2 avril : Dire la catastrophe

Dire la catastrophe

 

Mardi 2 avril 2013

17h-19h30

 

Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société, Lille

Salle 2

 

Le tremblement de terre de Lisbonne, 1755 – Illustration d’époque

 

Secrétaires de séance : Dimitri Julien et Eléonore Cotton.

Invités : Brice Gruet (Maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Créteil), Camille de Toledo (Ecrivain, vidéaste, musicien et photographe), Dominique Viart (Professeur en Littérature française, Lille III).

Répondants : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III).

 

 

Brice Gruet – Comme une icône brûlante : la réalité multiple des volcans italiens

Bio-bibliographie : Brice Gruet est maître de conférences à l’UPEC. Ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, il se consacre essentiellement à la géographie historique et culturelle. Ses thèmes de prédilection concernent la ville, le patrimoine et les catastrophes naturelles, en Italie essentiellement et dans le monde méditerranéen en général. Ses recherches actuelles portent le sacré et la modernité. Il travaille pour une habilitation à diriger les recherches sur la protection contre les catastrophes à Naples à l’époque actuelle, et notamment sur l’intercession de san Gennaro. Il est rédacteur et directeur artistique de la revue la Géographie et co-fondateur avec Gilles Fumey du site geographica.net. Brice Gruet a publié la Rue à Rome, miroir de la ville. Entre l’émotion et la norme, en 2006. Auparavant, il a participé à la collection Terre des Villes, chez Belin, notamment sur les volumes consacrés à Naples et Rome. Enfin, un ouvrage sur l’éruption du Monte Nuovo, en 1538, est sous presse au PUBP.

 

Résumé de l’intervention : Les volcans tels que le Vésuve, le Stromboli ou l’Etna font partie intégrante de l’histoire et des paysages italiens et européens depuis l’Antiquité. Ils ont très fortement stimulé l’imaginaire artistique, littéraire et scientifique, jusqu’à nos jours. En rapport avec les volcans d’Europe et du monde, les “montagnes de feu” italiennes brouillent les frontières entre raison et déraison, rêve et explication, art et science ou même nature et culture. C’est cet entre-deux qui servira de point d’appui à notre parcours entre plusieurs genres : peinture, littérature, science et philosophie s’entremêlent allègrement pour laisser deviner une “icône brûlante”, c’est à dire une image qui se consume comme elle consume l’imaginaire de celui qui la regarde.

 

 

 

Camille de Toledo – La chute de Fukuyama. Un opéra pour une catastrophe

Bio-bibliographie : Né en 1976, Camille de Toledo est écrivain et plasticien. Il a fait ses études à Londres – LSE – puis à New York (Tisch School). Il a publié aux éditions Verticales L’inversion de Hieronymus Bosch (2005) et Vies et mort d’un terroriste américain (2007), qui font partie d’une tétralogie romanesque sur l’ersatz et la duplication du réel. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Medicis pour son travail vidéo, Racontez-nous, Anna, et littéraire. Il est l’auteur de trois essais esthétiques et politiques dont Le Hêtre et le Bouleau, essai sur la tristesse européenne (Seuil, 2009). Son travail dans l’entre-des-langues emprunte à plusieurs genres : poème, chant, roman. Camille de Toledo emploie le terme d’« esthétique du vertige » pour qualifier ses écritures. En 2011, il signe Vies pøtentielles (Seuil), un roman fragmentaire où s’affirme le thème de la transmission. L’année suivante, est publié un long poème autour du massacre d’Utøya : L’Inquiétude d’être au monde (Verdier, 2012). Dans son travail de vidéaste et de photographe, Camille de Toledo explore des « strates » de fictions dans lesquelles il excave une forme très picturale. Ses vidéos expérimentales (série du « cinéma pauvre ») ont été présentées à la Femis (2008) et à la Ménagerie de Verre (2012), mais aussi (2002) au Festival de Cannes dans la sélection court-métrage. Cette année, mêlant son travail d’écrivain et de vidéaste, il a imaginé  le livret et les vidéos de l’opéra La Chute de Fukuyama dont la première mondiale a lieu salle Pleyel à Paris le 29 mars 2013.

(Site personnel : http://toledo-archives.net/)

 

 

Résumé de l’intervention : Camille de Toledo évoquera la genèse et la création de l’opéra “La Chute de Fukuyama” (création le 29 mars 2013, Paris) dont il a conçu le livret et les vidéos. La musique est de Grégoire Hetzel.
La Chute de Fukuyama s’impose comme un travail sur l’irreprésentable, la catastrophe et le rapport de l’homme à l’Histoire. Le temps de l’opéra se déploie simultanément avant, après, pendant les attentats du 11 septembre 2001. Entre le rêve d’une paix éternelle et le retour de la guerre, entre la mémoire du 20e siècle et la fiction générale du 21e siècle. Dans plusieurs aéroports du monde, le trafic est interrompu. Les derniers vols se posent. Les voyageurs attendent. Lieux par excellence des flux, les halls d’enregistrement se figent. Les déchets de repas, les rebuts de l’attente s’accumulent. En plusieurs langues, les voyageurs suivent l’Histoire se dérouler au loin, sur les écrans-plasma devant lesquels ils errent. Entre effroi, bégaiement et folie, ils méditent sur les premières années du 21e siècle : années de la guerre, où le réel a pris la forme d’une fiction totale. Ils voudraient agir sur l’Histoire, s’y relier, mais ils ne peuvent rien.

Voir le site : http://chutedefukuyama.com/

 

 

Dominique Viart – Vers une poétique spectrale de l’Histoire

Bio-bibliographie : Essayiste et critique, membre de l’Institut Universitaire de France, professeur à l’Université Lille  3, Dominique Viart co-dirige la Revue des Sciences Humaines. Ses travaux portent sur les écritures narratives et poétiques depuis la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à nos jours. On lui doit notamment d’avoir développé l’étude de la littérature contemporaine dans la recherche universitaire française et créé à cet effet plusieurs revues et collections scientifiques, dont Ecritures contemporaines (Minard-Lettres modernes), Perspectives (PU du Septentrion)  et Ecrivains au présent (Bordas puis Armand Colin).

Auteur de livres sur Jacques Dupin, Claude Simon, Pierre Michon, François Bon, le roman au 20e siècle, sur la poésie moderne et sur la littérature contemporaine (La Littérature française au présent, avec B. Vercier, Bordas, 2005, rééd. augmentée 2008), il a dirigé de nombreux ouvrages collectifs parmi lesquels : Littérature et sociologie (avec D. Rabaté et P. Baudorre, 2007) ; Ecritures blanches (avec D. Rabaté, 2009) ; Nouvelles écritures littéraires de l’Histoire (2009) ; François Bon, éclats de réalité, (avec J.B. Vray, 2010) ; La Littérature française du 20e siècle lue de l’étranger (2011).

Viennent de paraître : Fins de la littérature, tome 1 : Esthétiques et discours de la fin ; tome 2 : Historicité de la littérature contemporaine (avec L. Demanze, Armand Colin, 2012) et Ecrire le présent (avec G. Rubino, Armand Colin, 2013).

 

Résumé de l’intervention : La présente contribution voudrait interroger la naissance et le développement, dans la période contemporaine, d’une forme romanesque particulière, que je propose d’appeler « fictions post-apocalyptiques », et dont la littérature donne de nombreux exemples. Contrairement à ce que l’on pourrait croire en suivant le trajet de Volodine, elle n’aurait pas sa seule source dans un certain usage de la « science-fiction », mais proviendrait d’une manière particulière de dire l’Histoire après les catastrophes du XXe siècle. Récit des camps et terreur atomique s’y combinent à une pratique singulière de l’écriture qui relève de l’image obsédante et de la métaphore cataclysmique telles qu’on les rencontre déjà chez Claude Simon, donnent lieu aux figures erratiques des Pièces de guerre d’Edward Bond et du Théâtre de la mort de Kantor, aux voix errantes de Gaudé (Cris) et de Kermann (La Mastication des morts) et finissent par susciter des fictions entièrement organisées sur ces principes combinés (chez Nicole Caligaris et chez Antoine Volodine par exemple).

Un progressif désancrage de l’Histoire événementielle y signe le double affranchissement du discours des historiens et du roman historique au profit d’une méditation d’une autre nature, a-représentative et délibérément non-réaliste, qu’il s’agira de définir non pas seulement d’un point de vue thématique mais en analysant ce qui relève d’une poétique spectrale.

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

22 janvier : Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et cartographies

Représentation visuelle de l’histoire II

Modélisations et cartographies

 

Mardi 22 janvier 2013

17h-19h30

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

Salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)

 

Crédits : Matthew Cusick, 2010.

Secrétaires de séance : Romain Bohet.

Invités : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III), Guillaume Robert (Artiste plasticien), Nicolas Coltice (Géophysicien, professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1) et Fanny Madeline (Historienne médiéviste, Paris I).

Répondants : Jean-Max Colard (Maître de conférences en littérature, Lille III), Louis Hincker (Maître de conférence en histoire moderne à l’université de Valenciennes).

 

 

Yves Baudelle – « La carte de la Caronie dans Roman Roi de Renaud Camus (1983) : une visualisation ludique de l’hybridité du roman historique ».

Bio-bibliographie : Yves Baudelle est normalien et professeur de littérature à l’université Lille III où il codirige la revue Roman 20-50. Vingtiémiste, il a coordonné de nombreuses publications collectives (sur Arland, Mandiargues, Sarraute, Robbe-Grillet, Eric Holder, etc). Poéticien, d’abord spécialiste d’onomastique et de géographie romanesques, il s’est ensuite tourné vers la question des rapports entre univers référentiel et mondes fictionnels, notamment dans l’autofiction. Dernier ouvrage : Bernanos, le rayonnement de l’invisible (PUF, 2008).

Résumé de l’intervention : dès lors que la géographie du roman est généralement hybride (Balbec voisinant avec Paris), et hybride aussi la prosopographie du roman historique (Ivanhoé croisant Richard Coeur-de-Lion), la spécificité de Roman Roi (P.O.L, 1983) est moins dans l’ambiguïté de son pacte – “Roman Roi n’est pas seulement un document historique. C’est aussi un drame d’amour et d’aventures” (4e de couverture) – que dans l’affichage visuel, au seuil de l’ouvrage, de cette hybridité ontologique de la fiction historique : au tableau généalogique de la maison de Caronie (imaginaire, mais apparentée aux Saxe-Cobourg-Gotha), p. 9-10, répond en effet, p. 7-8, une carte détaillée où la Caronie voisine avec la Roumanie, la Pologne et l’U.R.S.S. C’est à cette carte qu’on s’intéressera, pour voir notamment ce qu’elle nous revèle du délitement des axiomes antiréférentiels et du retour d’un romanesque jubilatoire au début des années 1980.

 

 

Guillaume Robert et Nicolas Coltice – « Propagande ».

Bio-bibliographie de Guillaume Robert : Guillaume Robert est artiste plasticien. Son travail s’est élaboré à partir d’une pratique vidéographique, pratique qui depuis quelques années s’ouvre à l’installation, à l’objet, au son, à l’écriture ou à la photographie. Ses projets artistiques convoquent des matériaux et des contextes spécifiques (historiques, architecturaux, géopolitiques, littéraires, etc). Il s’emploie à scénariser des processus de création qui se résolvent via l’invitation lancée à un garagiste, un géophysicien, des interprètes (danseurs, comédiens), un forgeron, un éclairagiste, un musicien, un frère, un apiculteur, un plasticien sonore, etc.

Expositions personnelles : Propagande (Maison Salvan, Labège, 2012), La paupière, le seuil (Centre d’art contemporain Les Eglises, Chelles, 2011, avec le soutien du DICREAM (cnc), du Fonds [SCAN] (Région Rhône-Alpes), du département de Seine-et-Marne), This isn’t a poem (Galerie Françoise Besson, Lyon, 2011, avec le soutien du cnap), Angola (Centre d’art contemporain Passerelle, Brest, 2010), Nergal (Galerie Maisonneuve, Paris, 2006).

Quelques expositions collectives : Lever une carte, Parcours d’art contemporain en vallée du Lot (Maison des arts Georges Pompidou, Cajarc, exposition du projet Drina, avec le soutien de la Région Rhöne-Alpes, et l’Institut français / Ville de Lyon, 2012), Hors-Gel (Centre d’art de Lacoux, 2012), Plutôt que rien (démontage) (Maison populaire de Montreuil, 2011), Nulle part est un endroit (CPIF, Pontault-Combault, 2010), Anachronismes et autres manipulations spatio-temporelles (40m3, Rennes, 2008).

Quelques projections : Femis (pointligneplan), Galerie Duplex/10m2 (Sarajevo), Les Salaisons (Romainville), Cinéma L’Entrepôt (Paris), vidéothèque du FID Marseille.

 

Bio-bibliographie de Nicolas Coltice : Nicolas Coltice est professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1. Ses recherches en physique de la Terre portent sur l’évolution précoce des planètes et la tectonique des plaques. Depuis 2011 il est membre junior de l’Institut Universitaire de France.

Quelques publications récentes :

– N. Coltice, T. Rolf, P.J. Tackley, S. Labrosse, Dynamic Causes of
the Relation Between Area and Age of the Ocean Floor
, Science 149,
743-749 (2012).
– N. Coltice, H. Bertrand, P.F. Rey, F. Jourdan, B.R. Phillips,
Global warming of the mantle beneath continents back to the Archaean,
Gondwana Research15, 254-266 (2009).
– S. Labrosse, J.W. Hernlund, J. W., N. Coltice,  A crystallizing
dense magma ocean at the base of the Earth’s mantle
, Nature 450,
866-869 (2007).

Résumé de l’intervention : Guillaume Robert (artiste plasticien) et Nicolas Coltice (géophysicien) proposent une modélisation thermodynamique de la propagation des émeutes sur la Terre. Cette modélisation conceptuelle et numérique s’intitule Propagande. Elle articule des théories et des méthodologies issues des sciences physiques avec celles de la philosophie et de la science historique. On dirait que le positivisme bouge encore…

 

 

Fanny Madeline – « Cartographier un espace sans carte. Quels outils pour l’historien du Moyen Âge ? »

Bio-bibliographie de Fanny Madeline : Docteure d’une thèse d’histoire médiévale sur la construction territoriale du pouvoir aux XIIe et XIIIe siècles, (« la politique de construction des Plantagenêt et la formations d’un territoire politique 1154-1216 », soutenue en 2009 à Paris 1 Panthéon-Sorbonne), elle enseigne aujourd’hui en lycée en Seine-Saint-Denis.

Membre associée au LAMOP (UMR 8589 CNRS/Paris 1)

Publication récente : L. De Cock, F. Madeline, N. Offenstadt, S. Wahnich, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Paris, Agone, 2008.

Résumé de l’intervention : La cartographie est un mode de représentation de l’espace qui n’apparaît en occident véritablement qu’au début de l’époque moderne avec la première mondialisation. Au Moyen Âge, l’appréhension de l’espace comme fondamentalement discontinu, hétérogène et polarisé explique d’une certaine manière la rareté de cette représentation continue et homogène du territoire. Comment représenter alors les phénomènes spatiaux qui ne s’inscrivent pas dans un espace de type euclidien ? À partir d’exemples cartographiques, je montrerai les perspectives heuristiques de quelques modalités de représentations actuelles de l’espace médiéval.

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Programme définitif du séminaire Créer l’/Histoire 2012/2013

Crédits photographiques : Antoine Perrot.

 

Programme complet du séminaire Créer l’/Histoire (2012-2013) :

Dominique Dupart (Alithila) et Mélanie Traversier (IRHIS)
Université Charles-de-Gaulle Lille 3 – salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)- ou salle 2 de la MESHS (pour les séances d’avril)

Site du séminaire : http://crehist.hypotheses.org/

Les mardis 9 octobre, 6 novembre, 22 janvier, 5 mars, 2 avril et 9 avril.
17h -19H30

Le séminaire Créer l’/Histoire est désormais âgé d’un an et il a accueilli un large public d’enseignants et d’étudiants en histoire et  en lettres ( Master et Doctorants). Cette année,  Mélanie Traversier (Irhis) prend le relais de Sylvie Aprile nommée à la tête du Département d’Histoire. Sur ce site, vous pourrez trouver les programmes des numéros de revue qui sont associés au séminaire ainsi que le programme de la journée d’étude Parler en Guerre programmée pour le vendredi 5 octobre, une journée d’étude coordonnée par Sylvie Aprile et Dominique Dupart en liaison avec le séminaire. Cette année, à destination des agrégatifs, le séminaire Créer l’Histoire parraine la journée Benjamin qui aura lieu le vendredi 15 février (Alison Boulanger, STL, Dominique Dupart).

Cette année, le séminaire est consacré à l’étude des supports divers de l’histoire, les différentes formes de son incarnation : la peinture et la photographie autour de la forme du portrait, la musique autour de la forme historique/historienne – s’il en est – qu’est le rock’n roll, le théâtre, le cinéma, la modélisation (cartographie, arts plastiques) mais aussi les humanités numériques avec une séance organisée autour de la création du livre numérique, création «  en recherche » et en «  art » : puisque le digital a pour vocation d’accueillir simultanément des éditions nouvelles de livres anciens et des œuvres contemporaines. Chaque fois, ces  différentes représentations visuelles de l’histoire seront abordées en regard de la recherche les concernant qui s’accomplit en histoire et en littérature et en collaboration avec un artiste invité qui en présente la vivante incarnation : le photographe Patrick Faigenbaum, le musicien Rodolphe Burger, le romancier- librettiste Camille de Toledo, le poète Olivier Cadiot  mais aussi un cinéaste : Stefano Savona. Trois intervenants par séance : c’est la règle de Créer l’/Histoire : un historien, un littéraire et un créateur. Le séminaire privilégie enfin les collaborations avec les chercheurs de Lille III : il a pour vocation d’être un séminaire d’équipe ( Alithila et Irhis) et de mettre à l’honneur les recherches en cours dans son université d’accueil et de fédérer des dynamiques de recherche communes : c’est ainsi qu’un grand intérêt est porté sur la fonction des répondants et des secrétaires de séances,  tous acteurs de Lille III. Les répondants – des enseignants- chercheurs-  sont là pour enrichir la séance de leur regard sans pourtant intervenir proprement dit tandis que les secrétaires de séance impliquent une participation active des étudiants qui suivent le séminaire en leur donnant la possibilité de publier par la suite sur le site du séminaire. A chaque séance, c’est une petite équipe qui est présente et qui confère une collégialité attractive à la manifestation. Notons que cette année, la séance consacrée à Stefano Savona et à la représentation cinématographique de l’histoire permet d’ouvrir le séminaire au Département d’études cinématographique de Lille III et à la classe préparatoire Khâgne cinéma du Lycée Faidherbe : leurs étudiants seront présents en compagnie de leurs enseignants.

 

9 octobre 2012 : Data-Littérature et Digital History. Ecriture et Histoire à l’heure du numérique.

Invités : Gil Bartholeynsv (Historien, chaire d’étude visuelle à l’Université Lille III), Xavier De La Porte (Animateur de l’émission “Place de la Toile” sur France Culture), Alexandre Gefen (Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Française, CNRS, Paris IV-Sorbonne).

Répondant : Andrea Del Lungo (Professeur en Littérature française, Lille III).

 

6 novembre 2012 : Représentation visuelle de l’histoire I – Le portrait.

Invités : Diane Bodart (Maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université de Poitiers), Patrick Faigenbaum (Photographe), Lise Wajeman (Maître de conférences en littérature comparée, CIELAM, Aix Marseille).

Répondants : Barbara Bohac (Maître de conférences en littérature, Lille III), Frédéric Briot (Maître de conférences en littérature, Lille III), Charles-Olivier Sticker-Metral (Maître de conférences en littérature, Lille III).

 

22 janvier 2013 : Représentation visuelle de l’histoire II – Modélisations et cartographies

Invités : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III), Guillaume Robert (Artiste plasticien), Nicolas Coltice (Géophysicien, professeur des universités à l’université Claude Bernard Lyon 1) et Fanny Madeline (Historienne médiéviste, Paris I).

Répondants : Jean-Max Colard (Maître de conférences en littérature, Lille III), Louis Hincker (Maître de conférence en histoire moderne à l’université de Valenciennes).

 

26 février 2013 : Littérature et histoire à l’heure du rock – Musique et histoire.

Invités : Jérémy Gasso (Musicien), Lydie Salvayre (Ecrivain) et Hervé Mazurel (Historien, Université d’Orléans).

Répondant : Florence Tamagne (Maître de conférences en histoire contemporaine, Lille III).

 

2 avril 2013 : Dire la catastrophe (salle 2 de la MESHS)

Invités : Brice Gruet (Maître de conférences en géographie à l’université Paris-Est Créteil), Camille de Toledo (Ecrivain, vidéaste, musicien et photographe), Dominique Viart (Professeur en Littérature française, Lille III).

Répondant : Yves Baudelle (Professeur en Littérature française, Lille III).

 

9 avril 2013 : Représentation visuelle de l’histoire III – Cinéma et histoire (salle 2 de la MESHS)

Invités : Antoine de Baecque (Historien, critique de cinéma), Stefano Savona (Réalisateur), Dork Zabunyan (Maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Lille 3).

Répondants : Stéphane Cattalano (CPGE Lettres, option cinéma, lycée Faidherbes de Lille), Julie Savelli (Université Paul Valéry, Montpellier III).

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn