Histoire et poésie. Métriques de l/’Histoire. 15 novembre.Programme détaillé

Séance 2. Histoire et poésie. Métriques de l’histoire.

Légende de l’illustration : Une page de  Jack La Motta, Comme un Taureau sauvage, Presses de la cité, 1980.

Mardi 15 novembre


Pascale BOUHENIC, poète

( Boxing parade, Paris, L’Arbalète-Gallimard, 2011) : « Le poème ou la forme d’une vie »

[ Forme est à prendre dans les deux sens de mise en forme (par le vers) et de destination ( la forme, c’est la prise en compte du lecteur – la forme, c’est le destinataire, c’est l’autre dit Thierry de Duve). Mon intervention portera sur Boxing parade en général et sur La vie du Taureau en particulier. Je présenterai le personnage de Jack la Motta, puis le film de Scorsese. Puis je présenterai mon récit en vers et j’expliquerai d’une part l’intérêt que je trouve à écrire depuis le document, qu’il soit cinématographique ou biographique, et d’autre part pourquoi le vers est à mon sens une forme adaptée au récit de vie. Plusieurs choses sont mêlées ici qui m’intéressent : l’étude et la culture populaire, l’individu et l’Histoire, le corps, le mouvement et sa transcription dans le texte. Les derniers vers du livre sont “neuve/comme cette vie envers” : en quoi le vers permet-il de raviver le récit ? ]


Thomas CLERC, maitre de conférence en littérature française à l’université Paris-Ouest, écrivain

(L’homme qui tua Roland Barthes, L’Arbalète-Gallimard, 2010.) : « Histoire en vers et envers de l’histoire : sur l’homme qui tua Pierre Goldman »

[Mon intervention portera sur “L’homme qui tua Pierre Goldman”. Je présenterai le livre de Goldman, Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France, Seuil, 1975. Puis je présenterai ma nouvelle en vers et je problématiserai les relations entre ce type de forme versifiée et l’histoire de Goldman dans le contexte de la France de 1975 et dans celui de la France de 2011. L’idée est que la littérature, surtout quand elle le le lieu de personnes non autorisées (Goldman n’est pas  “écrivain”) permet de fabriquer une contre-histoire (et un contre- canon littéraire. Il serait bon que les étudiants aient lu le texte de Goldman et peut-être le mien ?”]

 

Caroline CALLARD, maitre de conférence en histoire moderne, Paris IV

(«  Le poète et l’historien : un art du kidnapping, Critique, mars 2004) : «  Sur le ring, le poète et l’historien » La poésie en vers à contenu « historique » fait signe de manière évidente vers l’épopée. Le prestige que ce genre a reçu, d’Aristote à Hugo, en signale aussi l’intérêt politique. Aussi poésie et histoire nouent-elles longtemps des liens étroits sous la monarchie française, composant les deux faces d’un même processus mythographique : de Virgile à Ronsard (Franciade), de Jean Chapelain ( La Pucelle ou la France délivrée, 1656) à Voltaire ( l’Henriade, 1723). Significativement, les véritables réussites du genre – dont La Légende des Siècles de Hugo est le paradigme– sont à mettre au crédit du siècle qui place l’histoire au centre de son épistèmê, (voir sur ces questions, le beau livre de Jean-Marie Roulin : L’Epopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique, Oxford, 2005).

Au XXIe siècle, l’histoire de la poésie épique permet-elle d’éclairer les formes contemporaines de l’écriture poétique et son rapport à l’histoire ?

L’interrogation peut se déployer dans trois champs :

1. Le rapport à l’histoire par le biais du rapport à la tradition formelle :

Le choix du vers décasyllabique, vers traditionnel de l’épopée, chez Thomas Clerc par exemple, « retrouvé » au bénéfice de la figure du criminel, produit un discours sur la grande tradition littéraire de l’épopée,  qui est, par essence, historique. Le choix de la versification anime pareillement l’écriture de Florence Benhami et reverse ses effets d’ennoblissement au profit de la figure du boxeur, à la fois mythique, populaire et déjà anachronique. Ces textes instaurent un espace de circulation singulier au sein du corpus poétique et  « jouent » en un sens avec eux .

2. Le rapport à l’histoire au regard de l’épistémologie 

A une époque où la frontière entre l’histoire et la littérature est infiniment travaillée, traversée et retraversée d’éclatantes réussites ou d’errances plus glauques, l’écriture poétique semble afficher hautement son refus de l’ambigüité et sa « pure » littérarité. Pour autant, l’exhibition du matériau historique, mieux, de sa source (Les textes de nature autobiographiques de Pierre Goldman ou du Taureau), sont au cœur du procédé d’écriture. Quel est le rapport entre la désignation des éléments du réel et la production de la fiction ?

3. Le rapport à la fonction sociale (politique ?) de l’histoire comme récit collectif

L’épopée a longtemps eu l’ambition d’ancrer l’écriture dans la définition d’un destin collectif, par l’articulation, notamment, de l’histoire d’un individu et de la communauté d’un peuple. Le poème de Th. Clerc comme celui de F. Benhami, qui proposent tous deux la formalisation d’expériences individuelles où se joue la question de la marginalité – mais aussi de la célébrité – permettent de reformuler cette question.

Ces interrogations ont l’ambition d’ouvrir un espace de débat aussi sincère que peut l’être le ring du boxeur (quand la mafia n’y met pas les pates !), mais, espérons-le, moins violent… les étudiants peuvent s’y présenter sans crainte.