Programme du séminaire Créer l’/Histoire 2011-2012

Séminaire Créer l/Histoire

 Sylvie Aprile ( Irhis) et Dominique Dupart (Alithila) 

Mardi : 17H30-19H30/ salle A4 219

 [Niveau Forum, passer devant bibliothèque Michelet, 2e couloir à droite]

Les mardi 18 octobre, 15 novembre, 6 décembre, 17 janvier, 7 février, et 3 avril

 

Séance 1.  Comment créer l/histoire ?

Mardi 18 octobre

 

Sylvie APRILE, professeur en histoire contemporaine, Lille III, revue Écrire l’Histoire : «  Les historiens en littérature : bilan historiographique, interrogations présentes »

 

Dominique DUPART, maitre de conférence en littérature française, revue Écrire l’Histoire : « Créer l/histoire en littérature »

 

Fiona MACINTOSH, professeur en littérature française, Lille III

(Écriture de l’Histoire et regard rétrospectif, Champion, Mars 2011) : « Écriture de l/histoire et relativisme. »

 

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l/histoire.

Mardi 15 novembre

 

Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

 

Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l/histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien »

 

Séance 3 : Éditer l’histoire au présent

Mardi 6 décembre

Vincent CASANOVA, Directeur de publication de la revue Vacarme : « Vacarme : la vérité de l’indicatif »

Eric HAZAN, directeur des éditions La Fabrique.

(L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Seuil, 2002 ; Paris sous tension, La Fabrique, avril 2011)

Claude MILLET, professeur en littérature française à l’UFR Lac de l’université de Paris-Diderot, éditrice de la revue Écrire l’histoire (CERILAC Paris-Diderot)

Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.

Mardi 17 janvier

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011): « Animer les idées »

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007)

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III,

Séance 5. Archive et littérature. Matières d’histoire, Matières de fiction

Mardi 7 février

 Christophe HANNA, Revue Nioques,

(Petits poëmes en prose, Poésie action directe, G.U.T.s, Nos visage-flash ultimes, Valérie par Valérie, Nos dispositifs poétiques)

Les Berthier ou comment j’écris avec mon téléphone

Michèle Riot-Sarcey, professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris VIII-Saint-Denis,

(De la différence des sexes. Le genre en histoire, (dir.), Larousse, 2010) : La littérature comme archive

 

Mardi 3 avril

Séance de conclusion

 

Créer l’histoire

Ce carnet est destiné à rendre compte d’une recherche spécifique sur les liens entretenus entre Littérature et Histoire autour du procès érigé en notion : “Créer l’histoire” ou encore l’histoire comprise comme enjeux scientifique de la création littéraire.

Depuis quelques années les relations entre historiens et littéraires se sont resserrées engendrant des entreprises communes et un souci de sortir des cloisonnements disciplinaires, tout ceci n’excluant pas malentendus et controverses. On assiste parallèlement à la multiplication de pratiques de “transgression” des frontières universitaires et scientifiques : historiens qui n’hésitent plus à écrire des fictions, économistes qui écrivent des pièces du théâtre, littéraires s’emparant des archives…

Créer l’histoire, c’est alors la faire, mais la faire autrement que ne la construisent seuls les historiens même si les créateurs sont eux aussi des artisans qui prélèvent du matériau pour le transformer, pour l’informer en quête d’un sens qui n’est pas donné. Inversement, c’est reconnaître à l’art, à la création, un faire l’histoire possible qui ne soit pas scientifique, qui soit un créer l’histoire : justement.

L’objet du séminaire est d’explorer les relations instituées entre la fabrique et la création et de creuser les marges (la beauté et la valeur dans l’histoire et l’histoire dans la beauté et la valeur par exemple). À chaque séance trois regards seront invités :un chercheur historien et un chercheur littéraire réunis autour d’un créateur. Ils sont destinés à se confronter, de façon à croiser une réflexion sur le genre littéraire ( théâtre, poésie, roman) et une réflexion sur une création et une analyse transversale menée au travers du prisme de l’histoire. Une place aussi large que possible sera laissée à la discussion.