Histoire(s) du présent. Programme (provisoire) des numéros 2013 de la revue Ecrire l’histoire

Numéros Histoire(s) du présent

Sylvie Aprile et Dominique Dupart (dir.)

Revue Ecrire l’/Histoire, numéros 2013

Claude Millet et Paule Petitier (dir.)

Notice d’intention (rappel) :

 

La revue Ecrire l’histoire (Paris-Diderot/Cerilac), revue interdisciplinaire Littérature et Histoire, consacre au présent ses deux numéros semestriels de l’année 2013. Ce présent qui s’écrit et qui, s’écrivant, agit sur son écriture se conçoit simultanément comme catégorie épistémologique et comme condition d’une recherche historienne et littéraire en mesure de s’emparer de son temps et de son histoire. Ecrire le présent, écrire au présent, ou encore considérer possible différentes histoires du présent est inséparable d’une réflexion sur les régimes d’historicité contradictoires qui définissent notre rapport au monde [Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten [Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques], 1979 ; Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, 2002]. De même, la transformation possible de l’inactuel du passé en question actuelle, voire en actualité ainsi que ses divers usages politiques, questionnent notre rapport au présent : nul ne sait a priori quand commence et quand finit le présent de l’histoire et ce qui le forge à notre regard [Baschet in Hartog et Revel, Les usages politiques du passé, 2001]. À ce titre, le présent de l’histoire intéresse la recherche en histoire et en lettres, et la littérature proprement dite : car le temps du présent est un temps hybride, créatif, davantage un champ d’expérience qu’un repère, qu’un curseur de l’histoire. Des modes d’investigations croisés sont donc seuls en mesure de lui rendre justice, lui qui s’écrit en raison du passé et de l’avenir à mesure qu’on l’explore. [Barthes ; N.Z. Davis, Fiction in the Archives: Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France ( Récits de pardon en France au XVIe siècle) 1987].

Les deux numéros consacrés à l’écriture du présent accueilleront aussi bien des contributions sur la définition du temps présent pensé par les contemporains du passé, sur l’épistémologie qui nourrit l’origine et la réflexion d’écoles historiques et d’historiographies nationales [I.H.T.P., Zeitgeschichte allemande, historia reciente en Amérique latine]  que les tentatives de penser historiquement le présent en cours en tentant de le ressaisir au moyen d’une pratique d’écriture ou de recherche spécifique dont les enjeux seront chaque fois explicités. Comment concevoir aujourd’hui la modification des supports et le rôle des témoignages, de la mémoire collective, de l’usage et des métamorphoses de l’archive initiée par l’apparition des humanités numériques, et des dites nouvelles technologies ? L’actualité récente du printemps arabe témoignerait d’un nouveau rapport au temps et à l’espace qui ferait de l’accélération du temps de l’histoire la condition d’une possibilité nouvelle de son écriture, dans les champs des deux disciplines Littérature et Histoire ou, plus largement, dans le cadre de la création poétique ou artistique. La création théâtrale portée par le metteur en scène Vinaver sur l’événement du 11 septembre 2001 est aussi le signe que, lorsqu’elle est écrite au présent, l’histoire est souvent cause d’un déplacement de l’acte poétique dans la sphère de la représentation historiographique. Enfin, le présent est autant une expérience de l’histoire pour celui qui s’en empare par la lecture, par l’écriture ou par la création que pour l’historien ou le littéraire qui tente de penser le passé en l’engageant volontairement dans le temps contemporain [Benjamin, Sur le concept d’histoire, 1942 ; Foucault, Entretien avec D. Trombadori,1980]. C’est pourquoi l’écriture du présent, son étude, sont inséparables d’une réflexion sur la censure, sur son actualité et sur les pratiques qui la contournent [Combes, Archives interdites, 2010].

Cependant les deux numéros seraient incomplets si l’écriture du présent se concevait séparément de toutes les pratiques destinées à rendre notre réception des textes délaissés, inconnus ou plus simplement écrits en langues étrangères. La traduction mais aussi l’édition sont autant de gestes d’écriture et d’articulation des formes qui façonnent le présent et son histoire poétique. D’autres media que l’écriture, le cinéma, le théâtre, et même la pratique de l’exposition et la réflexion critique qui l’accompagne dans le monde de l’art contemporain sont aussi les foyers d’une réflexion sur l’historicité du présent : la photographie, la documentation, le changement d’échelle, la redécouverte des textes et des œuvres fondent autant une actualité dynamique que des possibilités de distance critique sur le temps qu’ils explorent en tant que contemporains. Ainsi, l’écriture de l’histoire, à l’occasion de ce double numéro, est elle aussi destinée à s’ouvrir à la création. Celle-ci a en dernier lieu partie liée avec le développement de nouvelles technologies qui ne se résument à pas l’utilisation d’ordinateurs, de logiciels ou de bases de données et à la transformation des méthodes documentaires et critiques . « L’histoire 2.0 » [Serge Noiret]  ; « les humanités numériques » , « le digital turn » ont aujourd’hui acquis une place dans la réflexion épistémologique des historiens dans et au-delà de la toile [Roy Rosenzweig].

 

 

 

 

 

  1. Penser le présent

 

François Dosse[1]  : « Le présent est davantage que l’instant »

La question centrale de cette contribution est de penser la singularité de l’histoire du temps présent, ce qui la différencie de l’histoire immédiate ou du très contemporain. Celle-ci réside dans la contemporanéité du non contemporain, dans l’épaisseur temporelle de l’espace d’expérience, de toute l’épaisseur du présent du passé. L’histoire du temps présent n’est donc pas une période nouvelle a ajouté aux quatre « vieilles », amis un nouveau regard sur le passé, scrutant ses usages, ses réemplois, ses recyclages. Pour étayer cette position, on s’appuiera sur la problématique des Lieux de mémoire de Pierre Nora, mais on mobilisera aussi l’histoire de  la pensée du temps depuis saint-Augustin, Kierkegaard, Bergson, Husserl, Gadamer, Deleuze… On montrera par ailleurs que la notion de temps présent est doublement issue de la cristallisation du sens et de l’hétérochronie qui est le temps non linéaire scruté par les psychanalystes et les herméneutes.

 

Judith Lyon-Caen[2] : « Barbey d’Aurevilly, le présent impossible: une histoire politique ». Ou encore :  « Le présent vide: une histoire politique »

Je voudrais montrer comment dans certains écrits, surtout romanesques de Barbey, le vide du présent (par rapport à un passé saturé d’images et de souvenirs) peut se lire, dans une analyse historienne de l’écrit, comme un effet, ou un travail, non thématisé, du ralliement “malgré tout” à des régimes politiques (le Second Empire puis la IIIe Rep). Explorer ainsi le présent vide de Barbey relève d’une histoire “politique” qui ne prend pas pour objet

des écrivains, leurs itinéraires, leurs positions, leurs opinions, mais leur écriture, dans leur rapport au temps. On pourra regarder, en contrepoint, d’autres écritures qui “évident” le présent, dans ce même temps politique des années 1850 – chez Hippolyte Castille par exemple. Et ce serait une manière d’entrer en discussion avec les analyses de Ginzburg sur Flaubert, toujours considéré, dans une sorte de position littéraire supra-historique que Flaubert a tant travaillé à constituer, comme l’unique écrivain des spasmes historiques du milieu du XIXe siècle.

 

Peter Schöttler [3]: « La Zeitgeschichte allemande, entre révisionnisme et autocritique »

 

  1. 2.     Inventer le présent

 

Emmanuel Bouju[4] : « Force diagonale et actualité du passé : le roman istorique contemporain »

« La “force diagonale” qu’évoque Arendt se retrouve mobilisée par une certaine fiction contemporaine qui vise l’actualité du passé en déplaçant le paradigme du roman de l'”histor” (conçu sur le modèle du narrateur enquêteur) vers celui de l'”istor” (conçu comme fiction du temoin oculaire) — pour reprendre la distinction diacritique de Benveniste. »

 

Florence de Chalonge[5] : « Actualité, événement et historicité dans L’Eté 80 de Marguerite Duras »

Romancière, Marguerite Duras configure peu ses histoires, tout en accordant une place centrale à l’événement comme rupture et entrave ; femme d’engagements, fidèle à un « communisme de pensée » (pour reprendre l’expression de Dionys Mascolo), elle délaisse cependant dès 1950 tout militantisme et pensée doctrinaire. Depuis 1968, seule l’utopie l’intéresse. Lorsqu’en 1980, le directeur de Libération, Serge July, lui demande d’écrire pour son journal des chroniques qui se consacreraient à l’ « actualité parallèle » délaissée par l’ « information d’usage », Duras accepte. Deux mois durant, à raison d’un mercredi par semaine, elle arrête ou épouse le « passage du temps » : on y suit « la grève calme des ouvriers du chantier naval de Gdansk », l’amour fou d’une jeune monitrice de colonie de vacances pour un enfant à qui elle donne rendez-vous à sa majorité « le 30 juillet à minuit », l’arrivée auprès de la chroniqueuse du « vous » qui deviendra à l’automne « Yann Andréa », le dédicataire du livre. Cet été-là, « sur Gdansk j’ai posé ma bouche et je vous ai embrassé », nous apprend Duras. Ecriture du présent, et au présent, la chronique de L’Eté 80 fabrique l’événement tout comme elle interrogera son historicité par sa réécriture, douze ans plus tard, sous le titre de Yann Andréa Steiner.

 

Emilie Lumière[6] : « Écrire le passé au présent : réflexions épistémologiques et perspective mémorielle »

Il s’agit d’analyser un corpus de pièces dont le point commun est de mettre en scène le processus d’écriture de l’histoire. Certaines se centrent sur l’activité historienne, comme par exemple Yo, maldita india de Jerónimo López Mozo ou La tortuga de Darwin de Juan Mayorga, la première évoquant le chroniqueur Bernal Díaz del Castillo en train de composer sa célèbre Historia Verdadera de la Conquista de Nueva España sous le regard critique du personnage fantomatique de La Malinche, la seconde mettant en scène un historien d’aujourd’hui, dont les travaux sont mis en doute par un étrange personnage, mi-veille femme, mi-tortue, témoin intrahistorique des grands événements du siècle passé. Ces deux pièces symbolisent, de façon métaphorique, plusieurs débats historiographiques actuels, notamment ceux opposant histoire académique et histoire orale, histoire et mémoire, grande histoire et petite histoire, etc. D’autres textes abordent la question des politiques historiographiques mises en œuvre par les états : l’enseignement de l’histoire (El sudario de tiza de José Sanchis Sinisterra), le monument historique (El arquitecto y el relojero de Jerónimo López Mozo) ou le thème de la commémoration (Homenaje a los malditos d’Eusebio Calonge). Plusieurs pièces, enfin, problématisent l’écriture de l’histoire par le médium artistique, comme Tierra a la vista de Manuel Martínez Mediero ou Yo tengo un tío en América d’Albert Boadella. Ce dernier texte, par exemple, initialement commandé à son auteur par l’Exposition Universelle de Séville dans le cadre du centenaire de la « Découverte » de l’Amérique, et finalement évincé du programme, offre, plutôt qu’une représentation de 1492, une véritable parodie de la propre commémoration de 1992…

lumiere_emilie@yahoo.fr

 

Marc Vernet[7] : « 1915 : Hollywood met en scène l’Arménie ».

Créée officiellement en juillet 1915 – en réalité quelques mois auparavant, la Triangle met en production dès la mi-août un grand film dramatique, The Despoiler, consacré au drame arménien, enclenché en février de la même année. Le film est projeté en décembre 1915 dans le cadre d’une opération de prestige. On s’interrogera, sur la base de l’unique copie rescapée, conservée à la Cinémathèque française, sur les moyens mis en œuvre et sur les raisons qui ont fait que cette nouvelle unité de production s’est si tôt emparé du drame arménien.

 

Sophie Wahnich[8] :  « L’inscription du présent de l’histoire et du présent de l’aujourd’hui dans Notre terreur (Colline 2009 «et Colline 2010) et dans Allégorie Forever (Ambronay 2010.) »

Montrer le présent de l’histoire au théâtre, permet de sentir à nouveau que rien n’est jamais joué d’avance et que l’écriture historienne fabrique trop souvent des monuments englués dans la béchamel bouche trou apte à faire du récit avec toute ruine ». Mais il ne s’agit pas seulement de restituer l’incertitude du présent du passé, mais aussi la difficulté du passage des temps, écrire l’histoire au présent c’est aussi l’écrire pour notre présent. Comment opérer dans l’écriture et la dramaturgie ce passage des temps, quelle place peut y tenir l’historicisme, l’anachronisme ? En nous appuyant sur deux créations de 2009, nous examinerons comment l’écriture théâtrale et musicale pose ces questions et tente d’y répondre.

  1. Ecrire au présent

 

Kmar Bendana[9] : « Ecrire l’histoire au présent aujourd’hui en Tunisie »

Ecrire l’histoire au présent aujourd’hui en Tunisie est une nécessité qui s’impose d’elle-même. Cela tient en partie au déclenchement soudain de la Révolution tunisienne qui, en plus de la parole a libéré tout un régime de phénomènes, à une allure inédite. Les événements qui arrivent aujourd’hui à la surface sont d’autant plus incontrôlés que le rythme à travers lequel ils se diffusent rend le retour sur le temps et l’histoire difficile. La deuxième raison qui rend cette écriture nécessaire se situe dans la situation du journalisme et des sciences sociales. Le journalisme, activité appauvrie par des décennies de maltraitance du métier et des citoyens sonne une urgence alors que les moyens (en termes humains, matériels et cognitifs) manquent. Les sciences sociales, confinées dans l’université, sont prisonnières de pratiques académiques qui les coupent d’une demande sociale existante certes mais peu irriguée par une production lointaine et à usage d’expertise plus ou moins efficace.

Pour ma part, et en tant qu’historienne du contemporain, je fonctionne à « flux tendus ». Je réponds aux demandes démultipliées du moment qui, pour la première fois de mon expérience de chercheur, sont plus locales qu’externes ; elles vont du journal quotidien à la revue scientifique, en passant par les magazines culturels et les dossiers thématiques de la presse. Ce sont les médias de la place ou plutôt les exigences de la médiation qui me font pratiquer aujourd’hui une écriture que j’aurais considérée comme « impure » il y a quelque temps mais qui est vitale, autant pour comprendre les références idéologiques par exemple que les gestes politiques en cette phase très floue. Par ailleurs et alors que je m’efforce depuis des années de systématiser l’usage de l’anglais, depuis janvier 2011, j’éprouve le besoin d’écrire en français et en arabe. De formation bilingue, je mixe volontiers mes interventions orales (enseignement et communication) entre l’arabe et le français, qui sont les deux langues de l’université. J’écris habituellement mes articles scientifiques en français et depuis quelque temps, je m’efforce d’en traduire le maximum du français à l’arabe. Ces remarques me font dire que cette histoire au présent bouleverse pour moi les cadres de la médiation autant que les outils de travailler et de réfléchir à l’histoire contemporaine de la Tunisie, sa culture et ses références, dont je suis aussi le produit. Ce sont quelques éléments d’une expérience en cours auxquels j’aimerais bien réfléchir avec d’autres, plus lointains. Si vous acceptez ce deal, je serais très heureuse de participer à votre numéro spécial.

 

Malika Rahal[10]: « Une histoire du temps présent est-elle possible pour l’Algérie? »

L’histoire contemporaine de l’Algérie se divise entre une histoire dense de la période coloniale (et surtout, de la guerre d’indépendance), et une période de l’Algérie indépendante qui n’existe pas comme champs de recherche pour les historiens. Après enquête, il apparaît qu’il n’y a aucune thèse menée dans un département d’histoire en Algérie portant sur cette période. 1962 apparaît donc comme la fin de l’histoire. Cet article explore les conditions de cette absence : conditions archivistiques, contraintes politiques et narratives, contexte légal (rôle notamment des lois d’amnistie qui ont suivi la guerre civile des années 1990) et situation des départements d’histoire. D’autre part, qu’est-ce qu’une société, qu’un pays sans histoire ? Quel impact cela a-t-il sur la façon dont les témoins se racontent dans un pays qui sort de deux guerres ? Et de part et d’autre de la démarcation de 1962, quels sont les thèmes qui demeurent inabordés et inabordables par les historiens ? Le grand impensé on le verra, c’est l’impossible unité, la violence interalgérienne, et la confrontation réitérée de plusieurs entre-soi, pour utiliser le concept développé par l’anthropologue Françoise Héritier. Et qu’en est-il d’autres formes de récit du passé qui se développent depuis l’infitah (l’ouverture) de 1988 dans la presse, et plus récemment en ligne ? Malgré la vitalité de leurs critiques, elles ne parviennent pas à faire tomber les interdits, contribuant même parfois à durcir l’histoire officielle héroïque qui interdit le développement d’une véritable histoire contemporaine du pays.

 

Sylvain Venayre[11] : « L’impératif du présent ?L’histoire en français et le présent de l’indicatif »

A quel temps écrit-on l’histoire ? La question travaille tous ceux qui écrivent sur le passé, à commencer par les historiens de profession. Elle a pourtant fait l’objet de très peu d’études. Alors même que nous commençons à disposer de bibliothèques entières sur la critique du récit historique,rares sont les textes qui se proposent d’élucider le choix que font les historiens d’écrire au passé ou au présent. La seule réflexion un peu systématique a été proposée par Jean Leduc, dans un chapitre d’un livre intitulé Les Historiens et le temps, qui se donne bizarrement comme une synthèse. Et Leduc de faire ce constat : depuis une cinquantaine d’années, les historiens auraient eu tendance à abandonner l’écriture au passé au profit d’une écriture au présent (le futur étant, de toute façon, proscrit par les normes académiques). Bien sûr, Leduc n’est pas dupe de son propre constat : l’évolution globale masque une pluralité d’usages et, du reste, différents temps peuvent être utilisés dans le cadre du même ouvrage. Le constat n’en demeure pas moins : le présent semble s’imposer sous la plume des historiens contemporains. Cet article se propose de reprendre la question : d’une part, en établissant l’inventaire des rares réflexions sur les temps auxquels on écrit l’histoire (Leduc, mais aussi Rancière, voire Carrard, etc.) ; d’autre part, en partant de l’hypothèse que l’écriture n’est pas la dernière étape d’une recherche historique, le moment où le chercheur expose ses résultats, mais qu’elle est une des modalités, et non la moindre, du processus même de “découverte” des résultats. En ce sens, l’évolution du discours sur le temps auquel on écritl’histoire donne à voir, lui aussi, les évolutions plus générales des conceptions récentes de la recherche historique.

 

  1. Traductions

 

 

Abigail Lang [12]

 

Sacha Zilberfarb[13] :  XXX

(Edgar Hilsenrath, Nuit, éd. Attila, trad. Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb. Paru, le 19 janvier)

Si traduire Nacht (Nuit) de Edgar Hilsenrath engage un rapport au présent de l’histoire, c’est avant tout par ce que ce roman, dans son élaboration même, porte directement la marque d’un entrecroisement du présent et de l’histoire. Son temps d’écriture (très long, douze ans de 1948 à 1960)  le fait passer d’un récit quasi « à chaud » inspiré de l’expérience vécue de l’auteur (l’histoire se déroule pendant quelques mois de 1942 dans un ghetto ukrainien) à un écart progressif entre ces deux présents que sont celui du vécu et celui de l’écriture – écart où s’inscrit l’histoire d’une vie : pendant ces douze ans de gestation, l’auteur aura lui-même traversé des lieux (Bucarest, la Palestine, la France, les Etats-Unis), varié les expériences, se sera transformé, inventé, fait bouger une écriture. Nuit remet si délibérément du présent dans l’histoire que la narration écrite au présent y relaie régulièrement, à chaque chapitre, le récit au passé. Cet entrecroisement des temps fait partie de la matière même de ce terrible récit. Éloignement et rapprochement trahissent comme une tentative constante d’ajustement de l’histoire écrite à l’histoire vécue, qui témoignerait en creux de ce qu’aucun récit – fût-il témoignage ou fiction –, ne sera parfaitement ajusté à la vérité de l’expérience vécue. Mais plutôt que d’interroger cet impossible, Hilsenrath en joue, travaille à pleines mains la fiction en la soulignant en permanence : l’outrance, le grinçant, la rupture de ton, le dialogue comique… autant d’armes qui remettent un présent d’écriture dans l’histoire vécue de l’auteur.

Dès lors, le travail de la traduction s’impose naturellement, dans le cas de Nuit (mais n’est-ce pas le cas de toute traduction ?) comme un écho fidèle à ce jeu de va-et-vient entre temporalités différentes. Elle s’attache à son tour à trouver l’idiome, le rythme, le style qui dise au mieux l’écart inévitable qui est le sien entre la langue d’hier et celle d’aujourd’hui. Hilsenrath ne s’y prend pas autrement : au fond, Nuit serait comme une traduction, dans la fiction, de la terrible expérience du ghetto vécue par son auteur.

 

  1. Lectures

 

Christophe Hanna [14] : XXX

1- l’idée d’une littérature qui exploite les institutions de la littérature de façon à opérer des actions opportunistes dans des contextes voisins, Je partirai de l’exemple de la litanie de Hollande.

2- l’idée que ces actions peuvent avoir d’autres effets que ceux couramment pensés en nouvelle rhétorique ( par exemple chez Ponge) Elle peuvent produire des “analyses institutionnelles” dont je vais décrire certains aspects et que je vais distinguer des modèles qu’on connaît dans l’analyse institutionnelle “classique” de Lourau entre autres.

Cette littérature ne produit plus de vision totalisante comme dans la grande tradition romanesque que décrit par exemple Jameson, mais des analyses locales d’institutions.

 

 

Guillaume Robert[15] : « Esquisses de théories et pratiques plasticiennes de l’histoire »

Il propose dans son article Propagande une théorie dynamique de propagation des émeutes. Il a conçu cet article avec Nicolas Coltice (géophysicien, Lyon 1). Nicolas a mis à disposition du projet ses méthodes, ses outils. Cette modélisation scientifique pousse donc comme une forme de fiction sérieuse entre des outils de “sciences dures”, et des enjeux de sciences historiques et politiques. Se référant à Feyerabend (Contre la méthode), mais également à ce que fut le marxisme (positivisme, rationalisation, science), Guillaume cherche à provoquer une réflexion épistémologique et politique. Il prend à sa manière à bras le corps un genre artistique historique, la vanité, pour tenter d’en proposer une forme contemporaine. Cet article, forme de pastiche, se joue en effet de la puissance de connaissance et d’action de l’homme. Les vanités convoquaient en un même espace (comme une installation étrange) la science, l’art, le beau, le politique… et proposaient par cette saturation symbolique de l’espace une méditation sur l’existence. Ici, au lieu de représenter ces objets, il s’agirait d’y jouer, de produire de la science, de la science politique et historique, en tout cas des formes s’y référant, mais bâtir sur une branche sciée.

En complément de cet article Guillaume propose de documenter quelques uns de ces projets directement articulés sur de récents faits historiques (les miradors d’Algérie (à la suite de la guerre civile algérienne), les générateurs de Gorazde (pendant le siège de la ville), le crochet à caténaires de TGV…). Ces projets sont proches d’une pratique de reconstitution historique, ils ouvrent également une réflexion sur la sculpture, le dessin, la valeur d’usages des objets artistiques.

avatarbleu@gmail.com

 

Julie Savelli[16] : « Arnaud des Pallières. L’histoire réactivée par l’expérience du récit cinématographique »

Le cinéaste Arnaud des Pallières interroge l’Histoire et la réactive par les moyens de l’écriture cinématographique,  dissociant le voir et le parler, travaillant à l’endroit où le documentaire rencontre la fiction, et réciproquement. Avec beaucoup de justesse, de poésie et de rigueur, ses films font l’expérience complexe du récit collectif, comme une tentative de résister à l’oubli et de « présentifier » notre réalité, « ce qui, quand on cesse d’y croire, ne s’en va pas » dit le cinéaste dans son film Disneyland, Mon vieux pays natal (2001, 46′), citant l’auteur américain de science-fiction Philip K. Dick. Nous nous intéresserons aux manières de faire et de penser d’Arnaud des Pallières qui utilise la langue du cinéma pour réactiver la présence de Gilles Deleuze dans Qu’est-ce que l’acte de création ? (1987, 49′), la mémoire des camps de concentration dans Drancy Avenir (1996, 84′), la vie et l’œuvre de Gertrude Stein dans Is Dead (Portrait incomplet de Gertrude Stein), le mythe américain dans Diane Wellington (2010, 16′) et Poussières d’Amérique (2011, 100′).

 

  1. 6.     Compte-rendus

 

Hervé Mazurel : XXX

Deux comptes-rendus des ouvrages de François Hartog et Reinhart Kosseleck.

 

 

  1. 7.     Entretiens

 

Vincent Casanova[17] : Entretien avec Patrick Boucheron/ «  Strette* ou l’histoire en strates »

* Une strette renvoie à l’écriture musicale contrapuntique : il s’agit de la section (souvent finale) d’une fugue (une forme musicale qui superpose différentes lignes mélodiques : c’est un art de la polyphonie) au cours de laquelle les différentes voix entrent de manière rapprochée.

Patrick Boucheron place tout son métier d’historien médiéviste dans le sillage de Walter Benjamin et définit l’histoire comme une « politique de la trace ». Spécialiste tout à la fois d’histoire urbaine italienne – un domaine où les empilements des plateaux temporels sont légion – et depuis peu engagé dans une réflexion sur les modalités d’écriture des historiens – à travers la figure de Georges Duby – via une étude de ses manuscrits et en regard de l’écriture romanesque contemporaine – Boucheron a développé un travail qui veut rendre « à l’anachronisme tout son rôle dans l’opération historiographique ». De ce point de vue, ses obsessions thématiques – la capacité des pouvoirs à s’imposer par la violence douce de l’incorporation, la force de persuasion des images, la dissémination des notions d’autorité, la matérialité de la culture etc… – résonnent ici et mainteant. Et ce d’autant qu’il ne dédaigne ni la vulgarisation, ni la conjugaison des temps. C’est très précisément celle-ci qu’il ausculte dans son dernier ouvrage L’Entretemps où, à partir d’un très brillant commentaire des Trois philosophes de Giorgione, il engage rien moins qu’une démonstration sur la succession des âges de l’histoire. Cherchant à désœuvrer le cours glorieux des siècles, il y écrit au présent pour mieux trouer le temps et faire histoire – ce qui il ne s’en cache est sa manière de trouver les lieux où peut se dire le politique. Dans son mémoire d’habilitation programmatique intitulé Faire profession d’historien, on peut lire ceci : « les historiens savent bien que les lieux ordinaires de surgissement du neuf sont les recoins inaperçus, souvent modestes, d’un passé plus ancien ». L’entretien sera notamment consacré ainsi à ce curieux pli du temps, passé et présent, que l’historien fait converser.

 

 

 

Sylvie Aprile : Entretien avec Christian Delacroix, auteur (entre autres) de Historiographies. Concepts et débats, sous la direction de Chr. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, 2 volumes, Folio histoire inédit, 2010, t 1 et 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Quelques ouvrages de François Dosse : L’histoire en miettes, des Annales à la Nouvelle Histoire, Paris, La Découverte, 1987 – Presses-Pocket – Livre de poche,  1997, rééd. poche-La Découverte, 2002, 2010/ Histoire du structuralisme. Le champ du signe, 1945-1966, tomes 1 et 2, Paris, La Découverte, 1991 – Hachette, Livre de poche, collection Biblio-Essais, 1995./ Paul Ricoeur et Michel de Certeau. L’histoire entre le dire et le faire, édition de L’Herne, 2006.

[2] Quelques ouvrages de Judith Lyon-Caen : L’Historien et la littérature, Paris, La Découverte, collection “Repères”, 2010, 128 pages, en collaboration avec Dinah Ribard ; La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006, 383 p.

[3] Quelques ouvrages de Peter Schöttler : Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’Etat à la fin du XIXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1985 (trad. all.) ; (éd.) Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft 1918-1945, Francfort, Suhrkamp-Verlag, 1997 (trad. japon.)(éd.) Marc Bloch – Historiker und Widerstandskämpfer, Francfort, Campus-Verlag, 1999. « Zone Interdite : Vergangenheiten einer Zunft », in : Belinda Davis/Thomas Lindenberger/Michael Wildt (éds.), Alltag, Erfahrung, Eigensinn. Historisch-anthro-pologische Erkundungen [Mélanges Alf Lüdtke], Frankfurt/Main, Campus, 2008, pp. 389–402.

 

[4]  E. Bouju (sous la direction de), Ecrire après les totalitarismes (1945-1995), n° spécial 282 de la Revue de Littérature Comparée, Paris, Didier-Erudition, avril-juin 1997 ; E. Bouju, Réinventer la littérature : démocratisation et modèles romanesques dans l’Espagne post-franquiste, préface de Jorge Semprún, Toulouse, PUM, mars 2002 ; E. Bouju, La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du vingtième siècle, Rennes, PUR “Interférences”, janvier 2006.

 

[5]  Bibliographie du XIXe siècle : lettres, arts, sciences, histoire (année 1998), Paris, SEDES, 227 p., 1999 (en collaboration avec Claude Duchet) ;  Espace et récit de fiction : le cycle indien de Marguerite Duras, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (coll. « Objet »), 2005, 264 p. ; Marguerite Duras, Œuvres complètes, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), sous la dir. de Gilles Philippe, 4 vol., à paraître 2011-2014. 
à paraître en octobre 2011 (vol I-II)

 

[6] ATER à l’Université Toulouse II, achevant une thèse de doctorat sur le théâtre métahistorique en Espagne (1980-2010), sous la direction de Monique Martinez Thomas (Université Toulouse II) et de Wilfried Floeck (Université Justus-Liebig de Giessen, Allemagne). « Le personnage historique dans le théâtre espagnol du xxe s. : influence du contexte politique et historiographique », colloque international Le personnage historique de théâtre de 1789 à nos jours (Université de Rouen ; 7- 9 novembre 2011).

 

[7]

[8]  La liberté ou la mort, essai sur la terreur et le terrorisme, Paris, la fabrique éditions, 2003 ; Lyon en Révolution, des objets qui racontent l’histoire, Lyon, EMCC, juin ; L’impossible citoyen, l’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997

[9] Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de La Manouba. Ses travaux portent sur l’histoire de la culture et des intellectuels en Tunisie aux XIXe et XXe siècles. Elle est membre du comité de rédaction de la revue IBLA et chercheur associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain ;http://multitudes.samizdat.net/Pour-que-d-autres-Bouazizi-soient,3394; http://hctc.hypotheses.org/author/hctc;

 

[10] Ali Boumendjel. Une histoire algérienne. Une affaire française, Les Belles Lettres, 2010, et Édition Barzakh, Alger, 2011 ; http://www.laviedesidees.fr/Comment-faire-l-histoire-de-l.html; http://texturesdutemps.hypotheses.org/

 

 

 

[11] Rêves d’aventures. 1800-1940, Paris, La Martinière, 2006, 223 p. ; La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne. 1850-1940, Paris, Aubier, coll. « Historique », 2002, 350 p. ; Histoire politique de la France (1870-1940), Paris, Hachette, 2001, 190 p.

 

[12] Le monde compte rendu. Lectures de Louis Zukofsky, ENS-éditions, à paraître.
• A Prank of Georges (avec Thalia Field), Ithaca, N.Y., Essay Press, 2010.
• Double Change, Archive filmée de poésie | A Film Archive of Poetry, vol. 1 & 2. Ed. Lang & Pasqualini, MMM | Presses du réel, 2009.
• Mode & Contre-Mode. Propos sur la mode de Montaigne à Perec, Éditions du Regard & IFM, 2001.

[13] ttp://www.vacarme.org/auteur17.html ;

 

[15] Guillaume Robert est artiste plasticien. Sa pratique se nourrit de nombreux matériaux et formes. Quand il choisit un matériau, une source, un projet c’est guidé par le soucis de faire émerger en un objet, en un processus, une pluralité d’enjeux (historique, artistique, politique, philosophique…).

 

[17] Vincent Casanova a déjà réalisé de nombreux entretiens avec des figures de l’histoire et des études littéraires : Alain Corbin, Philippe Artières, Régine Robin, Anne Cheng, Florence Dupont. Ils sont tous accessibles sur le site www.vacarme.org. Par ailleurs il prépare (depuis bien trop longtemps) un doctorat d’histoire contemporaine sur « les musiques en banlieue rouge dans les années 1950. »

 

Séance du 3 avril. De l’usage du récit dans le Village des Cannibales d’Alain Corbin. Un exemple d’historiographie contemporaine. Lectures croisées du récit des massacres (chapitre III)

 

La prochaine séance du séminaire Créer l’Histoire sera un peu particulière. 

 

D’où son titre :

 De l’usage du récit dans le Village des Cannibales, d’Alain Corbin
Un exemple d’historiographie contemporaine
Lectures croisées du récit des massacres (chapitre III)

Mardi 3 avril
17H-19H30
salle Froissart
(nous commencerons une demi-heure plus tôt pour la mener à bien)

Le Village des Cannibales se lit comme un roman … et pourtant c’est bien un livre d’histoire écrit par un historien qui traite d’un massacre accompli en 1870 à Hautefaye, en Dordogne.
Un énoncé des faits à l’origine du livre  :  “Le 16 août 1870, à Hautefaye, en Dordogne, des centaines de paysans en armes font subir les pires sévices à un jeune aristocrate nommé Alain de Moneys accusé de sympathies républicaines. Ses meurtriers seront arrêtés, jugés et condamnés à la guillotine.”
L’idée, c’est de lire à plusieurs le chapitre III du livre d’Alain Corbin.
Comme l’objet est commun, l’enjeu sera plus clair et aussi vous pourrez trouver plus facilement votre place dans la discussion.
 Si un tel dispositif vous intéresse, je vous encourage a à lire ce fameux chapitre III ( et aussi, si vous le souhaitez, le livre en entier qui est absolument passionnant et aussi pas trop gros, dans tous les cas très instructif). 

Louis Hincker (Valenciennes) , Sylvie Aprile (Lille III), Claude Millet (Paris-Diderot),  moi-même, 
 discuteront avec vous  dans un premier temps de la présence du récit, de sa portée, de ses enjeux dans le livre et plus particulièrement dans son chapitre III
Puis,  dans un deuxième temps, Louis Hincker prendra  la parole. Ensuite, reprise de la discussion et conclusion-bilan sur cette première année du séminaire. 

Séance du 13 décembre. Editer l’histoire au présent. Programme détaillé.

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 13 décembre

 file:///Users/dominiquedupart/Desktop/Vacarme57_bar61.jpg

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

[Le titre de mon intervention fait signe vers l’entretien que Vacarme a réalisé, il y a dix ans, avec Pierre Vidal-Naquet [http://www.vacarme.org/article205.html]. Il incarne à lui seul ce que la revue essaie de faire depuis sa création : écrire au présent – c’est-à-dire écrire pour et dans le présent – à la confluence des savoirs savants et militants pour « s’orienter dans la pensée » et donc en action. Si cela semble parfaitement admissible quand il s’agit de se faire le porte-voix de travaux et recherches en sciences sociales du contemporain (sociologie, science politique, anthropologie…) dans la mesure où ce projet est quasiment consubstantiel de leur légitimité, cette ambition soulève des problèmes spécifiques avec les historiens – il y en a quelques-uns de métier dans le comité de rédaction mais ce sont des échanges avec ceux de renom (Philippe Artières, Anne Cheng, Alain Corbin, Arlette Farge, Gérard Noiriel, Régine Robin, Jean-Pierre Vernant…) que nous avons rencontrés dont il sera essentiellement question ici. En effet, d’une part, l’écriture de l’histoire entretient des rapports compliqués avec les savoirs militants souvent suspectés d’être subjectifs et partisans. D’autre part – et ce sera là le nœud principal qu’il faudra dénouer – s’intéresser aux temps passés en postulant d’emblée que c’est pour en faire usage qu’on se tourne vers eux, qu’ils portent, au-delà des réalités qu’ils font ressurgir, une vérité à conjuguer au présent, nous expose aux reproches d’instrumentalisation, et par conséquent de falsification. Je déplierai ainsi les tours et détours par lesquels nous nous efforçons de faire malgré tout – et surtout envers et contre tout – (de) l’histoire « de près, de loin » (titre de l’entretien réalisé avec Carlo Ginzburg en 2001 [http://www.vacarme.org/article235.html]). Où il apparaîtra qu’il en va avec exigence d’une certaine politique de la vérité.]

 

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

 

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot) : « Ecrire l’histoire : ou le présent de la recherche entre littérature et histoire »

[A partir de mon expérience de co-directrice de publication de la revue Ecrire l’histoire, je proposerai quelques observations sur la question de l’interdisciplinarité, sur les rapports des littéraires, historiens de l’art, esthéticiens, etc… à l’histoire, sur les rapports des historiens à la littérature et  aux arts, pour ensuite réfléchir sur les chances et les risques qui sont le propre d’une revue interdisciplinaire.]

Séminaire Casa Veslaquez: Le récit à l’épreuve du passé; Entre fiction et réalité

Le récit à l’épreuve du passé

Entre fiction et réalité

17
février
15
juin 2012
Madrid
Séminaire

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), EA 3656 (AMERIBER, Bordeaux III), UMR 8566 (Centre de recherche sur les arts et le langage, EHESS), EA 4582 (LLACS, Montpellier III)

Présentation

Partant d’un intérêt commun pour la frontière mouvante entre fictionnalité et factualité dans les formes du récit contemporain, littéraire ou historique, des chercheurs se proposent de cerner les nouvelles stratégies de « récupération discursives du passé » commune à des aires culturelles différentes (Marta Marín-Dòmine). L’expérience se fonde sur une comparaison croisée de deux corpus de textes récents (traduits au français), l’un de l’aire hispanique, l’autre des aires d’Europe centrale et orientale. Les questions qui guident les chercheurs sont celles de la relation au passé traumatique, du rapport à l’archive et au document, de la constitution d’une génération de témoins « seconds » par rapport aux événements traumatiques narrés, et de la visée réflexive des nouvelles stratégies narratives. La relation à d’autres formes de récits sera également posée, notamment en histoire et dans les arts.

Organisation

Il s’agit d’un cycle de quatre journées d’étude qui ont lieu les vendredi 17 février, 20 avril, 18 mai et 15 juin 2012 à Madrid. La langue de travail est le français, éventuellement l’anglais.

Chaque session compte avec la présence d’un noyau de spécialistes de l’aire hispanique (péninsule Ibérique, Amérique latine) et de celles d’Europe centrale et orientale (Pologne, Serbie, Allemagne, Russie) : Jean-François Carcelen (Université de Montpellier III), Cecilia Gonzalez  (Université de Bordeaux III), Luba Jurgenson (EHESS-CRAL / Université Paris IV), Marta Marín-Dòmine (Universitat Laurier Toronto), Alexandre Prstojevic (EHESS-CRAL), Nathalie Sagne (Université de Montepellier III), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris IV). En outre, seront conviés des intervenants extérieurs et des auteurs.

Corpus d’étude

– Alan Pauls, Histoire des larmes, Christian Bourgeois, 2009 (ISBN : 978-2-267-02031-1).
– Ignacio Martínez de Pisón, L’encre et le sang, Markus Haller, 2009, (ISBN 978-2-940427-05-5).
– Jorge Semprún, Vingt ans et un jour, Gallimard, Folio, 2006.
– Javier Cercas, Soldats de Salamine, Le Livre de poche, 2005.
– Dulce Chacón, Voies endormies, Plon, 2004.
– Hans-Magnus Enzensberger, Hammerstein ou l’intransigeance. Une histoire allemande, Gallimard, NRF, 2010.
– Agata Tuszynska, Une histoire familiale de la peur, Grasset, 2006.
– David Albahari, Goetz et Mayer,  Gallimard, NRF, 2002.
– Leonid Guirchovitch, Schubert à Kiev, Verdier (à paraître en janvier 2012).
– Sergueï Lebedev, titre à préciser.

Programme

Vendredi 17 février : Corpus croisés
La séance se propose de mettre en regard des contextes croisés en Europe du Sud, en Amérique latine et dans l’Europe centrale et orientale : à quelle condition des passés douloureux différents, décalés dans le temps, sont-ils comparables du point de vue des stratégies discursives qu’ils ont engendrées ? Comment se sont construits ces traumatismes ? La séance se poursuivra par une lecture croisée des corpus étudiés.

Vendredi 20 avril : Archives, documents, récits
J.-F. Carcelen (Martínez de Pizón) et A. Prstojevic (Enzensberger) mèneront une étude comparée de la manière dont l’archive est convoquée dans le récit contemporain. La relation au document atteste la réalité traumatique en même temps qu’elle bouleverse le genre fictionnel : nouvelle marque du récit factuel, l’usage du document diffère-t-il là de celui de l’historien ?

Vendredi 18 mai : Témoins, témoignages, témoignaires
La question du témoignage direct a fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années. M. Marín-Dòmine (Semprún), F. Godicheau (Cercas) et M. Smorag-Goldberg (Tuszynska) poseront ici celle du basculement à un nouveau régime de témoignage qui caractéristique les récits des témoins « seconds ». La question du destinataire et, indirectement, de la réception de ces œuvres intéressera également : en quoi la réception, souvent très positive, révèle-t-elle un nouveau rapport au passé et incidemment peut-être, une redéfinition du rôle social de la littérature ?

Vendredi 15 juin : Récits / méta-récits
Un certain nombre de romans récents se tourne aussi bien vers les événements d’un passé historique douloureux que vers les récits – littéraires et autres − que ce passé a suscité et suscite encore. Ces récits deviennent, ainsi, matière et matériaux d’une écriture romanesque à portée méta-fictionnelle et méta-narrative qui sera étudiée par C. Gonzalez (Alan Pauls). Un dialogue sera engagé avec certains auteurs du corpus d’étude. La question de savoir ce qu’ils font à l’histoire leur sera posée. Pour finir, Agnès Delage parlera de la manière dont certaines expressions artistiques, notamment celles de García Alix, interrogent elles aussi le rapport au passé.

Conditions d’inscription

La participation au séminaire est gratuite mais soumise à condition :

Les participants, – jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, créateurs -, assistent à toutes les sessions afin de favoriser le travail collectif. Le certificat d’assistance ne sera délivré qu’à ceux qui auront participé à tous les ateliers.
Les participants s’engagent à lire le corpus étudié.
Le nombre des participants est limité à 25. Les personnes intéressées doivent obligatoirement remplir la fiche d’inscription avant le 1er février 2012. Elles recevront une confirmation d’inscription.

Les déplacements et le logement sont à la charge des participants (Pour les 2e, 3e et 4e sessions, réservations possibles à la Casa de Velázquez).  Le déjeuner de chaque session leur sera offert.

Pour tout renseignement supplémentaire, écrire à Flora Lorente : ehehi@cvz.es

Histoire(s) du présent : appel à communication pour la revue Ecrire l’histoire (Cerilac/Paris-Diderot)

La revue Ecrire l’histoire (Paris-Diderot/Cerilac), revue interdisciplinaire Littérature et Histoire, consacre au présent ses deux numéros semestriels de l’année 2013. Ce présent qui s’écrit et qui, s’écrivant, agit sur son écriture se conçoit simultanément comme catégorie épistémologique et comme condition d’une recherche historienne et littéraire en mesure de s’emparer de son temps et de son histoire. Ecrire le présent, écrire au présent, ou encore considérer possible différentes histoires du présent est inséparable d’une réflexion sur les régimes d’historicité contradictoires qui définissent notre rapport au monde [Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten [Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques], 1979 ; Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, 2002]. De même, la transformation possible de l’inactuel du passé en question actuelle, voire en actualité ainsi que ses divers usages politiques, questionnent notre rapport au présent : nul ne sait a priori quand commence et quand finit le présent de l’histoire et ce qui le forge à notre regard [Baschet in Hartog et Revel, Les usages politiques du passé, 2001]. À ce titre, le présent de l’histoire intéresse la recherche en histoire et en lettres, et la littérature proprement dite : car le temps du présent est un temps hybride, créatif, davantage un champ d’expérience qu’un repère, qu’un curseur de l’histoire. Des modes d’investigations croisés sont donc seuls en mesure de lui rendre justice, lui qui s’écrit en raison du passé et de l’avenir à mesure qu’on l’explore. [Barthes ; N.Z. Davis, Fiction in the Archives: Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France ( Récits de pardon en France au XVIe siècle) 1987].

Les deux numéros consacrés à l’écriture du présent acccueilleront aussi bien des contributions sur la définition du temps présent pensé par les contemporains du passé, sur l’épistémologie qui nourrit l’origine et la réflexion d’écoles historiques et d’historiographies nationales [I.H.T.P., Zeitgeschichte allemande, historia reciente en Amérique latine]  que les tentatives de penser historiquement le présent en cours en tentant de le ressaisir au moyen d’une pratique d’écriture ou de recherche spécifique dont les enjeux seront chaque fois explicités. Comment concevoir aujourd’hui la modification des supports et le rôle des témoignages, de la mémoire collective, de l’usage et des métamorphoses de l’archive initiée par l’apparition des humanités numériques, et des dites nouvelles technologies ? L’actualité récente du printemps arabe témoignerait d’un nouveau rapport au temps et à l’espace qui ferait de l’accélération du temps de l’histoire la condition d’une possibilité nouvelle de son écriture, dans les champs des deux disciplines Littérature et Histoire ou, plus largement, dans le cadre de la création poétique ou artistique. La création théâtrale portée par le metteur en scène Vinaver sur l’évenement du 11 septembre 2001 est aussi le signe que, lorsqu’elle est écrite au présent, l’histoire est souvent cause d’un déplacement de l’acte poétique dans la sphère de la représentation historiographique. Enfin, le présent est autant une expérience de l’histoire pour celui qui s’en empare par la lecture, par l’écriture ou par la création que pour l’historien ou le littéraire qui tente de penser le passé en l’engageant volontairement dans le temps contemporain [Benjamin, Sur le concept d’histoire, 1942 ; Foucault, Entretien avec D. Trombadori,1980]. C’est pourquoi l’écriture du présent, son étude, sont inséparables d’une réflexion sur la censure, sur son actualité et sur les pratiques qui la contournent [Combes, Archives interdites, 2010].

Cependant les deux numéros seraient incomplets si l’écriture du présent se concevait séparément de toutes les pratiques destinées à rendre notre reception des textes délaissés, inconnus ou plus simplement écrits en langues étrangères. La traduction mais aussi l’édition sont autant de gestes d’écriture et d’articulation des formes qui façonnent le présent et son histoire poétique. D’autres media que l’écriture, le cinéma, le théâtre, et même la pratique de l’exposition et la réflexion critique qui l’accompagne dans le monde de l’art contemporain sont aussi les foyers d’une réflexion sur l’historicité du présent : la photographie, la documentation, le changement d’échelle, la redécouverte des textes et des œuvres fondent autant une actualité dynamique que des possibilités de distance critique sur le temps qu’ils explorent en tant que contemporains. Ainsi, l’écriture de l’histoire, à l’occasion de ce double numéro, est elle aussi destinée à s’ouvrir à la création. Celle-ci a en dernier lieu partie liée avec le développement de nouvelles technologies qui ne se résument à pas l’utilisation d’ordinateurs, de logiciels ou de bases de données et à la transformation des méthodes documentaires et critiques . « L’histoire 2.0 » [Serge Noiret]  ; « les humanités numériques » , « le digital turn » ont aujourd’hui acquis une place dans la réflexion épistémologique des historiens dans et au-delà de la toile [Roy Rosenzweig].

 

Les propositions d’articles et de discussions sont à envoyer à Sylvie Aprile (saprile@noos.fr) et à Dominique Dupart (dominiquedupart@hotmail.com) jusqu’en mars 2012 : pour une remise des textes  définitive prévue pour août 2012

Légende de la photographie : Place Tahrir/ juillet 2011.

Parler en guerre au XIXe siècle / Journée d’étude Littérature et Histoire/ vendredi 5 octobre 2012

Parler en guerre au XIXe siècle

Journée d’étude interdisciplinaire Littérature/Histoire organisée par l’équipe d’accueil Alithila et le laboratoire UMR 8529-CNRS Irhis à l’université de Lille III.

Vendredi 5 octobre 2012

 

 

Le projet de recherche interdisciplinaire  Parler en guerre est porté par deux laboratoires de l’université de Lille III : l’équipe d’accueil Alithila (U.F.R de Lettres) et le laboratoire Irhis (U.M.R 8529)

La journée d’étude programmée le vendredi 5 octobre 2012 à l’université de Lille III se propose d’être le premier chapitre du projet de recherche Parler en guerre. Elle est destinée à explorer une histoire moderne de la guerre encore proche de nous – le XIXe siècle, siècle de nombreuses guerres civiles, étrangères et coloniales, siècle qui voit émerger une nouvelle culture visuelle et scientifique de la guerre. Cette histoire plurielle de la guerre reste néanmoins plus silencieuse quand il s’agit de confronter le conflit de rue avec le genre militaire et littéraire du récit de la bataille, l’affrontement du peuple et des soldats  de la ligne, la prise d’assauts, la charge, la capitulation, l’attente  – en bref toutes les figures de l’art de la guerre – avec le réseau de paroles, de discours, de tribunes sans lesquels une guerre ne pourrait se faire : car, aussi étrange qu’il puisse paraître, les scènes de guerre les plus bruyantes comme les plus silencieuses n’adviennent et ne parviennent jamais jusqu’à nous sans être doublées, tissées d’un ou de plusieurs paroles, discours, de sorte que c’est en se penchant sur l’inscription littéraire, oratoire, lyrique, polémique de ces discours tenus dans un milieu qui à première vue les abolit qu’on peut davantage saisir ou entendre ce qui favorise la guerre, ou ce qui la condamne, ou encore ce qui différencie une guerre d’une autre.

Parler en guerre, c’est faire parler la guerre autrement qu’on pourrait s’attendre à l’entendre, l’entendre aussi dans d’autres lieux où on l’attend, c’est faire surgir dans le présent du combat un recul, une prise de distance par l’histoire, c’est aussi vouloir, parfois, contredire, combattre, contrecarrer par des actes de parole l’histoire qui est en train de se faire et auquel notre présent se refuse au point de devenir étranger à nous-mêmes, déjà advenu, ou encore tourné vers la lutte, utopiste, prophétique. L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait, pour dire, pour adresser la guerre elle-même : Parler en guerre, c’est mettre en œuvre une sorte de réflexe épistémologique incarné en acte dans le discours.

Pour autant, les discours à la première personne ne sont pas seulement les matrices possibles d’une lecture oralisante de la guerre.Aux suppliques, aux insultes, aux menaces, aux harangues doivent s’ajoutent les chansons, les discours politiques – parlementaires ou de rues – les carnets, les chroniques, les textes qui insèrent dialogues, déclamations qui authentifient et légitiment le témoignage (on songe aux Choses vues de Victor Hugo, aux Souvenirs de 1848 de Maxime Ducamp, à Jules Vallès, aux romans qui se sont emparés de la fresque des insurrections, aux Mémoires : autant d’œuvres qui retranscrivent littérairement ou non les situations de paroles propres aux insurrections.)

Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives, – que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Les historiens contemporains des insurrections advenues pendant le second tiers du siècle se confrontent ainsi aux allocutions oratoires, tribuniciennes et lyriques qui prennent place pendant les combats  et dont il ne fait pas de doute qu’elles s’inscrivent au même titre que les œuvres canoniques dans l’histoire des formes poétiques du siècle. En insurrection, Lamartine ne fait pas des vers : il fait l’orateur. D’autres en font. En guerre, en insurrection, au XIXe siècle, on pratique les Belles-Lettres : on ne les renie pas. C’est que pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole. Les bulletins de la Grande Armée sont lus à haute à voix par les maires dans les villages, par les acteurs au théâtre, par les prêtres durant le prêche.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Le chercheur en histoire comme le chercheur en littérature, s’il veut se pencher sur ce qu’il faut concevoir autrement que comme une simple littérature de guerre, doit faire l’effort de saisir son objet selon une perspective pragmatique  – on parle en guerre en vue de, pour faire, pour ne pas faire, pour, contre. Différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mot de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – et la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse (par exemple, les grandes pages du Moniteur écrites à vif au cours des journées d’insurrections mais aussi les pages des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires ). Les plus illustres représentants sont accompagnés du plus grand nombre : on songe ainsi  à la quantité inépuisable de narrations anonymes des insurrections du XIXe siècle qui sont parvenues jusqu’à nous et, par extension, à la confrontation au sujet de la guerre des traces écrites anonymes avec les œuvres reconnues, établies, signées pour transcrire le même événement.

Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre sur ce sujet précis Parler en guerre entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événements assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Ecrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac).

Les interventions, après évaluation par le comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication numérique par les laboratoires organisateurs.

 

 

Les propositions de discussion et de contribution

(jusqu’à fin janvier 2012)

sont à adresser à

– Sylvie Aprile (saprile@noos.fr)

– Dominique Dupart ( dominiquedupart@hotmail.com).

-Adresse du site : http://crehist.hypotheses.org/

 

 

 

 

 

 

Économie et fiction. Éco-fiction. Programme détaillé. 17 janvier.

 Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.Mardi 17 janvier

 

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011) : « Animer les idées »

[La persévérance dans l’erreur des politiques économiques non seulement contre tous les avertissements, formulés depuis de très longues années, par les économistes hétérodoxes, mais plus encore contre les infirmations violente et répétées du réel même atteste négativement l’impuissance relative du logos et l’incapacité des conversions abandonnées aux “prises de conscience” envisagées sur un mode purement intellectuel, comme efficacité de la critique. Produire des effets en politique n’est pas, et ne sera sans doute jamais, qu’une affaire d’idées opposées à des idées, et tout se joue dans un certain supplément qu’une vision simpliste habermassienne manque systématiquement : un supplément d’affect et d’imaginations. C’est en ce point précis que la littérature offre son effet spécifique, elle qui, par vocation, ajoute des affects à la pensée. Peut-être lutter contre le néolibéralisme exige-t-il désormais de passer par la littérature…]

 

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007) : « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas »

[La démarche inverse de celle de l’économiste qui s’en remet, pour convaincre, aux pouvoirs de la fiction, est celle du romancier qui va puiser dans le corpus économique pour y trouver de nouvelles catégories d’analyse promotrices de romanesque. Si Martial Poirson et Yves Citton ont notamment montré, dans la vaste synthèse introductive de leur volume sur Les Frontières littéraires de l’économie (Desjonquères, 2008), qu’on n’a pas attendu l’émergence de l’économie politique classique et sa critique pour rencontrer aux XVIIe et XVIIIe siècles des œuvres qui en exposent et en contestent déjà les principes, il demeure légitime d’étudier ce qui intéresse prosaïquement les romanciers du XIXe siècle dans le langage de la science nouvelle (et peut-être faudrait-il en passer ici par une distinction entre l’usage de cette science par les dramaturges et les pamphlétaires, qui est un usage rhétorique, de la retrempe qui en est proposée par les romanciers). On sait le romancier du XIXe siècle historien, philosophe, moraliste, médecin, éventuellement théologien. Comment n’aurait-il pas aussi ambitionné un peu des pouvoirs de cette science économique nouvelle qui, pour reprendre un titre de Bastiat, propose non seulement d’expliquer “ce qu’on voit” mais aussi “ce qu’on ne voit pas” ? Stendhal, lecteur de Say et Smith ; Flaubert, lecteur de Bastiat ; Zola lecteur de digests des théories socialistes, nous aident à percevoir ce que le romancier recherche au juste dans le raisonnement économique. Prêter un peu d’attention à leur lecture (lecture qui laisse des traces, des notes, ce qui nous ramène peut-être à la question de l’archive) est pour la critique littéraire un moyen de s’arracher au vertige des analyses tout économiques auxquelles se prête trop facilement la fiction.]

 

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III

(Dictionnaire historique du patronat français, Larousse, 2010 ; La genèse des organisations patronales, PUR (en cours de publication))

 « La crise actuelle ou le patronat décomplexé »

[L’analyse de la crise financière élude souvent un acteur fondamental de l’activité économique et financière qui est le patron. Le banquier est dissout dans le trader, alors que le métier de banque n’a pas disparu, le chef d’entreprise disparaît dans le manager, alors que l’unité de production existe encore bel et bien, la fonction de direction de l’entreprise a disparu, on ne parle plus que de sa gestion. Les dirigeants politiques utilisent la même gomme : gestionnaire des deniers publics, ils évaluent beaucoup, mais ne gouvernent plus faute de moyens disent-ils. Tout se passe comme si la responsabilité économique était diluée, évaporée même, plus de patron, plus de responsable politique, tous ont été engloutis par l’impératif de la mondialisation et de la finance. Les experts, les « conseillers » sont devenus des fusibles, isolant les décideurs d’hier de la sanction de l’opinion. Jugés et se jugeant totalement impuissants face à la crise, personne ne revendique aucune responsabilité. Le patron ne revient sur ses actes que s’il y est sommé par le Juge. Cette fuite devant les responsabilités entretient l’idée que toute réaction face à la crise est impossible ou vaine. Plus de « mur d’argent » ni de « deux cents familles » dans le paysage économique français, plus de responsable de la crise, ni d’incitation à réagir, ce qui prive la critique d’interlocuteur et met le « conseiller » du Prince sur un fil du rasoir dès qu’il est clairvoyant. La littérature offre t’elle une autre vision des choses ? Comment la question de la responsabilité des patrons, des dirigeants d’entreprises publiques et privées et celle des « experts » de la finance est-elle posée dans La Comédie sérieuse (Frédéric Lordon) ? L’approche est elle différente dans Daewoo (François Bon) ou dans ou dans Faut pas payer (Dario Fo) ? La littérature reste elle le lieu du regard critique sur ces riches qui nous dirigent, condamnant le recours facile et généralisé à l’impuissance publique et fiscale. Aurait-elle les moyens de freiner l’opération actuelle de déculpabilisation collective du patronat et du personnel politique, de remettre à leur place les « conseillers » et de réintroduisant la critique

dans le débat public ? ] 

Histoire et poésie. Métriques de l/’Histoire. 15 novembre.Programme détaillé

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l’histoire.

Légende de l’illustration : Une page de  Jack La Motta, Comme un Taureau sauvage, Presses de la cité, 1980.

Mardi 15 novembre


Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

[ Forme est à prendre dans les deux sens de mise en forme (par le vers) et de destination ( la forme, c’est la prise en compte du lecteur – la forme, c’est le destinataire, c’est l’autre dit Thierry de Duve). Mon intervention portera sur Boxing parade en général et sur La vie du Taureau en particulier. Je présenterai le personnage de Jack la Motta, puis le film de Scorsese. Puis je présenterai mon récit en vers et j’expliquerai d’une part l’intérêt que je trouve à écrire depuis le document, qu’il soit cinématographique ou biographique, et d’autre part pourquoi le vers est à mon sens une forme adaptée au récit de vie. Plusieurs choses sont mêlées ici qui m’intéressent : l’étude et la culture populaire, l’individu et l’Histoire, le corps, le mouvement et sa transcription dans le texte. Les derniers vers du livre sont “neuve/comme cette vie envers” : en quoi le vers permet-il de raviver le récit ? ]


Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l’histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

[Mon intervention portera sur “L’homme qui tua Pierre Goldman”. Je présenterai le livre de Goldman, Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France, Seuil, 1975. Puis je présenterai ma nouvelle en vers et je problématiserai les relations entre ce type de forme versifiée et l’histoire de Goldman dans le contexte de la France de 1975 et dans celui de la France de 2011. L’idée est que la littérature, surtout quand elle le le lieu de personnes non autorisées (Goldman n’est pas  “écrivain”) permet de fabriquer une contre-histoire (et un contre- canon littéraire. Il serait bon que les étudiants aient lu le texte de Goldman et peut-être le mien ?”]

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien » La poésie en vers à contenu « historique » fait signe de manière évidente vers l’épopée. Le prestige que ce genre a reçu, d’Aristote à Hugo, en signale aussi l’intérêt politique. Aussi poésie et histoire nouent-elles longtemps des liens étroits sous la monarchie française, composant les deux faces d’un même processus mythographique : de Virgile à Ronsard (Franciade), de Jean Chapelain ( La Pucelle ou la France délivrée, 1656) à Voltaire ( l’Henriade, 1723). Significativement, les véritables réussites du genre – dont La Légende des Siècles de Hugo est le paradigme– sont à mettre au crédit du siècle qui place l’histoire au centre de son épistèmê, (voir sur ces questions, le beau livre de Jean-Marie Roulin : L’Epopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique, Oxford, 2005).

Au XXIe siècle, l’histoire de la poésie épique permet-elle d’éclairer les formes contemporaines de l’écriture poétique et son rapport à l’histoire ?

L’interrogation peut se déployer dans trois champs :

1. Le rapport à l’histoire par le biais du rapport à la tradition formelle :

Le choix du vers décasyllabique, vers traditionnel de l’épopée, chez Thomas Clerc par exemple, « retrouvé » au bénéfice de la figure du criminel, produit un discours sur la grande tradition littéraire de l’épopée,  qui est, par essence, historique. Le choix de la versification anime pareillement l’écriture de Florence Benhami et reverse ses effets d’ennoblissement au profit de la figure du boxeur, à la fois mythique, populaire et déjà anachronique. Ces textes instaurent un espace de circulation singulier au sein du corpus poétique et  « jouent » en un sens avec eux .

2. Le rapport à l’histoire au regard de l’épistémologie 

A une époque où la frontière entre l’histoire et la littérature est infiniment travaillée, traversée et retraversée d’éclatantes réussites ou d’errances plus glauques, l’écriture poétique semble afficher hautement son refus de l’ambigüité et sa « pure » littérarité. Pour autant, l’exhibition du matériau historique, mieux, de sa source (Les textes de nature autobiographiques de Pierre Goldman ou du Taureau), sont au cœur du procédé d’écriture. Quel est le rapport entre la désignation des éléments du réel et la production de la fiction ?

3. Le rapport à la fonction sociale (politique ?) de l’histoire comme récit collectif

L’épopée a longtemps eu l’ambition d’ancrer l’écriture dans la définition d’un destin collectif, par l’articulation, notamment, de l’histoire d’un individu et de la communauté d’un peuple. Le poème de Th. Clerc comme celui de F. Benhami, qui proposent tous deux la formalisation d’expériences individuelles où se joue la question de la marginalité – mais aussi de la célébrité – permettent de reformuler cette question.

Ces interrogations ont l’ambition d’ouvrir un espace de débat aussi sincère que peut l’être le ring du boxeur (quand la mafia n’y met pas les pates !), mais, espérons-le, moins violent… les étudiants peuvent s’y présenter sans crainte. 

Programme du séminaire Créer l’/Histoire 2011-2012

Séminaire Créer l/Histoire

 Sylvie Aprile ( Irhis) et Dominique Dupart (Alithila) 

Mardi : 17H30-19H30/ salle A4 219

 [Niveau Forum, passer devant bibliothèque Michelet, 2e couloir à droite]

Les mardi 18 octobre, 15 novembre, 6 décembre, 17 janvier, 7 février, et 3 avril

 

Séance 1.  Comment créer l/histoire ?

Mardi 18 octobre

 

Sylvie APRILE, professeur en histoire contemporaine, Lille III, revue Écrire l’Histoire : «  Les historiens en littérature : bilan historiographique, interrogations présentes »

 

Dominique DUPART, maitre de conférence en littérature française, revue Écrire l’Histoire : « Créer l/histoire en littérature »

 

Fiona MACINTOSH, professeur en littérature française, Lille III

(Écriture de l’Histoire et regard rétrospectif, Champion, Mars 2011) : « Écriture de l/histoire et relativisme. »

 

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l/histoire.

Mardi 15 novembre

 

Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

 

Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l/histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien »

 

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 6 décembre

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique.

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot)

Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.

Mardi 17 janvier

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011): « Animer les idées »

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007)

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III,

Séance 5. Archive et littérature. Matières d’histoire, Matières de fiction

Mardi 7 février

 Christophe HANNA, Revue Nioques,

(Petits poëmes en prose, Poésie action directe, G.U.T.s, Nos visage-flash ultimes, Valérie par Valérie, Nos dispositifs poétiques)

Les Berthier ou comment j’écris avec mon téléphone

Michèle Riot-Sarcey, professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris VIII-Saint-Denis,

(De la différence des sexes. Le genre en histoire, (dir.), Larousse, 2010) : La littérature comme archive

 

Mardi 3 avril

Séance de conclusion