Prochaine séance du séminaire – Intérieurs : l’art, la littérature et la matière (1er octobre, Lille 3)

Intérieurs : l’art, la littérature et la matière

 

Mardi 1er octobre 2013

16h30-19h

 

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Salle Irhis A1 152

 

 Photo de l’exposition Wild at home de Robert Stadler, par Andre Morin (galerie Triple V, 2011)

 

Secrétaire de séance : Dimitri Julien.

Invités : Barbara Bohac (Maître de conférences en littérature française, Lille 3), Robert Stadler (designer), Manuel Charpy (Chargé de recherches CNRS/Irhis, Lille 3).

 

 

Barbara Bohac – Philosophie du décor familier chez les écrivains au XIXe siècle

Bio-bibliographie : Barbara Bohac est Maître de conférences en littérature française à l’Université de Lille 3. Elle est l’auteur de Jouir partout ainsi qu’il sied, L’Esthétique du quotidien chez Mallarmé (Éditions Classiques Garnier, 2012, prix Henri Mondor de l’Académie française 2013).

Ses travaux portent notamment sur les écrivains des XIX-XXe siècles et les arts, majeurs comme mineurs.

 

Résumé de l’intervention : Partant de l’idée que l’environnement matériel manifeste notre univers spirituel et moral, les écrivains du XIXe tentent de penser la signification profonde de l’esthétique du décor familier. Tantôt ils la conçoivent comme l’expression de l’Histoire, lutte entre l’esprit païen et l’esprit bourgeois dominant (Gautier), protestation de notre instinct d’idéal contre un monde déchu qui oublie sa part spirituelle (Baudelaire, Montesquiou). Tantôt ils y voient l’expression d’une dimension métaphysique, en tant que symbole du drame existentiel de l’homme et de sa grandeur secrète (Mallarmé). Dans chaque cas, la philosophie du décor familier engage une politique : aristocratie ou démocratie sont les valeurs affirmées au travers d’un idéal décoratif.

 

 

 

Manuel Charpy – De décors en décors. Intérieurs, culture matérielle et récits au XIXe siècle

Bio-bibliographie : Manuel Charpy est chargé de recherches au CNRS attaché à l’IRHIS. Il travaille essentiellement sur l’histoire de la culture visuelle et matérielle – espaces privés, espaces urbains, mode vestimentaire… – en France, en Angleterre et aux États-Unis. Il prépare actuellement un ouvrage tiré de sa thèse et intitulé Le théâtre des objets. Culture matérielle et identité sociale au XIXe siècle, à paraître chez Flammarion en 2014.

 

Résumé de l’intervention : Cette intervention aimerait réfléchir aux correspondances au XIXe siècle entre l’élaboration d’une nouvelle culture matérielle privée et les récits qui s’y attachent et qui l’accompagnent, qu’il s’agisse des récits publicitaires, littéraires ou autobiographiques.

 

 

 

Robert Stadler – Wild at home

Bio-bibliographie (à venir) :  Robert Stadler est né en 1966 à Vienne en Autriche. Il étudie le design à l’Instituto Europeo di Design (IED) de Milan, puis à l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) à Paris.

En 1992, il fonde le groupe Radi Designers qui oeuvre jusqu’en 2008.

Il est représenté par Carpenters Workshop Gallery et la Galerie Triple V.

Ses créations sont présentes dans plusieurs collectionsprivées et publiques telles que la Fondation Cartier pour l’Art contemporain, le Fonds national d’art contemporain, le MAK – Museum for Applied Arts/Contemporary Art à Vienne, les Arts Décoratifs à Paris.

Il travaille pour des clients de renom tels l’Académie des César, Dior, Beaumarly, Nissan, Orange, Ricard et Thonet.

En 2012, Robert Stadler est lauréat du Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main – Dialogues pour le canapé Irregular Bomb réalisé en collaboration avec Siegeair.

Robert Stadler intervient dans des domaines très divers, effaçant toute hiérarchie entre les projets libres et les commandes industrielles. Il explore l’espace d’exposition, afin de dissiper le clivage entre art et design. Il interroge le statut de l’objet comme oeuvre d’art ou produit, ainsi que la frontière entre préciosité et humilité, élégance et vulgarité, discrétion et perturbation.

Quelques expositions personnelles :

2011
– 1000 jours / Carpenters Workshop Gallery, Paris.
– shading / Carpenters Workshop Gallery, London.
– Wild at home / Galerie Triple V, Paris.
– Ardoises / Galerie de Multiples, Paris.
2008
– Dissipations / Galerie Emmanuel Perrotin, Paris.
– Bifurcations / Carpenters Workshop Gallery, London.
2006-2007
– Roomers / Galerie Traversée, Munich.
– Understand what you love / Galerie des Multiples, Paris.

 

Résumé de l’intervention : Wild at home est le nom de l’exposition personnelle de Robert Stadler à la galerie Triple V en 2011.

Le « sauvage » (wild) c’est l’opposé du « domestique ». Le titre de l’exposition nous rappelle qu’avant d’être domestiqué, l’intérieur a été libre. Et l’exposition invitait à reconquérir cette liberté, qui ne tient qu’à nous, d’organiser l’espace dans lequel nous vivons comme bon nous semble, indépendamment des conventions en vigueur.

http://www.robertstadler.net/all/exhibitions-installations/Wild-at-Home/

 

 

 


Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Publié par

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.