Économie et fiction. Éco-fiction. Programme détaillé. 17 janvier.

 Séance 4. Économie et fiction. Éco-fiction.Mardi 17 janvier

 

Frédéric LORDON, économiste, directeur de recherche au CNRS

(D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise finan-cière, en quatre actes, et en alexandrins, Seuil, Paris, mai 2011) : « Animer les idées »

[La persévérance dans l’erreur des politiques économiques non seulement contre tous les avertissements, formulés depuis de très longues années, par les économistes hétérodoxes, mais plus encore contre les infirmations violente et répétées du réel même atteste négativement l’impuissance relative du logos et l’incapacité des conversions abandonnées aux “prises de conscience” envisagées sur un mode purement intellectuel, comme efficacité de la critique. Produire des effets en politique n’est pas, et ne sera sans doute jamais, qu’une affaire d’idées opposées à des idées, et tout se joue dans un certain supplément qu’une vision simpliste habermassienne manque systématiquement : un supplément d’affect et d’imaginations. C’est en ce point précis que la littérature offre son effet spécifique, elle qui, par vocation, ajoute des affects à la pensée. Peut-être lutter contre le néolibéralisme exige-t-il désormais de passer par la littérature…]

 

Christophe REFFAIT, maitre de conférence  en littérature française à l’université de Picardie Jules Verne

(La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Discours romanesque et imaginaire social de la spéculation, Champion, 2007) : « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas »

[La démarche inverse de celle de l’économiste qui s’en remet, pour convaincre, aux pouvoirs de la fiction, est celle du romancier qui va puiser dans le corpus économique pour y trouver de nouvelles catégories d’analyse promotrices de romanesque. Si Martial Poirson et Yves Citton ont notamment montré, dans la vaste synthèse introductive de leur volume sur Les Frontières littéraires de l’économie (Desjonquères, 2008), qu’on n’a pas attendu l’émergence de l’économie politique classique et sa critique pour rencontrer aux XVIIe et XVIIIe siècles des œuvres qui en exposent et en contestent déjà les principes, il demeure légitime d’étudier ce qui intéresse prosaïquement les romanciers du XIXe siècle dans le langage de la science nouvelle (et peut-être faudrait-il en passer ici par une distinction entre l’usage de cette science par les dramaturges et les pamphlétaires, qui est un usage rhétorique, de la retrempe qui en est proposée par les romanciers). On sait le romancier du XIXe siècle historien, philosophe, moraliste, médecin, éventuellement théologien. Comment n’aurait-il pas aussi ambitionné un peu des pouvoirs de cette science économique nouvelle qui, pour reprendre un titre de Bastiat, propose non seulement d’expliquer “ce qu’on voit” mais aussi “ce qu’on ne voit pas” ? Stendhal, lecteur de Say et Smith ; Flaubert, lecteur de Bastiat ; Zola lecteur de digests des théories socialistes, nous aident à percevoir ce que le romancier recherche au juste dans le raisonnement économique. Prêter un peu d’attention à leur lecture (lecture qui laisse des traces, des notes, ce qui nous ramène peut-être à la question de l’archive) est pour la critique littéraire un moyen de s’arracher au vertige des analyses tout économiques auxquelles se prête trop facilement la fiction.]

 

Béatrice TOUCHELAY, professeur en histoire contemporaine à Lille III

(Dictionnaire historique du patronat français, Larousse, 2010 ; La genèse des organisations patronales, PUR (en cours de publication))

 « La crise actuelle ou le patronat décomplexé »

[L’analyse de la crise financière élude souvent un acteur fondamental de l’activité économique et financière qui est le patron. Le banquier est dissout dans le trader, alors que le métier de banque n’a pas disparu, le chef d’entreprise disparaît dans le manager, alors que l’unité de production existe encore bel et bien, la fonction de direction de l’entreprise a disparu, on ne parle plus que de sa gestion. Les dirigeants politiques utilisent la même gomme : gestionnaire des deniers publics, ils évaluent beaucoup, mais ne gouvernent plus faute de moyens disent-ils. Tout se passe comme si la responsabilité économique était diluée, évaporée même, plus de patron, plus de responsable politique, tous ont été engloutis par l’impératif de la mondialisation et de la finance. Les experts, les « conseillers » sont devenus des fusibles, isolant les décideurs d’hier de la sanction de l’opinion. Jugés et se jugeant totalement impuissants face à la crise, personne ne revendique aucune responsabilité. Le patron ne revient sur ses actes que s’il y est sommé par le Juge. Cette fuite devant les responsabilités entretient l’idée que toute réaction face à la crise est impossible ou vaine. Plus de « mur d’argent » ni de « deux cents familles » dans le paysage économique français, plus de responsable de la crise, ni d’incitation à réagir, ce qui prive la critique d’interlocuteur et met le « conseiller » du Prince sur un fil du rasoir dès qu’il est clairvoyant. La littérature offre t’elle une autre vision des choses ? Comment la question de la responsabilité des patrons, des dirigeants d’entreprises publiques et privées et celle des « experts » de la finance est-elle posée dans La Comédie sérieuse (Frédéric Lordon) ? L’approche est elle différente dans Daewoo (François Bon) ou dans ou dans Faut pas payer (Dario Fo) ? La littérature reste elle le lieu du regard critique sur ces riches qui nous dirigent, condamnant le recours facile et généralisé à l’impuissance publique et fiscale. Aurait-elle les moyens de freiner l’opération actuelle de déculpabilisation collective du patronat et du personnel politique, de remettre à leur place les « conseillers » et de réintroduisant la critique

dans le débat public ? ]