Séance du 13 décembre. Editer l’histoire au présent. Programme détaillé.

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 13 décembre

 file:///Users/dominiquedupart/Desktop/Vacarme57_bar61.jpg

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

[Le titre de mon intervention fait signe vers l’entretien que Vacarme a réalisé, il y a dix ans, avec Pierre Vidal-Naquet [http://www.vacarme.org/article205.html]. Il incarne à lui seul ce que la revue essaie de faire depuis sa création : écrire au présent – c’est-à-dire écrire pour et dans le présent – à la confluence des savoirs savants et militants pour « s’orienter dans la pensée » et donc en action. Si cela semble parfaitement admissible quand il s’agit de se faire le porte-voix de travaux et recherches en sciences sociales du contemporain (sociologie, science politique, anthropologie…) dans la mesure où ce projet est quasiment consubstantiel de leur légitimité, cette ambition soulève des problèmes spécifiques avec les historiens – il y en a quelques-uns de métier dans le comité de rédaction mais ce sont des échanges avec ceux de renom (Philippe Artières, Anne Cheng, Alain Corbin, Arlette Farge, Gérard Noiriel, Régine Robin, Jean-Pierre Vernant…) que nous avons rencontrés dont il sera essentiellement question ici. En effet, d’une part, l’écriture de l’histoire entretient des rapports compliqués avec les savoirs militants souvent suspectés d’être subjectifs et partisans. D’autre part – et ce sera là le nœud principal qu’il faudra dénouer – s’intéresser aux temps passés en postulant d’emblée que c’est pour en faire usage qu’on se tourne vers eux, qu’ils portent, au-delà des réalités qu’ils font ressurgir, une vérité à conjuguer au présent, nous expose aux reproches d’instrumentalisation, et par conséquent de falsification. Je déplierai ainsi les tours et détours par lesquels nous nous efforçons de faire malgré tout – et surtout envers et contre tout – (de) l’histoire « de près, de loin » (titre de l’entretien réalisé avec Carlo Ginzburg en 2001 [http://www.vacarme.org/article235.html]). Où il apparaîtra qu’il en va avec exigence d’une certaine politique de la vérité.]

 

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

 

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot) : « Ecrire l’histoire : ou le présent de la recherche entre littérature et histoire »

[A partir de mon expérience de co-directrice de publication de la revue Ecrire l’histoire, je proposerai quelques observations sur la question de l’interdisciplinarité, sur les rapports des littéraires, historiens de l’art, esthéticiens, etc… à l’histoire, sur les rapports des historiens à la littérature et  aux arts, pour ensuite réfléchir sur les chances et les risques qui sont le propre d’une revue interdisciplinaire.]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.