Colloque international : 14, 15 et 16 novembre 2013 – Les mystères urbains au XIXe siècle. Circulations, transferts, appropriations

Programme du colloque international sur Les

mystères urbains au XIXe siècle :

circulations, transferts, appropriations

 

Organisé par le RIRRA 21 (Université de Montpellier 3) et le Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1, Paris 4)

 

 

 

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.

 

Contacts : Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty (www.rirra21.upv.univ-montp3.fr)

 

 

Vendredi 8 novembre 2013

Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier, 19h00 

« Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale. »

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

 

 

Mardi 12 novembre 2013

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 19h45     

Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

 

 

Jeudi 14 novembre 2013

Salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier

 

 9h00 : Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

 

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

 

9h30 : Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 : Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

 

Pause

11h30 : Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 : Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

 

 

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 : Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 : Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 : Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

 

Pause

 

16h30 : Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h00 : François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h30 : Dîner du colloque

 

 

Vendredi 15 novembre 2013

Salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier

 

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 : Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 : Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

 

Pause

 

11h00 : Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 : Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

 

 

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14h00 : John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mysteres des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 : Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

 

Pause

 

15h30 : Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 : Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h24 : Départ par le TGV pour Paris

 

 

Samedi 16 novembre 2013

Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris

 

9h00 : Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

 

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 : Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 : Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900) »

 

Pause

 

11h00 : Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 : Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 : Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

 

 

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 : Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 : Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 : Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 : Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Journée d’étude « Le Clézio, de la nouvelle au cinéma, l’interculturel dans l’œuvre de Le Clézio » (1er octobre, Le Méliès)

Le Clézio, de la nouvelle au

cinéma, l’interculturel dans

l’œuvre de Le Clézio

Journée d’étude

1er octobre 2013 – 15h

Cinéma Le Méliès (Villeneuve d’Ascq)

 

 

 

La Société Roman 20-50, en partenariat avec l’Université Lille 3, le Cinéma Le Méliès et la Mairie de Villeneuve d’Ascq, présente sa première Journée d’études consacrée à JMG Le Clézio. Cette initiative a pour but d’accompagner la sortie du numéro 55 de juin 2013 de la revue Roman 20-50, dirigée par Catherine Douzou et publiée aux Presses Universitaires du Septentrion.

Couronné par le prix Nobel de littérature en 2008, JMG Le Clézio est un auteur contemporain de renommée internationale. Il reste malgré tout relativement peu connu en France. La journée qui lui sera consacrée le 1er octobre 2013 sera l’occasion de rencontrer l’œuvre de l’écrivain et de discuter, grâce aux invités et au public de la Métropole lilloise, des questions soulevées dans la revue.

L’enjeu de la journée est de croiser les regards sur l’œuvre et son auteur (amateurs, scolaires, enseignants, universitaires, cinéphiles, dramaturges et économistes). Celle-ci s’organisera autour de trois pôles : les caractéristiques des nouvelles de Le Clézio ; le rapport entre le texte et le cinéma et l’engagement de l’écrivain.

 

Programme

 

15h : Accueil et ouverture officielle par Catherine Douzou, directrice de la publication Roman 20-50

 

15h15 : Une nouvelle de JMG Le Clézio à l’écran : La Prom’ de Raymond Depardon

  • Introduction de la nouvelle inédite La Prom par Isabelle Roussel-Gillet , universitaire et coordinatrice du numéro 55 de Roman 20-50 : Le Clézio nouvelliste, des fièvres aux fantaisies
  • Diffusion du court-métrage La Prom’ de Raymond Depardon (13’)
  • Échanges avec la salle

 

16h00 : JMG Le Clézio un nouvelliste à part ? Et l’art de la nouvelle

  • Présentation du dernier recueil publié par l’écrivain Histoire du pied et autres fantaisies et  Claire Colin et Bruno Tritsmans, universitaires, auteurs dans le numéro de Roman 20-50
  • « C’est ainsi que nous écoutons le monde. » Lecture d’un montage d’extraits d’ Histoire du pied et autres fantaisies par Lauriane Durix, Ninon Perez et , étudiants à l’UFR Arts de la scène de Lille 3. Lecture dirigée par Maxence Cambron, metteur en scène (30’)
  • Échanges avec la salle

 

17h 30 : Pause

 

18h : Mieux connaître JMG Le Clézio…

  • Projection  du reportage de Michèle Gazier et Jacques Malaterre sur JMG Le Clézio (40’)
  • Échanges avec la salle

 

19h  apéro-dînatoire offert par la municipalité

 

20h: JMG Le Clézio : un regard engagé sur le monde ?

  • Projection de Mondo, de Tony Gatlif
  • Discussion – débat sur le film et l’interculturel par Isabelle Roussel-Gillet, en dialogue avec le public

 

Avec la participation des élèves de Seconde du Lycée Queneau.

 

Informations :

Carine Capone – c.capone@free.fr/ 0644822228

Geneviève Roland – roland_genevieve@yahoo.fr/ 0670280803

Pour l’association  Roman 20-50, Lille 3.

 

Source : Eulalie

 

 

 

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Compte rendu – séance du 9 avril 2013 : Représentation visuelle de l’histoire III – Cinéma et histoire

 

Compte-rendu

de la Séance du 9 avril 2013

 

Représentation visuelle de l’histoire III – Cinéma et histoire

Par Valentin Vouriot et Romain Bohet

 

 

 Tahrir, place de la libération, film de Stefano Savona

 

 

Dork Zabunyan – Images de la révolution et stéréotypes du révolutionnaire

 

Dork Zabunyan est maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille 3. Il est l’auteur de Foucault va au cinéma (avec Patrice Maniglier, Bayard, 2011), et a consacré plusieurs articles aux images des soulèvements arabes dont : « Soulèvement des peuples et images impersonnelles » (Cahiers du cinéma, n°667, mai 2011) et « Mal de fiction et passages de l’histoire (Trafic, n°82, été 2012).

 

 

Extrait de World Revolution 2011 – The Arabian Spring

 

Penser les révolutions arabes. Les réfléchir et les représenter. Les analyser. Les décoder. Parvenir tout d’abord à poser un, des termes sur l’évènement lui-même. Soulèvement, révolte, révolution arabe ? Lui préférer le mot de soulèvement. Penser les représentations des soulèvements arabes à partir du flux d’images issues d’internet, les soumettre à une analyse qui ferait coïncider le propos de la présente séance avec des réflexions issues d’un ouvrage publié sur Foucault : Foucault va au cinéma, sorti pratiquement au moment des soulèvements. Il s’agirait alors de mettre en échos le discours de Foucault sur le cinéma et les soulèvements arabes, tunisiens, égyptiens, syriens… Quelques points qui peuvent nous intéresser : Foucault a un rapport distendu avec le cinéma, il a écrit une dizaine de textes sur le cinéma dans lesquels il s’interroge sur « les possibilités du cinéma », ce qu’il peut. Faire passer de l’histoire, faire en sorte que de l’histoire passe par delà les exigences méthodologiques de l’historien. De surcroît, il permet d’ouvrir toute une réflexion sur la mémoire – « intensifier des régions de notre mémoire ou de notre oubli » – dans un souci d’élaboration, de construction d’une « mémoire dynamique ». Deuxième point de cette exploration, sorte de prémisse avant d’entrer dans un travail en prise directe avec les images qui seront diffusées plus après : Foucault parle du cinéma à un moment où il faut, précise D. Zabunyan qui le cite, rétablir « une mémoire populaire », c’est-à-dire un « facteur de lutte positive », pour arriver à penser un film de lutte qui serait en dehors du « processus traditionnel de l’héroïsation ». Dans ses entretiens avec les Cahiers du
cinéma
, il interroge la façon dont les gens supposés ordinaires écrivent
leur propre histoire. Ce dernier point, souligne D. Zabunyan, est important pour comprendre le rapport aux images un peu brutes, amateurs.

 

« Il est absolument vrai que les gens, je veux dire ceux qui n’ont pas le droit à l’écriture, à faire eux-mêmes leurs livres, à rédiger leur propre histoire, ces gens-là ont tout de même une manière d’enregistrer l’histoire, de s’en souvenir, de la vivre et de l’utiliser. »[1]

 

Cet enregistrement de l’histoire – avec les moyens techniques actuels de capture audio-visuelle – favorise une histoire des luttes. Pour Foucault, il s’agit donc de faire en sorte, nous dit D. Zabunyan, que ces luttes enregistrées puissent servir à d’autres luttes à venir : « si on tient la mémoire des gens, nous dit Foucault, on tient leur dynamisme. Et on tient aussi leur expérience, leur savoir sur les luttes antérieures ». Transmission d’une puissance de rupture que contient en elle toute révolution ou tout soulèvement. Les critiques des Cahiers remarquent en ce point que toutes les tentatives de transmission de l’histoire par le médium filmique entraînent un recodage de la mémoire des évènements par des forces qui sont souvent puissantes et néfastes. Le travail que D. Zabunyan a tenté de mener sur ce travail entretient un rapport plutôt critique à ce qu’on peut trouver sur internet, notamment au moment de la commémoration des événements, du premier anniversaire des soulèvements. La manière dont ils ont été repris dans une perspective de commémoration participe d’un recodage de la mémoire à ses yeux préjudiciable. Comment ce recodage s’établit dans certaines vidéos qui reconduisent des figures types du révolutionnaire, stéréotypes qui entraînent une fixation, une image figée des luttes ? Comment ces événements – y compris par les acteurs eux-mêmes – sont-ils célébrés ? On retrouve des couples du héros et de la victime qui intentent, selon lui, à la dimension d’impersonnalité qui est propre et essentielle à ces évènements. Le pouvoir politique redoute ces manifestations en raison de la masse informe et hétérogène qui s’y développe et qu’il conviendrait selon lui de rendre sensible, par le biais du cinéma, et de transmettre comme le fait bien le film Tahrir. Avant la diffusion des extraits, deux mots sur son angle d’attaque : Tenter de comprendre de façon négative – dans un mouvement dialectique, donc – comment s’opèrent ces représentations.

 

A la question d’ordre méthodologique et épistémologique (la recherche des sources, du matériau, de l’archive) posée par Dominique Dupart, D. Zabunyan explique qu’il a cherché les vidéos qui vont suivre sur Youtube, recherche laborieuse en raison de la barrière linguistique – certaines vidéos sont parfois postées en arabe – et d’une astreinte temporelle. En effet : « Les recherches sur Youtube prennent du temps. »

 

The Most AMAZING video on the internet #Egypt #jan25 – Hadi Fauor

 

Amazing la vidéo la plus étonnante du soulèvement arabe. Il s’agit ici, nous dit-il, d’une manière de figer des figures, de reconduire des stéréotypes. Comment considérer un clip – objet filmique codé, codifié – comme celui-ci, fait par un amateur égyptien ? Problème se pose. Ce clip reconduit, véhicule par le montage même, des stéréotypes révolutionnaires. Créant ainsi une entreprise d’héroïsation qu’on a déjà évoquée tout à l’heure. Le second écueil. Un nivellement absolu des différentes sources dont sont tirées ces images. Un mélange indistinct, patchwork d’images issues autant de CNN, d’Al Jazeera que de la télévision russe ou d’images amateurs qui se succèdent dans une indistinction absolue et par là problématique. Les interrogations suscitées par l’auteur : « Qu’est ce qu’on en fait pour les luttes à venir ? Quand on s’intéresse au rapport entre l’image et l’histoire, comment penser la question de créer l’histoire ? »

 

Amazing: Egyptian Uprising – Matizzay

 

Autre clip amateur posté par un égyptien où l’on retrouve certaines images de la précédente vidéo auxquelles on a ôté la voix. Face à cet enchaînement de séquences, la question qui d’emblée nous interpelle : Qu’est-ce qu’on voit ? Quelle création d’histoire en émane ? Recrudescence d’un procédé d’accumulation d’images – le diaporama comme forme privilégiée de la célébration des événements arabes. Enchainement un peu effréné d’images fixes, souvent accompagnées d’une musique censée « en accentuer la part lyrique » qui sature le réseau Youtube. La diapositive semble vivre une seconde naissance avec le succès des slideshows sur internet. Enchainement d’images fixes sur une plateforme d’images en mouvement. C’est bien le rapport à la mémoire qui semble se jouer ici, qu’est-ce que la mémoire retient ? Est-ce qu’elle fonctionne par images fixes ou par images en mouvement ? La photographe Gisèle Freund qui déclarait, dans les années 80 : « L’ironie veut que plus on consomme d’images animées, plus l’image unique prime sur le reste, qui se substitue à notre réalité […] c’est toujours l’image fixe et non l’image en mouvement qui demeure gravée dans l’esprit, devenant à tout jamais une part de notre mémoire collective »[2]. Diaporama comme réaction au flux d’images en mouvement ? La question reste ouverte. Il sert en tous cas à célébrer – par un jeu de fondus enchainés ou de la musique – cette héroïsation du soulèvement. Il est accompagné de types révolutionnaires qui s’appuient sur cette dichotomie bourreau/victime, les images de dominés s’opposant aux figures du tyran.

