Séminaire Casa Veslaquez: Le récit à l’épreuve du passé; Entre fiction et réalité

Le récit à l’épreuve du passé

Entre fiction et réalité

17
février
15
juin 2012
Madrid
Séminaire

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), EA 3656 (AMERIBER, Bordeaux III), UMR 8566 (Centre de recherche sur les arts et le langage, EHESS), EA 4582 (LLACS, Montpellier III)

Présentation

Partant d’un intérêt commun pour la frontière mouvante entre fictionnalité et factualité dans les formes du récit contemporain, littéraire ou historique, des chercheurs se proposent de cerner les nouvelles stratégies de « récupération discursives du passé » commune à des aires culturelles différentes (Marta Marín-Dòmine). L’expérience se fonde sur une comparaison croisée de deux corpus de textes récents (traduits au français), l’un de l’aire hispanique, l’autre des aires d’Europe centrale et orientale. Les questions qui guident les chercheurs sont celles de la relation au passé traumatique, du rapport à l’archive et au document, de la constitution d’une génération de témoins « seconds » par rapport aux événements traumatiques narrés, et de la visée réflexive des nouvelles stratégies narratives. La relation à d’autres formes de récits sera également posée, notamment en histoire et dans les arts.

Organisation

Il s’agit d’un cycle de quatre journées d’étude qui ont lieu les vendredi 17 février, 20 avril, 18 mai et 15 juin 2012 à Madrid. La langue de travail est le français, éventuellement l’anglais.

Chaque session compte avec la présence d’un noyau de spécialistes de l’aire hispanique (péninsule Ibérique, Amérique latine) et de celles d’Europe centrale et orientale (Pologne, Serbie, Allemagne, Russie) : Jean-François Carcelen (Université de Montpellier III), Cecilia Gonzalez  (Université de Bordeaux III), Luba Jurgenson (EHESS-CRAL / Université Paris IV), Marta Marín-Dòmine (Universitat Laurier Toronto), Alexandre Prstojevic (EHESS-CRAL), Nathalie Sagne (Université de Montepellier III), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris IV). En outre, seront conviés des intervenants extérieurs et des auteurs.

Corpus d’étude

– Alan Pauls, Histoire des larmes, Christian Bourgeois, 2009 (ISBN : 978-2-267-02031-1).
– Ignacio Martínez de Pisón, L’encre et le sang, Markus Haller, 2009, (ISBN 978-2-940427-05-5).
– Jorge Semprún, Vingt ans et un jour, Gallimard, Folio, 2006.
– Javier Cercas, Soldats de Salamine, Le Livre de poche, 2005.
– Dulce Chacón, Voies endormies, Plon, 2004.
– Hans-Magnus Enzensberger, Hammerstein ou l’intransigeance. Une histoire allemande, Gallimard, NRF, 2010.
– Agata Tuszynska, Une histoire familiale de la peur, Grasset, 2006.
– David Albahari, Goetz et Mayer,  Gallimard, NRF, 2002.
– Leonid Guirchovitch, Schubert à Kiev, Verdier (à paraître en janvier 2012).
– Sergueï Lebedev, titre à préciser.

Programme

Vendredi 17 février : Corpus croisés
La séance se propose de mettre en regard des contextes croisés en Europe du Sud, en Amérique latine et dans l’Europe centrale et orientale : à quelle condition des passés douloureux différents, décalés dans le temps, sont-ils comparables du point de vue des stratégies discursives qu’ils ont engendrées ? Comment se sont construits ces traumatismes ? La séance se poursuivra par une lecture croisée des corpus étudiés.

Vendredi 20 avril : Archives, documents, récits
J.-F. Carcelen (Martínez de Pizón) et A. Prstojevic (Enzensberger) mèneront une étude comparée de la manière dont l’archive est convoquée dans le récit contemporain. La relation au document atteste la réalité traumatique en même temps qu’elle bouleverse le genre fictionnel : nouvelle marque du récit factuel, l’usage du document diffère-t-il là de celui de l’historien ?

Vendredi 18 mai : Témoins, témoignages, témoignaires
La question du témoignage direct a fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années. M. Marín-Dòmine (Semprún), F. Godicheau (Cercas) et M. Smorag-Goldberg (Tuszynska) poseront ici celle du basculement à un nouveau régime de témoignage qui caractéristique les récits des témoins « seconds ». La question du destinataire et, indirectement, de la réception de ces œuvres intéressera également : en quoi la réception, souvent très positive, révèle-t-elle un nouveau rapport au passé et incidemment peut-être, une redéfinition du rôle social de la littérature ?

Vendredi 15 juin : Récits / méta-récits
Un certain nombre de romans récents se tourne aussi bien vers les événements d’un passé historique douloureux que vers les récits – littéraires et autres − que ce passé a suscité et suscite encore. Ces récits deviennent, ainsi, matière et matériaux d’une écriture romanesque à portée méta-fictionnelle et méta-narrative qui sera étudiée par C. Gonzalez (Alan Pauls). Un dialogue sera engagé avec certains auteurs du corpus d’étude. La question de savoir ce qu’ils font à l’histoire leur sera posée. Pour finir, Agnès Delage parlera de la manière dont certaines expressions artistiques, notamment celles de García Alix, interrogent elles aussi le rapport au passé.

Conditions d’inscription

La participation au séminaire est gratuite mais soumise à condition :

Les participants, – jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, créateurs -, assistent à toutes les sessions afin de favoriser le travail collectif. Le certificat d’assistance ne sera délivré qu’à ceux qui auront participé à tous les ateliers.
Les participants s’engagent à lire le corpus étudié.
Le nombre des participants est limité à 25. Les personnes intéressées doivent obligatoirement remplir la fiche d’inscription avant le 1er février 2012. Elles recevront une confirmation d’inscription.

Les déplacements et le logement sont à la charge des participants (Pour les 2e, 3e et 4e sessions, réservations possibles à la Casa de Velázquez).  Le déjeuner de chaque session leur sera offert.

Pour tout renseignement supplémentaire, écrire à Flora Lorente : ehehi@cvz.es


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.