Représentation visuelle de l’histoire I. Le portrait. Histoire, Photographie et peinture. Mardi 6 novembre.17h00-19H30. Université de Lille III. Salle IRHIS.

Représentation visuelle de l’histoire 1

Le portrait.

Histoire, Photographie et Peinture

Mardi 6 novembre

17H-19H30

Université Lille III

Salle Irhis A1 152 (anciennement A3 101)

 

Secrétaires de séance :  Carine Capone et Emilie Mouquet

Répondant /e/s: Barbara Bohac, Maitre de conférences en littérature, Alithila,  Lille III,  Frédéric Briot, Maitre de conférences en littérature, Alithila, Lille III,  Charles-Olivier Sticker-Metral, Maitre de conférences, Alithila, Lille III.

 

Diane Bodart, Maitre de conférences en histoire de l’art moderne, université de Poitiers 

Construire l’image impériale : Titien et les portraits de Charles Quint 

Diane Bodart, maître de conférences d’histoire de l’art moderne à l’Université de Poitiers, est l’auteur de diverses études sur les relations entre art et politique, dont Tiziano e Federico II Gonzaga. Storia di un rapporto di committenza (1998), Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne (2011), et de l’édition critique du Traité des statues de François Lemée (avec Hendrik Ziegler, 2012).

Patrick Faigenbaum,photographe

http://www.patrickfaigenbaum.com/presentation/

Patrick Faigenbaum est un artiste majeur de la scène photographique contemporaine. Des oeuvres sont présentes dans les plus importantes collections publiques et privées dont le Metropolitan Museum of Art, New York ou le MNAM, Centre Pompidou.
Le travail de Patrick Faigenbaum se situe hors du champs de l’immédiatement contemporaine et factuelle. Il est au coeur de la tradition picturale comme un autre photographe, Jeff Wall. Il s’est fait connaitre au début des années 80 avec une série de portraits en noir et blanc des grandes familles aristocrates italiennes. Au départ portraitiste, il a recherché ses personnages dans un rapport hors du temps puis il a commencé des portraits de villes, de nature comme cela vient d’être la cas avec la Ville de Tulle.

Jean-François Chevrier, le complice depuis de longues années de Patrick Faigenbaum, est celui qui sait le mieux parler de la démarche de l’artiste:
« On dit en français que le portraitiste campe ses personnages. Cela vaut pour la description littéraire comme pour le travail du peintre. L’expression désigne une énergie et une sûreté du trait. Elle contient également l’idée d’une interdépendance de la figure et du lieu. Elle induit une conception plastique (sculpturale) du corps dans l’espace. Faigenbaum campe ses personnages : il leur donne une place et une stature, un sol et un cadre stable.»
« La notion même de personnage évoque un récit, une histoire, un travail de la mémoire. Mais Faigenbaum ne raconte pas, il préfère suggérer ou, à la rigueur, produire une amorce de récit.»
Depuis sa série de portraits de familles italiennes, Patrick Faigenbaum travaille simultanément le noir et blanc et la couleur. Jean-François Chevrier l’explique : « L’alternance du noir et blanc et de la couleur signale la coexistence de deux mondes qui correspondent à deux époques, aujourd’hui simultanées. La couleur est venue après les portraits de famille(s), quand Faigenbaum a commencé à s’intéresser à l’actualité urbaine. Mais le noir et blanc, c’est-à-dire le gris, le jeu des valeurs, persiste. Il est le domaine et la source du clair-obscur, la condition de l’appréhension des corps dans le volume atmosphérique. Il donne à l’air ce poids de cendres qui favorise la modulation de la lumière et le modelé des formes. Plus abstrait que la couleur, il introduit discrètement le fantastique dans l’image vraisemblable, sinon véridique du quotidien.»

Extraits du texte de Jean-François Chevrier, « Patrick Faigenbaum Fotografias, 1973-2006, Centro de Arte Moderna José de Azeredo Perdigão – Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbonne

Crédits phtotographiques : Patrick Faigenbaum

Lise Wajeman, Maitre de conférences en littérature comparée, CIELAM, Aix Marseille.

 L’art du portrait ou comment emballer avec un pinceau 

Au XVIe siècle, le peintre portraitiste fait irruption dans les fictions comme séducteur de ces dames. Mais ces histoires légères, voire lestes, sont aussi l’occasion d’une réflexion sur les pouvoirs de la peinture et sur les conséquences érotiques des nouvelles techniques de figuration.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.