22 janvier : Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et cartographies

Représentation visuelle de l’histoire II

Modélisations et cartographies

 

Mardi 22 janvier 2013

17h-19h30

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)

 

Crédits : Matthew Cusick, 2010.

Secrétaires de séance : Romain Bohet.

Invités : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III), Guillaume Robert (Artiste plasticien), Nicolas Coltice (Géophysicien, professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1) et Fanny Madeline (Historienne médiéviste, Paris I).

Répondants : Jean-Max Colard (Maître de conférences en littérature, Lille III), Louis Hincker (Maître de conférence en histoire moderne à l’université de Valenciennes).

 

 

Yves Baudelle – « La carte de la Caronie dans Roman Roi de Renaud Camus (1983) : une visualisation ludique de l’hybridité du roman historique ».

Bio-bibliographie : Yves Baudelle est normalien et professeur de littérature à l’université Lille III où il codirige la revue Roman 20-50. Vingtiémiste, il a coordonné de nombreuses publications collectives (sur Arland, Mandiargues, Sarraute, Robbe-Grillet, Eric Holder, etc). Poéticien, d’abord spécialiste d’onomastique et de géographie romanesques, il s’est ensuite tourné vers la question des rapports entre univers référentiel et mondes fictionnels, notamment dans l’autofiction. Dernier ouvrage : Bernanos, le rayonnement de l’invisible (PUF, 2008).

Résumé de l’intervention : dès lors que la géographie du roman est généralement hybride (Balbec voisinant avec Paris), et hybride aussi la prosopographie du roman historique (Ivanhoé croisant Richard Coeur-de-Lion), la spécificité de Roman Roi (P.O.L, 1983) est moins dans l’ambiguïté de son pacte – “Roman Roi n’est pas seulement un document historique. C’est aussi un drame d’amour et d’aventures” (4e de couverture) – que dans l’affichage visuel, au seuil de l’ouvrage, de cette hybridité ontologique de la fiction historique : au tableau généalogique de la maison de Caronie (imaginaire, mais apparentée aux Saxe-Cobourg-Gotha), p. 9-10, répond en effet, p. 7-8, une carte détaillée où la Caronie voisine avec la Roumanie, la Pologne et l’U.R.S.S. C’est à cette carte qu’on s’intéressera, pour voir notamment ce qu’elle nous revèle du délitement des axiomes antiréférentiels et du retour d’un romanesque jubilatoire au début des années 1980.

 

 

Guillaume Robert et Nicolas Coltice – « Propagande ».

Bio-bibliographie de Guillaume Robert : Guillaume Robert est artiste plasticien. Son travail s’est élaboré à partir d’une pratique vidéographique, pratique qui depuis quelques années s’ouvre à l’installation, à l’objet, au son, à l’écriture ou à la photographie. Ses projets artistiques convoquent des matériaux et des contextes spécifiques (historiques, architecturaux, géopolitiques, littéraires, etc). Il s’emploie à scénariser des processus de création qui se résolvent via l’invitation lancée à un garagiste, un géophysicien, des interprètes (danseurs, comédiens), un forgeron, un éclairagiste, un musicien, un frère, un apiculteur, un plasticien sonore, etc.

Expositions personnelles : Propagande (Maison Salvan, Labège, 2012), La paupière, le seuil (Centre d’art contemporain Les Eglises, Chelles, 2011, avec le soutien du DICREAM (cnc), du Fonds [SCAN] (Région Rhône-Alpes), du département de Seine-et-Marne), This isn’t a poem (Galerie Françoise Besson, Lyon, 2011, avec le soutien du cnap), Angola (Centre d’art contemporain Passerelle, Brest, 2010), Nergal (Galerie Maisonneuve, Paris, 2006).

Quelques expositions collectives : Lever une carte, Parcours d’art contemporain en vallée du Lot (Maison des arts Georges Pompidou, Cajarc, exposition du projet Drina, avec le soutien de la Région Rhöne-Alpes, et l’Institut français / Ville de Lyon, 2012), Hors-Gel (Centre d’art de Lacoux, 2012), Plutôt que rien (démontage) (Maison populaire de Montreuil, 2011), Nulle part est un endroit (CPIF, Pontault-Combault, 2010), Anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles (40m3, Rennes, 2008).

Quelques projections : Femis (pointligneplan), Galerie Duplex/10m2 (Sarajevo), Les Salaisons (Romainville), Cinéma L’Entrepôt (Paris), vidéothèque du FID Marseille.

 

Bio-bibliographie de Nicolas Coltice : Nicolas Coltice est professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1. Ses recherches en physique de la Terre portent sur l’évolution précoce des planètes et la tectonique des plaques. Depuis 2011 il est membre junior de l’Institut Universitaire de France.

Quelques publications récentes :

– N. Coltice, T. Rolf, P.J. Tackley, S. Labrosse, Dynamic Causes of
the Relation Between Area and Age of the Ocean Floor
, Science 149,
743-749 (2012).
– N. Coltice, H. Bertrand, P.F. Rey, F. Jourdan, B.R. Phillips,
Global warming of the mantle beneath continents back to the Archaean,
Gondwana Research15, 254-266 (2009).
– S. Labrosse, J.W. Hernlund, J. W., N. Coltice,  A crystallizing
dense magma ocean at the base of the Earth’s mantle
, Nature 450,
866-869 (2007).

Résumé de l’intervention : Guillaume Robert (artiste plasticien) et Nicolas Coltice (géophysicien) proposent une modélisation thermodynamique de la propagation des émeutes sur la Terre. Cette modélisation conceptuelle et numérique s’intitule Propagande. Elle articule des théories et des méthodologies issues des sciences physiques avec celles de la philosophie et de la science historique. On dirait que le positivisme bouge encore…

 

 

Fanny Madeline – « Cartographier un espace sans carte. Quels outils pour l’historien du Moyen Âge ? »

Bio-bibliographie de Fanny Madeline : Docteure d’une thèse d’histoire médiévale sur la construction territoriale du pouvoir aux XIIe et XIIIe siècles, (« la politique de construction des Plantagenêt et la formations d’un territoire politique 1154-1216 », soutenue en 2009 à Paris 1 Panthéon-Sorbonne), elle enseigne aujourd’hui en lycée en Seine-Saint-Denis.

Membre associée au LAMOP (UMR 8589 CNRS/Paris 1)

Publication récente : L. De Cock, F. Madeline, N. Offenstadt, S. Wahnich, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Paris, Agone, 2008.

Résumé de l’intervention : La cartographie est un mode de représentation de l’espace qui n’apparaît en occident véritablement qu’au début de l’époque moderne avec la première mondialisation. Au Moyen Âge, l’appréhension de l’espace comme fondamentalement discontinu, hétérogène et polarisé explique d’une certaine manière la rareté de cette représentation continue et homogène du territoire. Comment représenter alors les phénomènes spatiaux qui ne s’inscrivent pas dans un espace de type euclidien ? À partir d’exemples cartographiques, je montrerai les perspectives heuristiques de quelques modalités de représentations actuelles de l’espace médiéval.

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn