discours de vérité suscite, fabrique quelque chose qui n’existe pas encore, donc « fictionne ». On « fictionne » de l’histoire à partir d’une réalité politique qui la rend vraie, on « fictionne » une politique qui n’existe pas encore à partir d’une vérité historique. »xxvi

A la fois fiction vraisemblable, fiction du vrai, fiction du vraisemblable. On se rappelle peut-être de l’intervention sérieuse et naïve à la fois de Dominique Dupart qui, s’adressant aux deux performers, leur demande au sujet de la validation scientifique (instance pour le moins litigieuse) : « C’est pas un pur délire, on est d’accord ? » et un peu plus après dans le débat, au sujet, cette fois, de « la bibliothèque des émeutes » d’où sont tirées une grande partie des données nécessaires à l’expérience : « Oui bon, c’est un peu un délire ça, on est d’accord ? » A Guillaume Robert d’acquiescer, animé d’un large sourire.

« Le sourire flotte en l’absence du chat ». Tout semble pouvoir osciller, au fil de la discussion, à la manière d’un pendule schizophrénique, dans une espèce de conscience fragmentée et fragmentaire. On se souvient de bribes, de réactions, comme celle de Jean-Max Collard, « et si la police tombait sur ces informations ? » L’idée de réversibilité des sources sur laquelle nous sommes revenus dans le débat viendra accuser une certaine ambivalence inhérente au pharmakon que nous évoquions plus haut – et qui s’est d’ailleurs révélée dans cette remarque de Dominique Dupart : Dans quelle mesure simuler une pratique scientifique en en annonçant clairement les codes comme vous le faites, ajoute à la propagation ou à la propagande des émeutes ? Dans quelle mesure vous participez à ce mouvement ?

Remède et poison à la fois, écriture comme « dangereux supplément »xxvii ? En tous les cas, il semblerait qu’on a envie d’y croire, qu’on fait semblant d’y croirexxviii, la performance aurait trouvé une certaine efficace. Malgré l’effroi que pourrait susciter cette vraie fausse analyse se jouant avec ironie du cynisme du pouvoir et de la pseudo-scientificité des structures étatiques dans le but de s’en dégager, on continue néanmoins de se demander : et si ces études étaient vraies ? Si elles étaient sanctionnées, accréditées et validées par un comité de scientifiques ? Mais, d’une certaine manière, ne le sont-elles pas déjà ? N’est-ce pas là, justement, un des enjeux que soulève leur présence ? Cette forme d’étude ne paraît-elle pas aussi plausible et vraisemblable que les interventions qui lui ont précédé ?

Le choix des émeutes n’est pas innocent. En effet, il nous a paru mettre en jeu les relations qui se jouent entre savoir et pouvoir, les rapports qu’ils entretiennent tous deux à certaines formes de violence. Il permet entre autre d’interroger la légitimité de cette violence. Quant à la légitimité de la présence des deux émeutiers – en d’autres termes de leur possible imposture intellectuelle –, elle a explicitement été soulevée par Yves Baudelle. En ce point, la conclusion vers laquelle nous ont conduit les diverses interventions s’orienterait plutôt vers une idée motrice qui ferait de cette performance une action – une mise en action d’une écriture tout autant que la mise en écriture d’une action – qui trouverait bel et bien sa place, peut-être utopique, dans cet « îlot référentiel » que présente le cadre des études universitaires, scientifiques et rationnelles.

________________________________________________________________________________________________________

Rhizom

_____________________________________________________________________________________________

Nous évoquions plus tôt avec Fanny Madeline l’idée de « rhizome » au sujet du modèle cybernétique. On pourrait dire que nous sommes ici en plein – ou en creux, au creux d’une histoire, de la narration – de ce que Deleuze et Guattari nomment dans leur Anti-Oedipexxix des machines désirantes, machines désirantes et délirantes, délirantes parce que désirantes. En tous les cas, comme nous le suggèrent Nicolas Coltice et Guillaume Robert par leur très sérieuse mise en scène aux effets parfois presque incantatoires, cette hypothèse demeure, tout autant que leur intervention, plausible et vraisemblable. Une schizophrénie, un oxymore ont-ils préféré employer, qui nous apparaît maintenant comme une sorte de concept opératoire et opérant. Oxymore qui fonctionne et fictionne en même temps, en tant que « figure de style ». Qui met en fiction les codes du langage – la figure de style elle-même –, sonde les limites du langage, les seuils de l’écriture (et) du langage scientifique. Leur débordement se propage et vient contaminer, poétiquement, les interventions scientifiques qui ont précédé et suivi leur performance. Quelque chose fait acte.

Par un double mouvement de désenchantement et de ré-enchantement du monde scientifique, cette performance est parvenue à créer, littéralement, quelque chose qui dépasse le simple trouble. « Une vibration », une « émotion » ouvrant une nouvelle interface, un nouveau dispositif de lecture : une mini-émeute dans un projet de Propagandexxx ? Une inscription de l’évènement qui ne prend sens – dans l’idée de mouvements, d’orientations multiples – que par rapport aux évènements antérieurs qu’il réinscrit dans un contexte qui a changé, sans pourtant véritablement changer de forme.

En effet, qu’il s’agisse de trouver un remède aux représentations erronées de l’histoire liées à une fausseté du regard en partie causée par une pratique de la cartographie ne rendant pas compte des phénomènes du M-A ; ou encore, de remédier à la « psychorigidité » des interprétations formalistes contre lesquelles il convient d’offrir d’autres hypothèses de lecture ; ou pour finir – et c’est là que ça semble dérailler – un remède, ou tout du moins un modèle, rationnel et scientifique à la propagation des émeutes, peut-être ne s’agit-il au fond, toujours, sous et sur le régime de la fiction, que de créer de nouvelles écritures permettant de rendre compte de phénomènes en perpétuels réécritures et remodelages.

Des écritures qui se croisent et s’entrecroisent, qui font saillir, jaillir, incessamment, de nouvelles perspectives, de nouvelles lectures d’évènements toujours en cours d’inscription et d’irruption, prises dans un grand processus d’auto-engendrement. Cette mimésis – bluffante, il est à propos de le rappeler – de la pratique des sciences humaines nous a semblé pouvoir ouvrir à un questionnement salutaire, à une refonte possible et envisageable des cadres épistémologiques conventionnels.

_______________________________________________________________________________________________________

Transcriptions et compte-rendu réalisés par Mehdi Souida et Romain Bohet.

_______________________________________________________________________________________________________

_________________________________________________________________________

i « Le CVUH est né en réaction au vote de la loi du 23 février 2005 dont l’article 4 insistait sur les « effets positifs de la colonisation » et en prescrivait l’enseignement. Réunissant enseignants du supérieur, du secondaire, et des citoyens, les membres de l’association souhaitent exercer leur vigilance et porter un regard critique sur les usages et mésusages publics de l’histoire. » : http://cvuh.blogspot.fr/

ii Fanny Madeline, « La politique de construction des Plantagenêt et la formation d’un territoire politique (1154-1216) », Paris-I, J.-Ph. Genêt (dir.)

iii « L’idée d’un « tournant spatial » comme phénomène interdisciplinaire dans les sciences sociales a été énoncée pour la première fois en 1989 par le géographe californien Edward Soja dans son essai Postmodern Geographies pour signifier, assez modestement, une plus grande attention portée à l’espace dans les sciences sociales depuis la fin des années 1960 sous l’impulsion notamment des travaux du philosophe français Henri Lefebvre. » – voir : http://geographielitteraire.hypotheses.org/474#sthash.cwuLJaKK.dpuf

iv Alain Guerreau est historien médiéviste, directeur de recherche au CNRS il a publié dernièrement L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Age au XXIe siècle ?, Paris, Le Seuil, 2001.

v Jacques Lévy, Le Tournant géographique, Belin, 1999 ; Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, codirigé avec Michel Lussault, Belin, 2003 ; Michel Lussault, Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographie à Cerisy (dirigé avec Jacques Levy), Belin, 2000, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (co-dirigé avec Jacques Levy), Belin, 2003. Denis Retaillé, L’espace mobile, in Antheaume B, Giraut F (éds) Le territoire est mort. Vive les territoires! Une (re)fabrication au nom du développement. Paris, 2005.

vi Jacques Boussard, « Seigneurie et féodalité. » in : Journal des savants, 1968, n°2 pp.125-132 ; Jean Tricard, « La Touraine d’un tourangeau au XIIè siècle« , Le Métier d’historien au Moyen Age. Etudes sur l’historiographie médiévale sous la direction de Bernard Guenée, Publications de la Sorbonne, 1977

vii « La chorématique est une méthode de modélisation géographique qui développe, utilise et analyse les chorèmes, c’est-à-dire des représentations schématiques destinées à créer des modèles graphiques représentant un espace ou un type d’espace et les phénomènes spatiaux qui le concernent. » (source Wikipedia) ; Roger Brunet, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », in L’Espace géographique, n° 4, 1980

viii John Gillingham, The Angevin Empire, editions Arnold, 2000

ix ALPAGE est un programme de recherche, initié en 2006, grâce au soutien de l’Agence nationale de la recherche. Fondé sur l’association de 4 laboratoires, et la collaboration de nombreux autres partenaires, il est coordonné par Hélène Noizet, membre du LAMOP. Il fédère une vingtaine de chercheurs universitaires ou CNRS, en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de l’information et de la communication. Ainsi, ces historiens, géomaticiens et informaticiens construisent-ils ensemble un système d’information géographique (SIG) sur l’espace parisien pré-industriel. Voir sur : http://alpage.tge-adonis.fr/index.php/fr/ ; Le Géoportail est un portail Web public permettant l’accès à des services de recherche et de visualisation de données géographiques ou géolocalisées. Il a notamment pour but de publier les données géographiques de référence de l’ensemble du territoire français. Voir sur : http://www.geoportail.gouv.fr/accueil ; obediences.net est un espace de documentation consacré aux Acteurs, Espaces et Polémiques du Grand Schisme d’Occident (1370-1430) en Gascogne et en Europe.

x Renaud Camus, Roman roi, P.O.L. 1983

xi Septembre absolu. Journal 2011, Fayard 2012, est le dernier en date.

xii J. M. G. Le Clézio, La Quarantaine, roman, Gallimard, Paris, 1995 ;

xiii Alain Buisine, « D’un romanesque à contretemps: (Jean) Renaud Camus », in Littérature, n° 77, 1990, pp. 41-65

xiv La Syldavie apparaît dans quatre albums des aventures de Tintin et Milou : Le Sceptre d’Ottokar (1939) ; Objectif Lune (1953), On a marché sur la Lune (1954), L’Affaire Tournesol (1956 – suggéré en fin d’album)

xv Pierre Jourde, Géographies imaginaires, José Corti, 1991.

xvi Cette théorie des mondes parallèles est apparue en 1950, s’appuyant sur la mécanique quantique et la théorie des cordes, elle tend à prouver qu’il existerait un nombre infini d’univers alternatifs.

xvii Marie-Laure Ryan, « Fiction, non-factuals, and the principle of minimal departure », in Poetics, vol. 9, 1980, p. 403-422.

xviii Nous renvoyons ici à Jean-Baptiste Mathieu, La représentation comme fiction. Une relecture de: Kendall WALTON, Mimesis as make-believe. On the foundations of the representational arts, Harvard University Press, 1990 à lire ici : http://www.fabula.org/revue/cr/197.php

xix « Guillaume Robert est plasticien, vidéaste et metteur en scène. Il vit et travaille à Lyon. Aux frontières de la cinématographie, du théâtre et des arts graphiques, les dispositifs narratifs, plastiques et dramaturgiques qu’il met en oeuvre inventent des écritures composites et processuelles traversées par des matériaux littéraires, historiques et/ou géopolitiques. En 2010 il a exposé au Centre d’art contemporain Passerelle et au Centre de la Photographie d’ïle-de-France. À venir : projection à Pointligneplan (FEMIS, Paris), exposition à la Galerie Françoise Besson (Lyon), à la Maison des arts Georges Pompidou (Cajarc)… » pour plus d’informations voir :

www.netable.org/?browse=Guillaume%20Robert

xx Pour mémoire, les three gentlemen ont été dénoncé et livré à la police par les étudiants, ont passé des années en prison (Des trois «gentlemen», Lu Decheng a été le premier à retrouver la liberté, en 1998, et a pu s’enfuir six ans plus tard au Canada. Yu Zhijian, libéré en 2000, s’est vu reconnaître le statut de réfugié politique aux Etats-Unis. D’après sa famille, Yu Dongyue, qui vient d’obtenir lui aussi l’asile politique aux Etats-Unis. Cet ancien critique d’art, est devenu «idiot» en 1991.)

xxi Paul Feyerabend, Contre la méthode, Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance (1975), Paris, Éd. Seuil (1979), coll. « Points sciences », 1988,

xxii Comité Invisible, L’insurrection qui vient, Paris, Ed. La Fabrique, 2007. Pour les curieux, vous pouvez trouver toutes les productions du Parti Imaginaire (Tiqqun) et du Comité Invisible en libre téléchargement à l’adresse qui est ici : http://bloom0101.org/

xxiii Voir sur le site : http://www.teleologie.org/

xxiv Tout ce qui suit a été extrait de façon subjective du journal Propagande en fonction de ce qui a été dit au cours de la séance.

xxv Nous renvoyons ici à Jacques Derrida, La Pharmacie de Platon, in La Dissémination, Seuil, Paris, 1972 ainsi que ouvrages de Jacques Rancière, La Chair des mots. Politique de l’écriture, Galilée, 1998 et Politique de la littérature, Galilée, 2007.

xxvi Michel Foucault, « Les rapports de pouvoir passent à l’intérieur des corps » (entretien avec L. Finas), La quinzaine littéraire, n° 247, 1er-15 janvier, pp. 4-6 in Michel Foucault, Dits et écrits II. 1976-1988, p. 236, Quarto Gallimard, Paris

xxvii Jacques Derrida, De la grammatologie, 1967, Les Éditions de Minuit.

xxviii Voir supra l’intervention d’Yves Baudelle, la suspension de l’incrédulité et le make believe.

xxix Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe – Capitalisme et schizophrénie, Les éditions de Minuit (coll. « Critique »), Paris, 1972

xxx « Propaganda » : qui se propage, voir sur le site : http://www.maison-salvan.fr/reserve-grobert.php