Bibliographie Créer l’/Histoire (Acte I)

Séminaire Créer l’histoire : Bibliographie (Acte I)

 

 

En complément de notre première séance, ces quelques titres pour mieux comprendre comment

les historiens réfléchissent aujourd’hui sur leurs rapports à la littérature, la création littérature,

l’histoire littéraire, la fiction…

 

ANGENOT Marc, Le Roman populaire. Recherches en paralittératures,Montréal, Presses de l’Université du Québec, coll. « Genres et Dis- cours », 1975.

APRILE Sylvie, « Usages et mésusages de la littérature », La Révolution Inachevée, Belin, 2010

BARTHES Roland, « Histoire et littérature : à propos de Racine », Annales ESC, n° 3, mai-juin 1960, p. 524-537.

BOUCHERON Patrick, Faire profession d’historien, Publications de la Sorbonne, 2010

CHARLE Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, Paris, Albin Michel, coll.« Bibliothèque historique », 2008.

CORBIN Alain, « Histoire littéraire et histoire sociale », Revue d’histoire littéraire de la France, colloque du centenaire, 1995, p. 176-178.

DUCHET Claude, « Positions et perspectives », dans Sociocritique, sous la direction de Claude Duchet, Paris, Nathan-Université, 1979.

ESPAGNE Michel, WERNER Michel (éd.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?, Paris, Éditions Maison des Sciences de l’Homme, 1994.

ESPAGNE Michel, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF,2000.

FEBVRE Lucien, « Littérature et vie sociale. De Lanson à Daniel Mornet,un renoncement », Annales d’histoire sociale, janvier-juin 1941, III, 1- 2, p. 113-117, repris dans Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 264 et suiv.

JOUHAUD Christian, Shapira Nicolas , Ribard Rinah ,Histoire, Littérature, Témoignage – Ecrire les malheurs du tempsParis, Gallimard, coll. “Folio”, série “Histoire” (inédit), 2009,

KALIFA Dominique, VAILLANT Alain, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle », Le Temps des Médias, n° 2, 2004, p. 197-214

LYON-CAEN Judith, « Histoire littéraire et histoire de la lecture », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre, 2003, p. 613- 624.

LYON-CAEN Judith et RIBARD Rinah, 
L’historien et la littérature
Collection Repères, La Découverte, 2010, 122 pages.

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

LYON-CAEN Judith, « Le romancier, lecteur du social », Revue d’histoire

du XIXe siècle, n° 24, 2002-1.

NOIRIEL Gérard, Histoire, théâtre, politique, Marseille, Agone, 2009

OZOUF Mona, Les Aveux du roman. Le XIXe siècle entre Ancien Régime et Révolution, Paris, Fayard, 2001 ; rééd. Gallimard, coll. « Tel », 2004.

 PARKHUST FERGUSSON Priscilla, La France, nation littéraire, Bruxelles, Éditions Labor, coll. « Média », 1991.

PLANTÉ Christine, La Petite Sœur de Balzac, Paris, Le Seuil, 1989.

RANCIÈRE Jacques, La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 1998.

RANCIÈRE Jacques, Politiques de la littérature, Paris, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 2007, 231 p.

RIBARD Dinah « Philosophe ou écrivain ? Problèmes de délimitation entre histoire littéraire et histoire de la philosophie en France, 1650- 1850 », Annales HSS, mars avril 2000, n° 2, p. 355-388.

THÉRENTY Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 2007, 408 p.

THÉRENTY Marie-Ève, VAILLANT Alain, 1836. L’An I de l’ère médiatique. Analyse littéraire et historique de « La Presse » de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

THIESSE Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

VAILLANT Alain, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Gre-noble, ELLUG, coll. « Bibliothèque stendhalienne et romantique », 2005.

VAREILLE Jean-Claude, Le Roman populaire français (1789-1914), idéologies et pratiques, Limoges, PULIM/Québec, Nuit Blanche, 1994.

 L’Invention du XIX e  siècle. II – Le XIX e siècle au miroir du XX e siècle , A. Corbin, J.- L. Diaz, S. Michaud et M. Milner (éd.), Klincksieck, 2002, p. 87-95.

 Trois numéros de revues récemment parus sur cette thématique :

N° 2009/143, Romantisme /1, Histoire culturelle /histoire littéraire

N°2010/2 (65e année), Annales. Histoire, Sciences Sociales, Savoirs de la Littérature

N° 2011/3 – n° 165  Le Débat, L’histoire saisie par la fiction

 

 

 

Histoire(s) du présent : appel à communication pour la revue Ecrire l’histoire (Cerilac/Paris-Diderot)

La revue Ecrire l’histoire (Paris-Diderot/Cerilac), revue interdisciplinaire Littérature et Histoire, consacre au présent ses deux numéros semestriels de l’année 2013. Ce présent qui s’écrit et qui, s’écrivant, agit sur son écriture se conçoit simultanément comme catégorie épistémologique et comme condition d’une recherche historienne et littéraire en mesure de s’emparer de son temps et de son histoire. Ecrire le présent, écrire au présent, ou encore considérer possible différentes histoires du présent est inséparable d’une réflexion sur les régimes d’historicité contradictoires qui définissent notre rapport au monde [Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten [Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques], 1979 ; Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, 2002]. De même, la transformation possible de l’inactuel du passé en question actuelle, voire en actualité ainsi que ses divers usages politiques, questionnent notre rapport au présent : nul ne sait a priori quand commence et quand finit le présent de l’histoire et ce qui le forge à notre regard [Baschet in Hartog et Revel, Les usages politiques du passé, 2001]. À ce titre, le présent de l’histoire intéresse la recherche en histoire et en lettres, et la littérature proprement dite : car le temps du présent est un temps hybride, créatif, davantage un champ d’expérience qu’un repère, qu’un curseur de l’histoire. Des modes d’investigations croisés sont donc seuls en mesure de lui rendre justice, lui qui s’écrit en raison du passé et de l’avenir à mesure qu’on l’explore. [Barthes ; N.Z. Davis, Fiction in the Archives: Pardon Tales and their Tellers in Sixteenth Century France ( Récits de pardon en France au XVIe siècle) 1987].

Les deux numéros consacrés à l’écriture du présent acccueilleront aussi bien des contributions sur la définition du temps présent pensé par les contemporains du passé, sur l’épistémologie qui nourrit l’origine et la réflexion d’écoles historiques et d’historiographies nationales [I.H.T.P., Zeitgeschichte allemande, historia reciente en Amérique latine]  que les tentatives de penser historiquement le présent en cours en tentant de le ressaisir au moyen d’une pratique d’écriture ou de recherche spécifique dont les enjeux seront chaque fois explicités. Comment concevoir aujourd’hui la modification des supports et le rôle des témoignages, de la mémoire collective, de l’usage et des métamorphoses de l’archive initiée par l’apparition des humanités numériques, et des dites nouvelles technologies ? L’actualité récente du printemps arabe témoignerait d’un nouveau rapport au temps et à l’espace qui ferait de l’accélération du temps de l’histoire la condition d’une possibilité nouvelle de son écriture, dans les champs des deux disciplines Littérature et Histoire ou, plus largement, dans le cadre de la création poétique ou artistique. La création théâtrale portée par le metteur en scène Vinaver sur l’évenement du 11 septembre 2001 est aussi le signe que, lorsqu’elle est écrite au présent, l’histoire est souvent cause d’un déplacement de l’acte poétique dans la sphère de la représentation historiographique. Enfin, le présent est autant une expérience de l’histoire pour celui qui s’en empare par la lecture, par l’écriture ou par la création que pour l’historien ou le littéraire qui tente de penser le passé en l’engageant volontairement dans le temps contemporain [Benjamin, Sur le concept d’histoire, 1942 ; Foucault, Entretien avec D. Trombadori,1980]. C’est pourquoi l’écriture du présent, son étude, sont inséparables d’une réflexion sur la censure, sur son actualité et sur les pratiques qui la contournent [Combes, Archives interdites, 2010].

Cependant les deux numéros seraient incomplets si l’écriture du présent se concevait séparément de toutes les pratiques destinées à rendre notre reception des textes délaissés, inconnus ou plus simplement écrits en langues étrangères. La traduction mais aussi l’édition sont autant de gestes d’écriture et d’articulation des formes qui façonnent le présent et son histoire poétique. D’autres media que l’écriture, le cinéma, le théâtre, et même la pratique de l’exposition et la réflexion critique qui l’accompagne dans le monde de l’art contemporain sont aussi les foyers d’une réflexion sur l’historicité du présent : la photographie, la documentation, le changement d’échelle, la redécouverte des textes et des œuvres fondent autant une actualité dynamique que des possibilités de distance critique sur le temps qu’ils explorent en tant que contemporains. Ainsi, l’écriture de l’histoire, à l’occasion de ce double numéro, est elle aussi destinée à s’ouvrir à la création. Celle-ci a en dernier lieu partie liée avec le développement de nouvelles technologies qui ne se résument à pas l’utilisation d’ordinateurs, de logiciels ou de bases de données et à la transformation des méthodes documentaires et critiques . « L’histoire 2.0 » [Serge Noiret]  ; « les humanités numériques » , « le digital turn » ont aujourd’hui acquis une place dans la réflexion épistémologique des historiens dans et au-delà de la toile [Roy Rosenzweig].

 

Les propositions d’articles et de discussions sont à envoyer à Sylvie Aprile (saprile@noos.fr) et à Dominique Dupart (dominiquedupart@hotmail.com) jusqu’en mars 2012 : pour une remise des textes  définitive prévue pour août 2012

Légende de la photographie : Place Tahrir/ juillet 2011.

Parler en guerre au XIXe siècle / Journée d’étude Littérature et Histoire/ vendredi 5 octobre 2012

Parler en guerre au XIXe siècle

Journée d’étude interdisciplinaire Littérature/Histoire organisée par l’équipe d’accueil Alithila et le laboratoire UMR 8529-CNRS Irhis à l’université de Lille III.

Vendredi 5 octobre 2012

 

 

Le projet de recherche interdisciplinaire  Parler en guerre est porté par deux laboratoires de l’université de Lille III : l’équipe d’accueil Alithila (U.F.R de Lettres) et le laboratoire Irhis (U.M.R 8529)

La journée d’étude programmée le vendredi 5 octobre 2012 à l’université de Lille III se propose d’être le premier chapitre du projet de recherche Parler en guerre. Elle est destinée à explorer une histoire moderne de la guerre encore proche de nous – le XIXe siècle, siècle de nombreuses guerres civiles, étrangères et coloniales, siècle qui voit émerger une nouvelle culture visuelle et scientifique de la guerre. Cette histoire plurielle de la guerre reste néanmoins plus silencieuse quand il s’agit de confronter le conflit de rue avec le genre militaire et littéraire du récit de la bataille, l’affrontement du peuple et des soldats  de la ligne, la prise d’assauts, la charge, la capitulation, l’attente  – en bref toutes les figures de l’art de la guerre – avec le réseau de paroles, de discours, de tribunes sans lesquels une guerre ne pourrait se faire : car, aussi étrange qu’il puisse paraître, les scènes de guerre les plus bruyantes comme les plus silencieuses n’adviennent et ne parviennent jamais jusqu’à nous sans être doublées, tissées d’un ou de plusieurs paroles, discours, de sorte que c’est en se penchant sur l’inscription littéraire, oratoire, lyrique, polémique de ces discours tenus dans un milieu qui à première vue les abolit qu’on peut davantage saisir ou entendre ce qui favorise la guerre, ou ce qui la condamne, ou encore ce qui différencie une guerre d’une autre.

Parler en guerre, c’est faire parler la guerre autrement qu’on pourrait s’attendre à l’entendre, l’entendre aussi dans d’autres lieux où on l’attend, c’est faire surgir dans le présent du combat un recul, une prise de distance par l’histoire, c’est aussi vouloir, parfois, contredire, combattre, contrecarrer par des actes de parole l’histoire qui est en train de se faire et auquel notre présent se refuse au point de devenir étranger à nous-mêmes, déjà advenu, ou encore tourné vers la lutte, utopiste, prophétique. L’enjeu de cette journée d’étude est la définition des genres singuliers, des pratiques anthropologiques de paroles, des systèmes concrets de langage, ou des phénoménalités de discours qui ont été les plus féconds, les plus productifs pour  faire comprendre à celui qui était jeté dans la tourmente ce qui lui advenait, pour dire, pour adresser la guerre elle-même : Parler en guerre, c’est mettre en œuvre une sorte de réflexe épistémologique incarné en acte dans le discours.

Pour autant, les discours à la première personne ne sont pas seulement les matrices possibles d’une lecture oralisante de la guerre.Aux suppliques, aux insultes, aux menaces, aux harangues doivent s’ajoutent les chansons, les discours politiques – parlementaires ou de rues – les carnets, les chroniques, les textes qui insèrent dialogues, déclamations qui authentifient et légitiment le témoignage (on songe aux Choses vues de Victor Hugo, aux Souvenirs de 1848 de Maxime Ducamp, à Jules Vallès, aux romans qui se sont emparés de la fresque des insurrections, aux Mémoires : autant d’œuvres qui retranscrivent littérairement ou non les situations de paroles propres aux insurrections.)

Les mots des combats, les langues des conflits – qui ont déjà été l’objet d’études individuelles ou collectives, – que ce soit dans le domaine de la recherche historique ou celui de la recherche littéraire – ne doivent pas être coupés d’un regard anthropologique inséparable d’une réflexion sur l’incarnation en paroles. Les historiens contemporains des insurrections advenues pendant le second tiers du siècle se confrontent ainsi aux allocutions oratoires, tribuniciennes et lyriques qui prennent place pendant les combats  et dont il ne fait pas de doute qu’elles s’inscrivent au même titre que les œuvres canoniques dans l’histoire des formes poétiques du siècle. En insurrection, Lamartine ne fait pas des vers : il fait l’orateur. D’autres en font. En guerre, en insurrection, au XIXe siècle, on pratique les Belles-Lettres : on ne les renie pas. C’est que pour les contemporains des conflits armés de ce siècle l’usage de la force et de la violence n’impliquent pas le moins du monde qu’on cesse de parler et même qu’on cesse de faire œuvre par le langage. Parler en guerre, c’est aussi faire la guerre en parole. Les bulletins de la Grande Armée sont lus à haute à voix par les maires dans les villages, par les acteurs au théâtre, par les prêtres durant le prêche.

En guerre, on parle sous forme d’adresses, d’injonctions, de menaces, de prières. On parle aussi en suppliant, en chantant ou en mourant : tous actes de paroles dont la compréhension est inséparable de l’étude des formes, des pièces de langage, œuvres en lesquels ils s’incarnent. Le chercheur en histoire comme le chercheur en littérature, s’il veut se pencher sur ce qu’il faut concevoir autrement que comme une simple littérature de guerre, doit faire l’effort de saisir son objet selon une perspective pragmatique  – on parle en guerre en vue de, pour faire, pour ne pas faire, pour, contre. Différentes temporalités du combat (paroles de vainqueurs et de vaincus, mot de la victoire et de la reddition comme différents acteurs (officiers  ou soldats, porte-parole et négociateurs, déserteurs, prisonniers civils hommes et femmes, observateurs) font aussi parler différemment la guerre. Celle-ci est saisie entre deux systèmes symboliques d’enregistrement : l’oreille humaine, la mémoire – on se souvient de ce qu’on disait, de ce qu’on entendait, de ce qu’on chantait, des cris – et la plume qui retranscrit, celle des journalistes de presse (par exemple, les grandes pages du Moniteur écrites à vif au cours des journées d’insurrections mais aussi les pages des chroniqueurs, des mémorialistes, des militaires ). Les plus illustres représentants sont accompagnés du plus grand nombre : on songe ainsi  à la quantité inépuisable de narrations anonymes des insurrections du XIXe siècle qui sont parvenues jusqu’à nous et, par extension, à la confrontation au sujet de la guerre des traces écrites anonymes avec les œuvres reconnues, établies, signées pour transcrire le même événement.

Chaque contributeur aura conscience que cette journée est l’occasion d’une rencontre sur ce sujet précis Parler en guerre entre historiens et littéraires, une rencontre destinée à confronter les approches, les regards :  afin que, brièvement, partiellement, la parole ne soit plus seulement réduite à un métadiscours sur l’événements assigné à demeure à la sphère des représentations  ou à un objet formel, littéraire séparé de l’histoire qui l’a vue naître.  Cette journée s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux initiés par la revue transdisciplinaire Ecrire l’histoire (Paris-Diderot /Cerilac).

Les interventions, après évaluation par le comité scientifique, pourront faire l’objet d’une publication numérique par les laboratoires organisateurs.

 

 

Les propositions de discussion et de contribution

(jusqu’à fin janvier 2012)

sont à adresser à

– Sylvie Aprile (saprile@noos.fr)

– Dominique Dupart ( dominiquedupart@hotmail.com).

-Adresse du site : http://crehist.hypotheses.org/

 

 

 

 

 

 

Économie et fiction. Éco-fiction. Programme détaillé. 17 janvier.

 Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.Mardi 17 janvier

 

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011) : « Animer les idées »

[La persévérance dans l’erreur des politiques économiques non seulement contre tous les avertissements, formulés depuis de très longues années, par les économistes hétérodoxes, mais plus encore contre les infirmations violente et répétées du réel même atteste négativement l’impuissance relative du logos et l’incapacité des conversions abandonnées aux “prises de conscience” envisagées sur un mode purement intellectuel, comme efficacité de la critique. Produire des effets en politique n’est pas, et ne sera sans doute jamais, qu’une affaire d’idées opposées à des idées, et tout se joue dans un certain supplément qu’une vision simpliste habermassienne manque systématiquement : un supplément d’affect et d’imaginations. C’est en ce point précis que la littérature offre son effet spécifique, elle qui, par vocation, ajoute des affects à la pensée. Peut-être lutter contre le néolibéralisme exige-t-il désormais de passer par la littérature…]

 

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007) : « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas »

[La démarche inverse de celle de l’économiste qui s’en remet, pour convaincre, aux pouvoirs de la fiction, est celle du romancier qui va puiser dans le corpus économique pour y trouver de nouvelles catégories d’analyse promotrices de romanesque. Si Martial Poirson et Yves Citton ont notamment montré, dans la vaste synthèse introductive de leur volume sur Les Frontières littéraires de l’économie (Desjonquères, 2008), qu’on n’a pas attendu l’émergence de l’économie politique classique et sa critique pour rencontrer aux XVIIe et XVIIIe siècles des œuvres qui en exposent et en contestent déjà les principes, il demeure légitime d’étudier ce qui intéresse prosaïquement les romanciers du XIXe siècle dans le langage de la science nouvelle (et peut-être faudrait-il en passer ici par une distinction entre l’usage de cette science par les dramaturges et les pamphlétaires, qui est un usage rhétorique, de la retrempe qui en est proposée par les romanciers). On sait le romancier du XIXe siècle historien, philosophe, moraliste, médecin, éventuellement théologien. Comment n’aurait-il pas aussi ambitionné un peu des pouvoirs de cette science économique nouvelle qui, pour reprendre un titre de Bastiat, propose non seulement d’expliquer “ce qu’on voit” mais aussi “ce qu’on ne voit pas” ? Stendhal, lecteur de Say et Smith ; Flaubert, lecteur de Bastiat ; Zola lecteur de digests des théories socialistes, nous aident à percevoir ce que le romancier recherche au juste dans le raisonnement économique. Prêter un peu d’attention à leur lecture (lecture qui laisse des traces, des notes, ce qui nous ramène peut-être à la question de l’archive) est pour la critique littéraire un moyen de s’arracher au vertige des analyses tout économiques auxquelles se prête trop facilement la fiction.]

 

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III

(Dictionnaire historique du patronat français, Larousse, 2010 ; La genèse des organisations patronales, PUR (en cours de publication))

 « La crise actuelle ou le patronat décomplexé »

[L’analyse de la crise financière élude souvent un acteur fondamental de l’activité économique et financière qui est le patron. Le banquier est dissout dans le trader, alors que le métier de banque n’a pas disparu, le chef d’entreprise disparaît dans le manager, alors que l’unité de production existe encore bel et bien, la fonction de direction de l’entreprise a disparu, on ne parle plus que de sa gestion. Les dirigeants politiques utilisent la même gomme : gestionnaire des deniers publics, ils évaluent beaucoup, mais ne gouvernent plus faute de moyens disent-ils. Tout se passe comme si la responsabilité économique était diluée, évaporée même, plus de patron, plus de responsable politique, tous ont été engloutis par l’impératif de la mondialisation et de la finance. Les experts, les « conseillers » sont devenus des fusibles, isolant les décideurs d’hier de la sanction de l’opinion. Jugés et se jugeant totalement impuissants face à la crise, personne ne revendique aucune responsabilité. Le patron ne revient sur ses actes que s’il y est sommé par le Juge. Cette fuite devant les responsabilités entretient l’idée que toute réaction face à la crise est impossible ou vaine. Plus de « mur d’argent » ni de « deux cents familles » dans le paysage économique français, plus de responsable de la crise, ni d’incitation à réagir, ce qui prive la critique d’interlocuteur et met le « conseiller » du Prince sur un fil du rasoir dès qu’il est clairvoyant. La littérature offre t’elle une autre vision des choses ? Comment la question de la responsabilité des patrons, des dirigeants d’entreprises publiques et privées et celle des « experts » de la finance est-elle posée dans La Comédie sérieuse (Frédéric Lordon) ? L’approche est elle différente dans Daewoo (François Bon) ou dans ou dans Faut pas payer (Dario Fo) ? La littérature reste elle le lieu du regard critique sur ces riches qui nous dirigent, condamnant le recours facile et généralisé à l’impuissance publique et fiscale. Aurait-elle les moyens de freiner l’opération actuelle de déculpabilisation collective du patronat et du personnel politique, de remettre à leur place les « conseillers » et de réintroduisant la critique

dans le débat public ? ] 

Histoire et poésie. Métriques de l/’Histoire. 15 novembre.Programme détaillé

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l’histoire.

Légende de l’illustration : Une page de  Jack La Motta, Comme un Taureau sauvage, Presses de la cité, 1980.

Mardi 15 novembre


Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

[ Forme est à prendre dans les deux sens de mise en forme (par le vers) et de destination ( la forme, c’est la prise en compte du lecteur – la forme, c’est le destinataire, c’est l’autre dit Thierry de Duve). Mon intervention portera sur Boxing parade en général et sur La vie du Taureau en particulier. Je présenterai le personnage de Jack la Motta, puis le film de Scorsese. Puis je présenterai mon récit en vers et j’expliquerai d’une part l’intérêt que je trouve à écrire depuis le document, qu’il soit cinématographique ou biographique, et d’autre part pourquoi le vers est à mon sens une forme adaptée au récit de vie. Plusieurs choses sont mêlées ici qui m’intéressent : l’étude et la culture populaire, l’individu et l’Histoire, le corps, le mouvement et sa transcription dans le texte. Les derniers vers du livre sont “neuve/comme cette vie envers” : en quoi le vers permet-il de raviver le récit ? ]


Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l’histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

[Mon intervention portera sur “L’homme qui tua Pierre Goldman”. Je présenterai le livre de Goldman, Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France, Seuil, 1975. Puis je présenterai ma nouvelle en vers et je problématiserai les relations entre ce type de forme versifiée et l’histoire de Goldman dans le contexte de la France de 1975 et dans celui de la France de 2011. L’idée est que la littérature, surtout quand elle le le lieu de personnes non autorisées (Goldman n’est pas  “écrivain”) permet de fabriquer une contre-histoire (et un contre- canon littéraire. Il serait bon que les étudiants aient lu le texte de Goldman et peut-être le mien ?”]

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien » La poésie en vers à contenu « historique » fait signe de manière évidente vers l’épopée. Le prestige que ce genre a reçu, d’Aristote à Hugo, en signale aussi l’intérêt politique. Aussi poésie et histoire nouent-elles longtemps des liens étroits sous la monarchie française, composant les deux faces d’un même processus mythographique : de Virgile à Ronsard (Franciade), de Jean Chapelain ( La Pucelle ou la France délivrée, 1656) à Voltaire ( l’Henriade, 1723). Significativement, les véritables réussites du genre – dont La Légende des Siècles de Hugo est le paradigme– sont à mettre au crédit du siècle qui place l’histoire au centre de son épistèmê, (voir sur ces questions, le beau livre de Jean-Marie Roulin : L’Epopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique, Oxford, 2005).

Au XXIe siècle, l’histoire de la poésie épique permet-elle d’éclairer les formes contemporaines de l’écriture poétique et son rapport à l’histoire ?

L’interrogation peut se déployer dans trois champs :

1. Le rapport à l’histoire par le biais du rapport à la tradition formelle :

Le choix du vers décasyllabique, vers traditionnel de l’épopée, chez Thomas Clerc par exemple, « retrouvé » au bénéfice de la figure du criminel, produit un discours sur la grande tradition littéraire de l’épopée,  qui est, par essence, historique. Le choix de la versification anime pareillement l’écriture de Florence Benhami et reverse ses effets d’ennoblissement au profit de la figure du boxeur, à la fois mythique, populaire et déjà anachronique. Ces textes instaurent un espace de circulation singulier au sein du corpus poétique et  « jouent » en un sens avec eux .

2. Le rapport à l’histoire au regard de l’épistémologie 

A une époque où la frontière entre l’histoire et la littérature est infiniment travaillée, traversée et retraversée d’éclatantes réussites ou d’errances plus glauques, l’écriture poétique semble afficher hautement son refus de l’ambigüité et sa « pure » littérarité. Pour autant, l’exhibition du matériau historique, mieux, de sa source (Les textes de nature autobiographiques de Pierre Goldman ou du Taureau), sont au cœur du procédé d’écriture. Quel est le rapport entre la désignation des éléments du réel et la production de la fiction ?

3. Le rapport à la fonction sociale (politique ?) de l’histoire comme récit collectif

L’épopée a longtemps eu l’ambition d’ancrer l’écriture dans la définition d’un destin collectif, par l’articulation, notamment, de l’histoire d’un individu et de la communauté d’un peuple. Le poème de Th. Clerc comme celui de F. Benhami, qui proposent tous deux la formalisation d’expériences individuelles où se joue la question de la marginalité – mais aussi de la célébrité – permettent de reformuler cette question.

Ces interrogations ont l’ambition d’ouvrir un espace de débat aussi sincère que peut l’être le ring du boxeur (quand la mafia n’y met pas les pates !), mais, espérons-le, moins violent… les étudiants peuvent s’y présenter sans crainte. 

Programme du séminaire Créer l’/Histoire 2011-2012

Séminaire Créer l/Histoire

 Sylvie Aprile ( Irhis) et Dominique Dupart (Alithila) 

Mardi : 17H30-19H30/ salle A4 219

 [Niveau Forum, passer devant bibliothèque Michelet, 2e couloir à droite]

Les mardi 18 octobre, 15 novembre, 6 décembre, 17 janvier, 7 février, et 3 avril

 

Séance 1.  Comment créer l/histoire ?

Mardi 18 octobre

 

Sylvie APRILE, professeur en histoire contemporaine, Lille III, revue Écrire l’Histoire : «  Les historiens en littérature : bilan historiographique, interrogations présentes »

 

Dominique DUPART, maitre de conférence en littérature française, revue Écrire l’Histoire : « Créer l/histoire en littérature »

 

Fiona MACINTOSH, professeur en littérature française, Lille III

(Écriture de l’Histoire et regard rétrospectif, Champion, Mars 2011) : « Écriture de l/histoire et relativisme. »

 

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l/histoire.

Mardi 15 novembre

 

Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

 

Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l/histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien »

 

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 6 décembre

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique.

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot)

Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.

Mardi 17 janvier

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011): « Animer les idées »

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007)

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III,

Séance 5. Archive et littérature. Matières d’histoire, Matières de fiction

Mardi 7 février

 Christophe HANNA, Revue Nioques,

(Petits poëmes en prose, Poésie action directe, G.U.T.s, Nos visage-flash ultimes, Valérie par Valérie, Nos dispositifs poétiques)

Les Berthier ou comment j’écris avec mon téléphone

Michèle Riot-Sarcey, professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris VIII-Saint-Denis,

(De la différence des sexes. Le genre en histoire, (dir.), Larousse, 2010) : La littérature comme archive

 

Mardi 3 avril

Séance de conclusion

 

Créer l’histoire

Ce carnet est destiné à rendre compte d’une recherche spécifique sur les liens entretenus entre Littérature et Histoire autour du procès érigé en notion : “Créer l’histoire” ou encore l’histoire comprise comme enjeux scientifique de la création littéraire.

Depuis quelques années les relations entre historiens et littéraires se sont resserrées engendrant des entreprises communes et un souci de sortir des cloisonnements disciplinaires, tout ceci n’excluant pas malentendus et controverses. On assiste parallèlement à la multiplication de pratiques de “transgression” des frontières universitaires et scientifiques : historiens qui n’hésitent plus à écrire des fictions, économistes qui écrivent des pièces du théâtre, littéraires s’emparant des archives…

Créer l’histoire, c’est alors la faire, mais la faire autrement que ne la construisent seuls les historiens même si les créateurs sont eux aussi des artisans qui prélèvent du matériau pour le transformer, pour l’informer en quête d’un sens qui n’est pas donné. Inversement, c’est reconnaître à l’art, à la création, un faire l’histoire possible qui ne soit pas scientifique, qui soit un créer l’histoire : justement.

L’objet du séminaire est d’explorer les relations instituées entre la fabrique et la création et de creuser les marges (la beauté et la valeur dans l’histoire et l’histoire dans la beauté et la valeur par exemple). À chaque séance trois regards seront invités :un chercheur historien et un chercheur littéraire réunis autour d’un créateur. Ils sont destinés à se confronter, de façon à croiser une réflexion sur le genre littéraire ( théâtre, poésie, roman) et une réflexion sur une création et une analyse transversale menée au travers du prisme de l’histoire. Une place aussi large que possible sera laissée à la discussion.