 

World Revolution 2011 – The Arabian Spring

 

Ce clip annule la spécificité de ce qui s’est vraiment passé, continue le chercheur, on oublie la singularité de l’évènement alors qu’à l’inverse, dans Tahrir, Place de la Libération, explique-t-il, on comprend ce qu’il s’est spécifiquement passé, on comprend la singularité de l’événement. Alors qu’il est nécessaire de se demander en quoi ici, l’affect qu’on éprouve au visionnage du clip est-il spécifique de ce qui se serait véritablement passé ? L’art avec lequel, formellement, le clip est conçu. Dominique Dupart, quoique partageant en partie le regard critique de l’auteur quant à cet ovni, demeure néanmoins sensible à l’art avec lequel il est conçu. Reprenant les codes et le format de Youtube, il parvient, nous dit-elle, à « couler la révolution tunisienne dans la musique » et ceci de manière assez exemplaire – raison pour laquelle, ajoute-t-elle, on comprend qu’il fut choisi par l’auteur pour sa démonstration. « Il s’agit d’un art qui fait qu’on la voit, cette vidéo. » Qu’elle est visiblement vue. Une efficacité formelle qu’il ne faut donc pas oublier, qu’il conviendrait peut-être, comme le suggère D. Dupart par son intervention, de penser et de réfléchir.

 

TEMPO RISOLUTO – Chris Marker

 

Tempo Risoluto. Chris Marker qui a par ailleurs un rapport très fort à l’image fixe dans sa filmographie reprend ici la forme du diaporama dans laquelle on trouve un certain nombre de similitudes avec les diaporamas trouvés sur internet : l’utilisation de la musique, le choix d’un logiciel assez banal – à noter qu’on trouve beaucoup de logiciels pour créer des diaporamas sur internet. La première image choisie par l’artiste est une représentation d’un buste de Moubarak sur le point de se fissurer suivi d’une succession d’images qui se recomposent, symbolisant peut-être la fin d’un régime et la reconstitution d’un autre. Or, qu’est-ce-que fait Chris Marker se demande-t-on ? Se situe-t-il sur le terrain d’un format lui-même extrêmement diffus sur internet pour tenter de le questionner ou alors participe-t-il avec un enthousiasme – disons révolutionnaire – de son mouvement ? Quelle différence sensible entre ce diaporama et les autres ? Quel recul ? Quelle distance ou quel écart opère-t-il par rapport aux autres diaporamas ? A la question de l’intention de Marker, D. Zabunyan admet qu’elle reste indéterminable et qu’il adopte quant à lui une position très critique quant à cette dernière forme de vidéo. Prise dans le vague, au creux d’une vague de diaporamas déferlant sur internet, il semble difficile de la distinguer des autres clips. En outre, le processus d’héroïsation passe par cette forme extrêmement diffuse sur internet.

 

Comment alors sortir du « type révolutionnaire » ? Le documentaire de Stefano est un des très rares exemples où on sort de ça nous dit-il. Mais il existe également un collectif syrien, Abou Naddara, qui diffuse chaque semaine, depuis  le 15 mars 2011, un court film sur la plate-forme vimeo. Des films sur lesquels il est à propos de s’arrêter. Ces derniers prennent le contre-pied du flux d’images – une forme pour eux de voyeurisme – et permettent de répondre et mettre en garde quant à l’usage qui est fait, dans les médias du pouvoir Syrien, de ces images diffusées sur internet, les détournant pour montrer ce que font « les ennemis de l’intérieur ». Le collectif propose quant à lui des formes brèves, se présentant comme des bribes de fiction. Ce qu’ils gardent des manifestations ce sont les sons, les cris ou les tirs de l’armée mais très peu d’images amateurs. Leur ambition serait de montrer comment filmer la révolution sans forcément montrer des « figures » de révolutionnaires. On pourrait parler de dés-identification du révolutionnaire. Des films qui ont une sorte d’effet différé, une « libération prolongée », loin de l’efficacité des précédents dont on parlait tout à l’heure.

 

Waiting for Messi – Abou Naddara

 

Waiting for Messi, début 2012. Un certain décalage entre le titre et les images, une faille, un écart qui sont générés par le jeu de mots avec le joueur de foot argentin. Pour quelle raison poster un tel film en plein soulèvement syrien peut-on se demander ? En Syrie, explique D. Zabunyan,  le sentiment de communauté, de collectivité, est très présent et effectif devant certains événements sportifs comme un match de foot. Montrer ces images qui ont été prises avant les événements est une manière pour eux d’interroger ce qu’est une collectivité en temps de guerre, en temps de révolution. Les films d’Abou Naddara jouent fréquemment sur le rapport entre la question de comment était la Syrie avant – comment était alors la collectivité – et ce qui se passe maintenant. Ils créent ainsi un écart avec le temps présent.

 

Then what ? – Abou Naddara

 

Then What ? Printemps-été 2011. Une série de quatre images fixes qui se rapprochent de la statue du père d’Al Assad à Damas. On peut voir ça comme un fonctionnement en boucle, comme si le pouvoir était toujours là et en même temps, en fond, la musique de La marche funèbre de Chopin qui peut-être signale la fin du régime. Ce qui caractérise les signes d’Abou Naddara, c’est une forme d’anti-lyrisme couplée à la volonté de rendre sensible le caractère indécisif de la révolution.

 

October – Abou Naddara

 

Octobre, 2012, qui est une manière de reparcourir l’histoire de la Syrie, de permettre un va-et-vient entre le présent et le passé. Un télescopage entre les temps. Une grande fresque qui fait référence à une guerre ancienne qui a vu s’opposer la Syrie à Israël se trouve ici court-circuitée par le présent – la composante sonore, l’archive sonore, le discours du dictateur – et la coloration de l’image. Dimension de l’archive sonore du conflit, utilisée par le collectif. Du discours de Hafez Al Asad, aux cris des manifestants qui accusent l’armée de tuer son propre peuple, l’impression d’entendre sa voix pour la première fois. Descendre dans la rue pour y (faire) entendre sa voix pour la première fois. Ce sentiment de « première fois » éprouvé par les acteurs de la révolution intéresse beaucoup Abou Naddara. Il existe des films comme ceux-ci, conclut D. Zabunyan, qui échappent à la reconduction de stéréotypes qui entravent la constitution de ce que Foucault appelle, une « mémoire dynamique ».

 

 

 

 

Stefano Savona – Place Tahrir. Filmer la naissance d’une révolution

 

Stefano Savona est né à Palerme en 1969. Il a étudié l’archéologie à Rome et il a participé à plusieurs missions archéologiques au Soudan, en Égypte, en Turquie et en Israël. À partir de 1995, il a travaillé comme photographe indépendant ; depuis 1999, il se consacre à la réalisation et à la production de films documentaires et d’installations vidéo (parmi celles-ci, D-Day (2005) au Centre Pompidou).

 

Stéphane Cattalano, professeur de Cinéma en CPGE au lycée Faidherbes, à qui il a été donné d’ouvrir le dialogue, a souhaité réfléchir à la manière dont le Cinéma écrit l’Histoire, la représente, et peut-être même parfois crée l’événement. Le documentaire ne pas reprend pas la figure du chef, ne construit pas contre cette figure celle du héros résistant, de même qu’aucune figure n’est supérieure à l’autre. C’est, à la limite, a-t-il signalé, ce que l’on voit avec le diaporama de Chris Marker où aucune image ne l’emporte sur une autre. Cela renvoie à la façon qu’a eue Eisenstein de représenter la révolution russe, mais aussi peut-être à Païsa de Rosselini, où les figures singulières demeurent le plus important. Stéphane Cattalano a alors demandé à Stefano Savona s’il n’avait pas eu le souci de ne pas chercher à héroïser les gens, des identités singulières, ou au contraire, faire de tous un seul corps politique et révolutionnaire ?

Stefano Savona a ouvert sa réponse en rappelant que faire un film c’est subir un certain nombre de contraintes. On imagine des interlocuteurs, le public, des commanditaires – quand il y en a-, des choses déjà faites, et des choses déjà vues. Et justement, souligne-t-il, la question qu’on pose immédiatement est : c’est qui le héros ? C’est quoi l’histoire ? Il faut un agencement des faits, 90% de la production est très stéréotypée. L’injonction d’un héros reconnaissable parmi la multitude, l’injonction d’une narration où ne prédomine pas la perte mais où se déploient des fils, des narrations, pèsent. De façon tout à fait pratique, ces questions se sont posées en temps réel lorsque la caméra était centrée sur quelqu’un et qu’il y avait 5 millions de personnes autour. Une équipe de tournage plus large aurait pu se séparer, ici c’était impossible a conclu le réalisateur, il était seul. Les conditions matérielles de captation empêchaient la possibilité d’une exposition de tous les acteurs, contraignant à une recherche formelle différente. D’autre part, les premiers jours de la révolution, suivis à la télévision ou sur internet, permettaient de suivre le mouvement général, les stratégies de révolutionnaires et de l’état. C’était un spectacle passionnant a-t-il confié, mais ce n’était pas ce qu’il désirait raconter. La télévision participait de la réitération continue de la figure victimaire. Les caméras étaient témoins de l’injustice, tandis que sur la place les gens essayaient de trouver des solutions. De plus, arrivé au Caire, poursuit-il, il s’est vite rendu compte qu’il n’y avait pas de leaders et que c’était initialement un vrai mo(uve)ment populaire. Les gens de la place avaient théorisé l’absence de leader sur des blogs, sur Internet, ils avaient par exemple refusé la présence de moyens de sonorisation sur la place sacrée. Chaque voix devait avoir la même portée. Ainsi, dans l’absence de leader, la nécessité de trouver des synchronisations par le bas s’imposait. Le réalisateur a rappelé que dans un entretien avec Dork Zabunyan, tous deux avaient consenti à l’appellation d’une « révolution 2.0 » ou « Facebook », du fait de la multiplicité des foyers d’émission[3]. Sur la place Tahrir, les propositions fusaient : on aimait, ou on n’aimait pas. A tout moment, la caméra devait saisir l’unicité du rapport. Le plus intéressant n’était pas tant dans la lutte, les actes héroïques, les victimes, que dans la communauté qui se rencontrait et parlait en réel. Le réalisateur a écarté les éventuelles focalisations sur des histoires individuelles. Il fallait cibler ces espaces de parole, cœur même du moment révolutionnaire. Il fallait saisir la phénoménologie des relations. Parallèlement, l’envie de montrer la confusion, et l’envie de raconter les directions d’action s’y sont jointes, mais il n’était pas nécessaire pour cela de suivre des personnages avec tous les possibles rhétoriques propres au medium.

Djemaa Maazouzi, chercheure postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) au Laboratoire ALITHILA de l’Université Lille 3, a souhaité pointer les enjeux de l’entreprise cinématographique. Être sur place, c’était accepter une soumission à une instabilité consubstantielle à l’événement : Quelle direction ? Quelle signification ? Il était impossible de savoir. Arriver sur la place, c’était aussi avoir en tête les images, l’énorme bibliothèque véhiculée par les médias, les vidéos étudiées par Dork Zabunyan, et tenter de créer autre chose, de ne pas faire du recyclage. Devant le sens dérobé, a-t-elle poursuivi, se pose alors la question de la médiation : Que transmettre ?

Pour Stefano Savona, le Cinéma n’a pas pour but premier de transmettre du sens, une parole, mais de la perception. Le champ le plus pertinent au cinéma lui a toujours semblé être celui de la transcription de la perception physique, corporelle, d’un lieu, d’un espace, de personnes, de leurs relations, dans un autre espace,  à savoir celui de l’écran. On amène pas la place Tahrir sur un petit écran, mais on amène des spectateurs sur la place Tahrir. Si cette médiation qui n’est pas un processus automatique marche, on est déjà quelque part. Si on parvient à construire des chemins physiques, des mouvements, a-t-il poursuivi, alors après on peut commencer à se poser la question du sens. Le film doit être là comme ce qui a essayé de raconter un lieu, un espace et des relations humaines.

« Une voix » s’est élevée de l’auditoire pour reprendre les propos que le réalisateur avait énoncé durant une interview pour la télévision. Filmer une révolution s’apparentait pour lui à un rêve. Comment s’emparer de ce rêve qui catapulte un être humain, réalisateur, dans un contexte précis, et être dans une écriture cinématographique ?

Stefano Savona a déclaré avoir oublié ce rêve en se dirigeant sur la place Tahrir. Il avait rêvé de filmer les discours des résistants italiens à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Une de ses réalisations antérieures, Carnets d’un combattant kurde, montrait une résistance à l’œuvre plus qu’une révolution, une organisation de groupe, une jeunesse absente de culture politique mais qui devait faire face au fait politique. C’est cela qu’il rêvait de filmer. Par ailleurs, la première raison pour laquelle il s’est dirigé au Caire était le pays, l’Egypte. Paradoxalement, déclare-t-il, il n’avait pas pensé que l’événement égyptien réfléchirait un poème de René Char : «131 – À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis »[4]. C’est au cours de l’entreprise qu’il en a pris conscience. La place Tahrir n’était pas initialement un espace de liberté. Durant l’événement il y a eu cette découverte d’une parole moins commune, plus singulière. C’était le seul contexte, a-t-il énoncé, où la liberté pouvait être présente. Elle n’était pas forcément là, a-t-il instantanément tempéré, mais c’était la seule place où la liberté avait vraiment du sens. Les gens s’étaient convaincus qu’une fois la démission de Moubarak prononcée, ils auraient dû quitter la place Tahrir. René Char avait écrit bien après qu’ils n’avaient pu convoquer la liberté à nouveau. La vie quotidienne et le travail avaient fait perdre cette possibilité. Avec la désertion du lieu, il y a eu la perte d’un emplacement où quelque chose qu’on aurait pu appeler liberté était possible. Il y a eu de petits espaces de liberté qui se sont crées ultérieurement, a-t-il terminé, mais toujours d’une intensité inférieure à celle de la place Tahrir.

Mélanie Traversier, maître de Conférences en Histoire moderne à l’Université Lille 3, est revenue sur la disparité du corpus présenté. Soulignant l’esthétique forcément décevante des clips-vidéo pour des spécialistes de la forme, il n’en demeure pas moins que ces derniers sont des objets complexes a-t-elle précisé. Outre l’expression d’une indéniable sincérité, ces objets témoignent de la façon dont les égyptiens se sont emparés des formes mondialisées de la représentation politique. A l’heure où la révolution est confisquée, ces éléments prolifèrent et permettent la continuité d’un discours lutte, précisément par le choix de musique et titres anglais qui permettent une visibilité plus étendue sur You Tube. Avec le documentaire de Stefano sont utilisés les moyens propres au cinéma. Ils permettent notamment l’exposition du regard du cinéaste et révèlent la façon dont le cinéaste lui-même utilise les regards de ceux qu’il filme. Il n’y a pas de leader, car il n’y a pas toujours un leader qui regarde la caméra. On y voit aussi des personnes qui continuent la révolution sans être figées, captées par la caméra ; parfois ils s’adressent à la caméra, mais pas toujours. On a affaire à un corps politique qui est en train de se constituer car indifférent à ces images mondialisées. Si le documentaire se permet d’échapper à l’ambiguïté de la dialectique individuel/collectif, c’est parce que, lui semble-t-elle, ce dernier repose sur deux piliers. Le premier est qu’il propose avant tout un lieu, la Place Tahrir. Et si le dernier film d’Abu Naddar est puissant, a-t-elle noté, c’est qu’y est représentée une scène, un lieu. D’autre part, Mélanie Traversier a attiré l’attention de l’auditoire sur le lieu même de l’événement : S’emparer de la place Tahrir est devenu en lui-même un acte politique. La place est originellement un nœud urbain dangereux, constamment soumis aux embouteillages. La mégalopole, a-t-elle rappelée, ne dispose d’autres lieux de rassemblements que les mosquées. C’est la construction autour de ces lieux mêmes qui fait sens et non pas les héros et les victimes. Le second pilier du documentaire tient sur la capacité de donner un paysage sonore authentique de la révolution. Il y a les cris, le son n’est pas net, les messages politiques sont contradictoires, s’adressant parfois à la caméra, à celui qui filme, au pouvoir, ou aux autres révolutionnaires.

Stefano Savona, revenant sur les derniers propos de Mélanie Traversier, a considéré n’avoir pas tant filmé la place qu’un espace politique maintenu en son sein. Cet espace s’est crée dans le temps par l’affluence, les cercles, les discussions. Les regards y étaient importants et posaient effectivement des problèmes de captation. On ne regarde évidemment pas une caméra comme on regarde un homme. Il a fallu ruser et reconstruire le regard avec un Canon 5D. Les règles se sont vite imposées : optique de 150 mm, un seul interlocuteur, un hors champ d’une quarantaine de personne. Par ailleurs, la position était épineuse. Il ne fallait pas être totalement au sein des cercles de sorte à soutenir un regard extérieur sur quelque chose qui ne lui appartenait pas, mais il fallait être à la bonne distance pour rendre compte des regards croisés. Ce sont progressivement que les choses se sont mises en place pour raconter, de son sein, cet espace à 360°. En témoigne le micro qui, initialement placé sur la caméra, s’est vu déplacé au sein des cercles de parole. D’autre part, il s’est aussi progressivement rendu compte qu’on ne pouvait raconter une expérience de perception si on ne racontait pas avec un corps qui lui-même était en train de découvrir. Il fallait construire le déplacement d’un corps réel, celui d’un corps qui cherchait sa place dans la place Tahrir.

 

Djemaa Maazouzi en a alors appelé à la posture du tiers. Le réalisateur a dû fabriquer sa place et composer avec la mobilité. Signalant une interview accordée à Télérama[5] par ce dernier, la chercheuse a rappelé le parallèle qu’il effectuait entre sa situation et celle de Fabrice Del Dongo à Waterloo. Ce parallèle lui-même avait été énoncé, a-t-elle continué, par Mehdi Ben Attia dans Histoires minuscules des Révolutions arabes[6], ouvrage collectif où romanciers, auteurs, cinéastes abordent chacun la question des Révolutions arabes sous un angle original. Pour Medhi Ben Attia, « L’affaire est tellement claire en elle-même qu’il n’y a pas besoin de la commenter ». Les rôles sont distribués. Alors, la question qui se pose est comment filmer ce qui est en train de se faire ? Medhi Ben Attia écrit, reprenant les termes de Truffaut concernant la guerre d’Algérie : « On abordera l’événement de profil sans être sûr de ce qu’on voit. On sera comme Fabrice Del Dongo qui à Waterloo demandait à ses compagnons : « Ceci est il une véritable bataille ? » Et on rendra compte des choses en ne se demandant pas : Qu’est-ce que j’en pense ? Comment puis-je amener mon spectateur à amener à penser la même chose que moi ? Mais comment agissent les personnages ? Comment les événements en cours modifient-ils leur existence ? »

Stefano Savona a déclaré que cette difficulté était effectivement survenue lors du montage. Pendant la bataille, il était facile de ne pas savoir où regarder, mais quand la bataille s’est finie, l’ignorance et l’absence de certitudes se sont immiscées à nouveau en postproduction. Ne pouvant pas partager entièrement avec le spectateur le fait d’avoir été là, il a alors fallu composer avec le fait que tout n’était pas compréhensible. On comprend peut-être seulement ce que l’on a fait à la fin, a-t-il néanmoins concédé, rappelant que le cinéma documentaire possédait cette capacité de pouvoir raconter, par le biais de la première personne, l’histoire d’une perte.

 

Stéphane Cattalano est intervenu invitant l’auditoire à penser le documentaire non pas comme un discours sur l’histoire, mais comme la naissance d’un lieu et d’un corps politique perçu dans toutes ses dimensions visuelle et sonore. Documentaire qui dans un second temps, a-t-il enchaîné, se fait l’exclusion d’un certain régime d’images – notamment les vidéos circulant sur Internet -tout en y incluant des corps qui téléphonent, et enregistrent ces images. C’est par le téléphone que nous apprenons la démission de Moubarak, des gens captent des actions. Une dialectique se pose entre le corps organique collectif filmé qui se forme, et le hors-champ des images, générateur d’un autre type de discours sur l’histoire. Le documentaire relèguerait les autres vidéo-clips au bord de la place, a suggéré Dominique Dupart.

Chacun avait par le biais du téléphone portable son archive individuelle a répliqué Stefano Savona, de même qu’à Berlin les gens se partageaient les restes du mur. Chacun conservait quelque chose qui puisse incarner la mémoire. Durant le prologue, on entend une femme répéter le même slogan sur des images d’archives. C’est une fois revenu en Egypte pour montrer le film qu’on lui a raconté que cette femme de 23 ans avait été bloquée à l’entrée de la place par les forces de l’ordre avec le seul slogan comme moyen de protestation. Le son intime, placé au début du film, réenregistré en postproduction, a permis de faire la jonction avec la dimension collective. La suite du film a conclu le réalisateur, n’effectue volontairement pas ce retour à l’intime.

 

Le débat s’anime ensuite, il se réoriente vers les vidéos traitées pendant l’intervention de Dork Zabunyan, interroge leur statut. Les images en soi n’ont rien de contestable, en revanche le montage pose la question d’un traitement éthique du réel constate Stéphane Cattalano. Pour Stefano Savona, même derrière les images diffusées par Abou Naddara – à traduire littéralement le père des ressemblances a glissé Djemaa –, on trouve une manipulation qui cherche à démêler d’autres manipulations. Selon lui, le travail du cinéaste doit être de questionner les images avec un certain recul, des couches de complexité doivent en ce sens être ajoutées.

 

Dork Zabunyan a souhaité montrer une dernière vidéo du collectif Abou Naddara afin de montrer que le geste, la capture de l’image, peut relever d’une prise de risque, d’un héroïsme et n’est pas à minorer, sachant que le gouvernement égyptien a fait enlever de nombreuses images sur Internet par la suite. (http://vimeo.com/46481059).

 

Concluant la séance, Dominique Dupart a constaté qu’avec chaque révolution, et déjà au XIXe siècle, il convient de redécouvrir comment faire la révolution sans être un héros. L’héroïsme a une histoire. Dans les révolutions il y a un héroïsme du peuple, de la masse, du corps sensible et il faut absolument que ça ne ressorte pas d’un autre héroïsme relevant du cliché, de la dichotomie simpliste bourreau/victime. Les romantiques, héritiers de la révolution, ont transformé l’héroïsme. Ils ont inventé l’anonyme : Est héros celui qui ne l’est pas. La voix se donne à celui qui normalement ne devrait pas la recevoir. La force du medium cinématographique demeure dans la retransmission d’une voix portée par un homme qui regarde et nous regarde. Cela, a-t-elle souligné, est un dépassement de toutes les connotations négatives qu’on peut attacher au mot d’héroïsme, puisque demeure la question de la figurabilité : qu’est-ce qui figure ? Qu’est-ce qui est un corps et apparaît à l’écran ?

En guise de note conclusive, Dominique Dupart a signalé une scène où, avançant entre deux haies, la caméra dévoile des applaudissements à l’égard de gens rejoignant le mouvement. A ce moment, la caméra, qui n’est qu’un simple regard mouvant, réfléchit l’image de ce héros qui, dénué de stéréotype, n’est personne.

 

 

 

 

 


[1] Michel Foucault, « Anti-Rétro », il s’agit du premier entretien du philosophe avec les Cahiers du cinéma, nº 251- 252, juillet-août 1974, repris dans Dits et Écrits (texte nº 140), Paris, Gallimard, 2001.

[2] Cité par Raymond Bellour dans « Du photographique », in Trafic, nº 55, automne 2005, p. 34.

[3] SAVONA Stefano et ZABUNYAN Dork, « Voir la révolution », entretien avec Laurent Jeanpierre, Cahiers du cinéma, n°675, février 2012.

[4] CHAR René, Fureur et mystère, Poésie/Gallimard, 1962, 1967 pour la préface Yves Bergé, p.116

[5] « […] Dès le départ, je savais que mon parti pris serait de raconter les évènements comme Fabrice à Waterloo, et non d’essayer d’adopter une posture factice d’observateur neutre et omniscient. » http://www.telerama.fr/cinema/extraits-commentes-de-tahrir-place-de-la-liberation-par-stefano-savona,77429.php (consulté le 17/04/2013)

[6] BEN ATTIA Medhi « NÉORÉALISME – Que faire ? » in Histoires minuscules des Révolutions arabes, sous la direction de Wassyla Tamzali, éditions Chèvre-feuille, Février 2012, pp.217-220.

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

8 et 9 avril : Représentation de l’histoire III – Cinéma et histoire

Représentation visuelle de l’histoire III – Cinéma et histoire

 

Mardi 9 avril 2013

17h-19h30

 

Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, Lille

Salle 2

 

 

Extrait de Tahrir, place de la Libération, film de Stefano Savona

 


Secrétaires de séance : Valentin Vouriot et Romain Bohet.

Invités : Antoine de Baecque (Historien, critique de cinéma), Stefano Savona (Réalisateur), Dork Zabunyan (Maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille 3).

Répondants : Stéphane Cattalano (CPGE Lettres, option cinéma, lycée Faidherbes de Lille) et Djemaa Maazouzi (Conseil de Recherches en sciences humaines, laboratoire Alithila, Lille 3)

 

Le 8 avril, pour préparer le séminaire :

Projection de Tahrir – Place de la libération, entre 10h30 et 12h, salle A2 538

(partie extension du bâtiment A, 1er étage – Université Lille 3).

 

 

Antoine de Baecque – Cinéma et Histoire, à partir de Caché de Michael Haneke

Bio-bibliographie : Historien et critique de cinéma, notamment aux Cahiers du cinéma, dont il a été rédacteur en chef (1997-1999), puis à Libération, dont il a dirigé les pages culturelles (2001-2006), Antoine de Baecque s’intéresse plus particulièrement à la Nouvelle Vague. Après une Histoire des Cahiers du cinéma en deux volumes, il publie, avec Serge Toubiana, une biographie de François Truffaut (1996, Gallimard), puis, en 1998, un essai d’histoire culturelle, La Nouvelle Vague, portrait d’une jeunesse (Flammarion). Suivent, en 2003, une étude historique : La Cinéphilie. Naissance d’un regard, histoire d’une culture (Fayard) ; en 2008 une synthèse : L’Histoire-caméra (Gallimard) ; en 2010 une autre biographie : Godard (Grasset). Le long-métrage documentaire qu’il a écrit (réalisé par Emmanuel Laurent), Deux de la vague, sur l’amitié entre Truffaut et Godard, est sorti en salles en janvier 2011. Il a également consacré des études et essais à Tim Burton, Manoel de Oliveira, Andreï Tarkovski, Maurice Pialat ou Jean Eustache, et dirigé en 2012 le Dictionnaire de la pensée du cinéma au PUF. Antoine de Baecque est professeur d’histoire du cinéma à l’université de Paris Ouest Nanterre.

 

À voir pour préparer l’intervention : Caché de Michael Haneke (2005). De courts extraits seront diffusés au cours de la séance.

 

 

Stefano Savona – Place Tahrir, janvier 2011. Filmer la naissance d’une révolution

Bio-bibliographie : Stefano Savona est né à Palerme en 1969. Il a étudié l’archéologie à Rome et il a participé à plusieurs missions archéologiques au Soudan, en Égypte, en Turquie et en Israël. À partir de 1995, il a travaillé comme photographe indépendant ; depuis 1999, il se consacre à la réalisation et à la production de films documentaires et d’installations vidéo (parmi celles-ci, D-Day (2005) au Centre Pompidou).

Son long-métrage Carnets d’un combattant kurde (2006) a reçu le Prix International de la SCAM au Cinéma du Réel et une nomination aux David di Donatello.

Son film Plomb durci (2009), a été présenté au Festival International du film de Locarno dans la section Cinéastes du présent où il a remporté le Prix Spécial du Jury.

Il est à l’origine d’un projet d’archives audiovisuelles sur la civilisation rurale sicilienne, Il pane di San Giuseppe (Le pain de Saint Joseph), sur lequel il travaille depuis trois ans.

Il fonde en 2010 à Paris avec Penelope Bortoluzzi la société de production Picofilms. Il est le producteur et le réalisateur principal de Palazzo delle Aquile (Grand Prix du Cinéma du Réel 2011, Sélection de l’ACID, Cannes 2011).

Son dernier film, Tahrir Place de la Libération, a été présenté au festival de Locarno, au New York Film Festival, à la Viennale et à bien d’autres festivals. Il est sorti au cinéma en France le 25 janvier 2012 et a obtenu en Italie le David di Donatello du Meilleur Documentaire de l’année 2011.

 

Quelques films :

Tahrir, Place de la Libération (2012 en France)

Palazzo delle Aquile (en salle en juin 2013)

Spezzacatene (L’orange et l’huile) (2010)

Plomb Durci (Cast Lead) (2009)

Carnets d’un combattant kurde (2006)

Dans le même bateau (2006)

Un Confine di Specchi  (Une frontière en miroirs) (2002)

Siciliatunisia (2000)

Roshbash Badolato (1999)

 

À voir pour préparer l’intervention : Tahrir Place de la Libération de Stefano Savona (2012).

 

 

Dork Zabunyan – Images de la révolution et stéréotypes du révolutionnaire

Bio-bibliographie : Dork Zabunyan est maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille 3. Il est l’auteur de Foucault va au cinéma (avec Patrice Maniglier, Bayard, 2011), et a consacré plusieurs articles aux images des soulèvements arabes dont : « Soulèvement des peuples et images impersonnelles » (Cahiers du cinéma, n°667, mai 2011) et « Mal de fiction et passages de l’histoire (Trafic, n°82, été 2012).

 

Résumé de l’intervention : Les soulèvements arabes de l’année 2011 ont donné lieu, dans l’après-coup des événements, à des films de toutes sortes : plusieurs documentaires, quelques fictions, des séquences postées sur internet en très grand nombre. Un écueil semble guetter ces images dans leur ensemble, par-delà leurs différences manifestes : celui de reproduire la figure du révolutionnaire type. La transformation des acteurs de ces soulèvements en héros (qu’ils soient anonymes ou pas) constitue l’une des opérations par lesquelles ce stéréotype s’affirme au niveau des films. En résulte un folklore des luttes qui nuit aussi bien à sa représentation en images qu’à la mémoire que nous pouvons en avoir.

 

 

Djemaa Maazouzi (répondante)

Bio-bibliographie : Djemaa Maazouzi, titulaire d’un PH.D en Littératures de langue française de l’Université de Montréal (avec une thèse de doctorat intitulée « Scénographies mémorielles et figurations médiatiques de la guerre d’Algérie »), est actuellement chercheure postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) au Laboratoire ALITHILA de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3. Coordinatrice scientifique du Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt) de l’Université de Montréal de 2009 à 2012, elle a organisé plusieurs colloques et ateliers internationaux et publié des textes dans des revues telles Études françaises, Cinéma & Cie, Théorème, Médiation et information (MEI) ou encore la Revue des sciences sociales.

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Programme définitif du séminaire Créer l’/Histoire 2012/2013

Crédits photographiques : Antoine Perrot.

 

Programme complet du séminaire Créer l’/Histoire (2012-2013) :

Dominique Dupart (Alithila) et Mélanie Traversier (IRHIS)
Université Charles-de-Gaulle Lille 3 – salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)- ou salle 2 de la MESHS (pour les séances d’avril)

Site du séminaire : http://crehist.hypotheses.org/

Les mardis 9 octobre, 6 novembre, 22 janvier, 5 mars, 2 avril et 9 avril.
17h -19H30

Le séminaire Créer l’/Histoire est désormais âgé d’un an et il a accueilli un large public d’enseignants et d’étudiants en histoire et  en lettres ( Master et Doctorants). Cette année,  Mélanie Traversier (Irhis) prend le relais de Sylvie Aprile nommée à la tête du Département d’Histoire. Sur ce site, vous pourrez trouver les programmes des numéros de revue qui sont associés au séminaire ainsi que le programme de la journée d’étude Parler en Guerre programmée pour le vendredi 5 octobre, une journée d’étude coordonnée par Sylvie Aprile et Dominique Dupart en liaison avec le séminaire. Cette année, à destination des agrégatifs, le séminaire Créer l’Histoire parraine la journée Benjamin qui aura lieu le vendredi 15 février (Alison Boulanger, STL, Dominique Dupart).

Cette année, le séminaire est consacré à l’étude des supports divers de l’histoire, les différentes formes de son incarnation : la peinture et la photographie autour de la forme du portrait, la musique autour de la forme historique/historienne – s’il en est – qu’est le rock’n roll, le théâtre, le cinéma, la modélisation (cartographie, arts plastiques) mais aussi les humanités numériques avec une séance organisée autour de la création du livre numérique, création «  en recherche » et en «  art » : puisque le digital a pour vocation d’accueillir simultanément des éditions nouvelles de livres anciens et des œuvres contemporaines. Chaque fois, ces  différentes représentations visuelles de l’histoire seront abordées en regard de la recherche les concernant qui s’accomplit en histoire et en littérature et en collaboration avec un artiste invité qui en présente la vivante incarnation : le photographe Patrick Faigenbaum, le musicien Rodolphe Burger, le romancier- librettiste Camille de Toledo, le poète Olivier Cadiot  mais aussi un cinéaste : Stefano Savona. Trois intervenants par séance : c’est la règle de Créer l’/Histoire : un historien, un littéraire et un créateur. Le séminaire privilégie enfin les collaborations avec les chercheurs de Lille III : il a pour vocation d’être un séminaire d’équipe ( Alithila et Irhis) et de mettre à l’honneur les recherches en cours dans son université d’accueil et de fédérer des dynamiques de recherche communes : c’est ainsi qu’un grand intérêt est porté sur la fonction des répondants et des secrétaires de séances,  tous acteurs de Lille III. Les répondants – des enseignants- chercheurs-  sont là pour enrichir la séance de leur regard sans pourtant intervenir proprement dit tandis que les secrétaires de séance impliquent une participation active des étudiants qui suivent le séminaire en leur donnant la possibilité de publier par la suite sur le site du séminaire. A chaque séance, c’est une petite équipe qui est présente et qui confère une collégialité attractive à la manifestation. Notons que cette année, la séance consacrée à Stefano Savona et à la représentation cinématographique de l’histoire permet d’ouvrir le séminaire au Département d’études cinématographique de Lille III et à la classe préparatoire Khâgne cinéma du Lycée Faidherbe : leurs étudiants seront présents en compagnie de leurs enseignants.

 

9 octobre 2012 : Data-Littérature et Digital History. Ecriture et Histoire à l’heure du numérique.

Invités : Gil Bartholeynsv (Historien, chaire d’étude visuelle à l’Université Lille III), Xavier De La Porte (Animateur de l’émission « Place de la Toile » sur France Culture), Alexandre Gefen (Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Française, CNRS, Paris IV-Sorbonne).

Répondant : Andrea Del Lungo (Professeur en Littérature française, Lille III).

 

6 novembre 2012 : Représentation visuelle de l’histoire I – Le portrait.

Invités : Diane Bodart (Maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université de Poitiers), Patrick Faigenbaum (Photographe), Lise Wajeman (Maître de conférences en littérature comparée, CIELAM, Aix Marseille).

Répondants : Barbara Bohac (Maître de conférences en littérature, Lille III), Frédéric Briot (Maître de conférences en littérature, Lille III), Charles-Olivier Sticker-Metral (Maître de conférences en littérature, Lille III).

 

22 janvier 2013 : Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et cartographies

Invités : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III), Guillaume Robert (Artiste plasticien), Nicolas Coltice (Géophysicien, professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1) et Fanny Madeline (Historienne médiéviste, Paris I).

Répondants : Jean-Max Colard (Maître de conférences en littérature, Lille III), Louis Hincker (Maître de conférence en histoire moderne à l’université de Valenciennes).

 

26 février 2013 : Littérature et histoire à l’heure du rock – Musique et histoire.

Invités : Jérémy Gasso (Musicien), Lydie Salvayre (Ecrivain) et Hervé Mazurel (Historien, Université d’Orléans).

Répondant : Florence Tamagne (Maître de conférences en histoire contemporaine, Lille III).

 

2 avril 2013 : Dire la catastrophe (salle 2 de la MESHS)

Invités : Brice Gruet (Maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Créteil), Camille de Toledo (Ecrivain, vidéaste, musicien et photographe), Dominique Viart (Professeur en Littérature française, Lille III).

Répondant : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III).

 

9 avril 2013 : Représentation visuelle de l’histoire III – Cinéma et histoire (salle 2 de la MESHS)

Invités : Antoine de Baecque (Historien, critique de cinéma), Stefano Savona (Réalisateur), Dork Zabunyan (Maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille 3).

Répondants : Stéphane Cattalano (CPGE Lettres, option cinéma, lycée Faidherbes de Lille), Julie Savelli (Université Paul Valéry, Montpellier III).

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn